jeudi 30 avril 2020

Virus, deux éclairages sur la 3° souche française.

Éclairage 1

Que les anti-vaccins se rassurent, nous sommes très loin d’en avoir trouvé un.


Virus et linguistique.




Mororo moros. Corolla virus. Coro. Ce sont là quelques-uns des nombreux petits noms que l’on donne en Afrique de l’Ouest au nouveau coronavirus. Alors que l’épidémie ébranle l’Europe et les États-Unis, les gouvernements africains tentent désespérément, en multipliant les mesures de confinement et les campagnes de santé publique, d’empêcher qu’elle ne se répande chez eux aussi comme une traînée de poudre.
Mais faire passer le message à des publics qui ne parlent pas ou ne comprennent pas l’anglais [la langue officielle dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest], soit la moitié de la population dans certaines zones, n’est pas tâche facile. Et en particulier leur faire comprendre que ce virus ne fait pas la distinction entre riches et pauvres. Source
——on a eu le même problème en R.P. et il n’a pas été résolu.

Coronavirus, Trump accuse la Chine.

Source

Coronavirus, Trump accuse d’une faute accidentelle ou volontaire le laboratoire de Wuhan.

Il Menace la Chine via le $ et le poids des investissements des fonds de pensions américains.

Intéressant : l’Allemagne suit les USA. Discrètement mais sûrement.
Une alliance anglo-saxonne de fait.

La guerre tout court ? Déjà, en Mer de Chine, les vaisseaux us croisent les vaisseaux chinois et l’ambiance n’est pas aux accolades.

Résultat pour la monnaie chinoise :






Le bien n’est pas censuré.



Une lesbienne aide un transsexuel à bien utiliser son nouveau vagin.
Plus de 1/2 million de vues. (666k d’abonnés ;)

En accès libre et c’est bien naturel en cette époque d’éducation au genre.

Si vos enfants ne l’ont pas encore vue, proposez-la leur ! C’est bien.

Mais il y a mieux, plus explicite pour une meilleure éducation au gender-fluide :



Un transgenre fraîchement opéré nous montre à l’écran la cinquième dilatation de son nouveau vagin.

C’est bien que ce soit en accès libre pour les petits.

———

Il y a un peu plus de quinze ans, la toute première vidéo était postée sur YouTube. Aujourd’hui, près de 5 millions de vidéos sont visionnées chaque minute sur cette plateforme utilisée par près du quart de l'humanité. (BFM-B).

———je n’ai pas visionné la seconde. Pas pu. Même en accéléré.
Je repense à mon enfance, à mon arrière-grand-mère qui m’apprenait à lire l’heure et à reconnaître les centimes des francs. Je me souviens d’aller avec elle couper l’herbe pour les lapins avec ma petite serpette émoussée, au crépuscule.

Sincèrement, je pense que mon arrière-grand-mère est partie sans savoir qu’on pouvait changer de sexe. Même si elle en a eu vent, elle a du écarter l’idée d’un revers de main.

« Ce n’est plus mon monde ».

À peine si j’ai encore un soupçon de compassion pour ces personnes.

Oui, malheureusement pour moi, j’en suis là. Quand la folie des uns devient la voix de l’institution, j’ai tendance à rejeter l’institution.

Quand la mutilation devient main stream, que se faire du mal devient l’image du bien, que l’inversion est achevée, quelque chose me dit que le nouveau bien c’est la destruction.

La dynamique de destruction ne s’achève qu’avec la mort.


Vraiment ? 

The Map.



(Je fais comme Veran et Finki, je cause English, parce que c’est bien).

Merci anonyme en commentaire !

Élément de langage.



(Pour comprendre le « care », ajouter un chaton dans un jardin au printemps.)



Le « care », comme ou du « Medicare » américain. 

Veran et Finki sur LCI emploient « care » plutôt que « sollicitude ».


Pour nous indiquer qu’ils nous faut veiller sur les plus fragiles en cette période épidémique.


La langue française est tellement pauvre qu’il nous faut utiliser un verbe anglais comme substantif.


Le « care » une notion issue tout droit de la « bien-pensance », du « gender fluide », etc...


Mais, plus grave, issue aussi du « tout se vaut ». 

En effet en substituant la bonne volonté de chacun aux structures publiques abondées par tous pour tous, on raye toute obligation de compétence


Le fait que l’acte soit jugé socialement positif, soit « bien », suffit comme justification, y compris de l’injustifiable. 

Ex : les EPAHD c’est bien, les distributions de repas sur les trottoirs c’est bien, l’aide aux devoirs scolaires par des personnes sans diplôme c’est bien, etc..

Si je viens apporter une objection, c’est mal, je renie le dévouement des «aidants».

Si je demande d’où vient l’argent, qui donne ou si je juge les sommes disproportionnées par rapport à l’effet produit, c’est mal.

Si je dis qu’une société ne peut pas vivre du travail gratuit de gens incompétents, c’est mal.

Si je demande où passe l’argent des impôts, je suis excommuniée.

La pensée du care, en proposant de donner tout leur sens à des valeurs morales d'abord identifiées comme féminines – le soin, l'attention à autrui, la sollicitude – a contribué à modifier une conception dominante de l'éthique. Par là, elle a introduit des enjeux éthiques dans le politique et placé la vulnérabilité au cœur de la morale au lieu de valeurs centrales telles que l'autonomie, l'impartialité, l'équité. Le care s'efforce d'attirer notre attention sur ce qui est sous nos yeux mais que nous ne voyons pas, par manque d'attention tout simplement, ou parfois par mépris pour un domaine humain d'activité tenu pour secondaire.
Le care renvoie à une réalité ordinaire : le fait que des gens s'occupent d'autres gens, s'en soucient et veillent ainsi au fonctionnement ordinaire du monde. Les éthiques du care affirment ainsi l'importance des soins et de l'attention portés aux autres, en particulier à ceux dont la vie et le bien-être dépendent d'une attention particularisée, continue, quotidienne. Source

Parler du « care » plutôt qu’employer « sollicitude » c’est du 100% idéologique et du 100% économique
C’est faire peser sur tous les citoyens la responsabilité des systèmes de santé et de redistribution sociale via la culpabilisation. La culpabilité est l’outil employé pour que nous payions une seconde fois tout ce que nous avons déjà payé la première, via impôts, taxes et travail gratuit.

