mercredi 20 mai 2020

La valeur ajoutée ramenée à l’individu.








Définition : la valeur ajoutée sert à désigner le supplément de valeur qu'une entreprise (ou que nous-mêmes), grâce à son activité, est capable d'apporter à un bien ou à un service provenant d'un tiers. 

https://blocnotesdeleco.banque-france.fr/billet-de-blog/part-du-travail-dans-la-valeur-ajoutee-un-diagnostic-difficile


Comme si ce virus était tombé à pic !

😇



....le problème de notre valeur économique, professionnelle et par extension de notre utilité sociale c’est que nous ne sommes pas tout seul à la déterminer.

Le problème avec les esclaves c’est qu’ils doivent être nourris pas les maîtres pour qui c’est le seul devoir.

Dans un monde contraint, il n’est pas évident que les maîtres choisissent d’assumer les dépenses afférentes à un bétail humain interchangeable.




Ils pourraient choisir de ne privilégier que les individus à forte valeur ajoutée et laisser tous les autres fort dépourvus puisque la bise est venue.

Il y a mille façons d’abandonner le troupeau. Par exemple celles qui consistent à ne pas l’éduquer, l’apartheid social de santé, l’inflation sans hausse des salaires, etc...



(Coucou Mila !) 


Rien n’est gravé dans le marbre parce que rien n’a été offert mais gagné de haute lutte.

On ne peut pas lutter sans mot d’ordre clair et c’est pour cette raison, entre autres, que les luttes « inclusives et intersectionnelles » ne sont qu’un élément supplémentaire d’asservissement par la confusion. 

Le « en même temps » est useless, c’est l’immobilité par l’écartèlement, la dispersion de la pensée donc de la volonté.

En 1936, pour « gagner » une semaine de congés payés les manifestants sont morts sous l’arc de triomphe à Paris, tués par balles, pendant qu’ils sectionnaient les jarrets des chevaux de la police montée.




J’applaudis à la propagande ciselée que nous subissons depuis 40 ans ! Une propagande axée sur le « bien vs le mal », « on-off ». Le bien est devenu un fourre tout idéologique, dépourvu de tout réalisme.

Au fait, quelle est notre valeur ajoutée individuelle ? Qu’avons-nous fait pour le bien commun ? Nos savoirs sont-ils essentiels à tous ? Nos compétences sont-elles nécessaires ?

Si nous ne cochons aucune case, quel est notre valeur réelle ramenée à 8 milliards d’humains ? Quel est notre prix de vente et d’achat ?







Malgré les stocks historiques qui tournent en rond sur les océans...

Vers 130 $ ? ... ou pas. Offre et demande, toussa...

3 commentaires:

  1. "Rien n’est gravé dans le marbre parce que rien n’a été offert mais gagné de haute lutte."

    C'est ce que les gens ont oubliés, Wendy.

    RépondreSupprimer
  2. Le marché , " Offre et demande " n'est pas un vaisseau fou sans marins ni capitaine.

    Les officiers sur le pont ne sont rien si les marins refusent la manœuvre.
    Basique mais facile à comprendre.

    Ce marché n'existe que grâce aux consommateurs.

    Mais là ...il y a ....il va y avoir un gros problème.

    La masse critique de consommateurs qui ne voudront plus consommer va faire plonger le système beaucoup plus que le fameux virus .

    Les prévisions (optimistes?) de ceux qui ne vivent que pour LE marché situent la récession autour de -6% au niveau français.

    Ce modèle ne fonctionne qu'avec un copier-coller du modèle "d'avant".

    Une baisse de 25 à 30% serait plus près de ce qui nous attend....

    On euthanasie les porcs par millions avec un gazage pire que l'époque des camps . On détruit des récoltes maraichères , on ferme des industries de matériels de transports et machinisme agricoles etc etc.

    La production des items de ce monde tombe en rideau et en parallèle l'idée de consommation zéro s'installe dans les esprits .

    La distanciation va forcer les commerces et services à diviser par 2 leur capacité .

    Le 1/2 monde qui s'en vient sera en adéquation avec les rescapés de l'addiction consommatrice .
    Les tarifs qui ne cesseront d'augmenter achèveront le tableau.

    L'école libre et gratuite instaurera des frais de scolarité supplémentaires pour une 1/2 scolarité.

    L'obligation scolaire sera abrogée d'ici la fin 2020.

    2 mondes vont se côtoyer pendant cette métamorphose: les gens "d'avant" et ceux du "maintenant". On annonce une transition de 10 ans mais ce serait possiblement beaucoup plus rapide.

    Les bobos citadins vont s'éparpiller dans les territoires.

    Les emplois multiples seront à temps partiels afin de libérer le "nouvel état d'esprit" .

    Les besoins recalibrés seront minimalistes et il y aura effondrement des protections , assurances et garanties en tous genres.

    C'est grave docteur?

    RépondreSupprimer
  3. Puisqu'on vous dit que les "survivalistes" sont des extremistes loufoques.

    La preuve : https://youtu.be/9U3Vxxln_h8

    RépondreSupprimer

Modération.


------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.