Le travail gratuit, basé sur le jugement de valeur et non sur les savoirs, en est le but

UCette éthique féministe met au centre de l’expérience morale la dépendance et le souci de l’autre, plutôt que la liberté et le détachement. Ceci la place en opposition avec les conceptions kantiennes et rationalistes de la moralité. Loin d’être des entités séparées, les individus dépendent des autres pour la satisfaction de besoins vitaux, et ce tout au long de leur vie, même s’ils sont davantage vulnérables à certains moments comme lors de la jeune enfance ou en situation de maladie.

Les valeurs morales de soin, d'attention à autrui, de sollicitude se trouvent souvent identifiées de prime abord par le sens commun comme étant spécifiquement féminines. 
L’éthique du care critique l'idée que certains traits de caractère typiquement associés aux femmes leur seraient naturels : compassion, souci de l’autre, dévouement, oubli de soi. Ces dispositions et attitudes ne sont pas propres aux femmes, mais socialement et culturellement distribuées.
Dans cette perspective, l'éthique du care peut et doit concerner chacun dans la mesure où chacun est ou peut devenir un « aidant ». Parmi les acteurs concernés par l'éthique de la sollicitude on trouve les aidants informels (également dits aidants familiaux ou aidants naturels), mais également les professionnels. Il s'agit par exemple des professionnels du secteur social ou médico-social considérés selon les relations établies entre les bénéficiaires et les dispensateurs de soins, d'aide sociale, d'accompagnement éducatif ou thérapeutique, d'aide à l'insertion, d'accueil des demandeurs d'asile, d'aide sociale à l'enfance, d'accompagnement des personnes handicapées ou dépendantes.
Le corpus relatif à l'éthique du care traite de problématiques de philosophie, de sociologie, de politique (un modèle d'organisation de société à projeter), de gender studies, d'économie ...

Injonction gratuite.

Nous devons créer des emplois pour ceux qui les ont perdus, en honorant la dignité du travail, en actes et en paroles. 
 - @ antonioguerres


Tirez les premiers, messieurs des NU !

C’est mignon.

————


Emanuel Todd.

Coronavirus, un ciblage génétique par peuple ?

Source 1

Source 2



les chercheurs avancent que l'apparition et la diffusion du coronavirus sur le territoire français ne sont pas uniquement liées à des infections provoquées par des malades revenus de Chine, épicentre de l'épidémie, ou bien encore d'Italie (tout premier foyer d'infection déclaré en Europe).

En procédant à des analyses pointues, les chercheurs ont en effet découvert que la principale souche du virus présente en France était liée à un groupe génétique (un « clade » dans le langage des scientifiques) qui n'avait aucun lien avec ces deux pays.
L'épidémie qui a, à ce jour, infecté 129.859 personnes et provoqué le décès de 23.660 malades en France aurait « été principalement ensemencée par une ou plusieurs variantes de ce clade ».
Elle se serait diffusée en France, notamment à partir du Nord, sans être repérée ni sans que l'on sache depuis quand elle était présente. 
Cette souche a notamment été découverte chez un patient de ce groupe génétique qui n'avait pas voyagé hors de France auparavant et n'avait pas non plus été en contact avec des personnes de retour de l'étranger. D'autres patients appartenant à ce même groupe se sont par contre rendus dans d'autres pays européens, aux Emirats arabes unis, à Madagascar ou bien encore en Egypte, mais les scientifiques ne disposent d'aucune preuve laissant penser qu'ils avaient contracté la maladie dans ces pays étrangers.
....les chercheurs estiment que leurs travaux permettent de tirer la sonnette d'alarme sur la nécessité notamment de mieux surveiller les malades asymptomatiques.
Ils estiment aussi, que les mesures d'isolement et par extension sans doute de confinement, mises en place rapidement après que les premiers cas ont été officiellement détectés le 24 janvier dans l'Hexagone, s'avèrent particulièrement efficaces puisqu'ils n'ont pas trouvé de preuve de la transmission des souches chinoise ou italienne à partir des premiers cas qui avaient été détectés. 
——- à part ça, ce n’est pas une arme biologique. C’est la faute des chauves-souris et des pangolins.
On ne sait rien de ce virus et, peut-être est-ce mieux ainsi...
Plus on avance, plus les informations sont ébouriffantes...
Quelles séquelles pour les porteurs ? C’est à dire nous tous
Parce que, sauf à arrêter de respirer, comment, à terme ne pas être infecté par un virus aéroporté ? 
Quelles séquelles et quels effets retards ? 
Inscrits dorénavant dans nos ADN... 

Je veux bien croire au hasard sauf quand il ressemble à une nécessité...
-« Alors, ça se passe comment cette guerre commerciale ? »
- « On avance bien. Vers le manque . Le changement c’est maintenant ! »

-« le changement mais les vieilles méthodes. 
La guerre, les russes la font aussi. 
La guerre du manque de blé.»





Les exportations russes devraient reprendre en juillet pour la nouvelle saison. D'ici là, le ministère de l'Agriculture a justifié la suspension par la nécessité de stabiliser et sécuriser son marché national en pleine crise du coronavirus. Craignant des pénuries alimentaires dans les pays pauvres , l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation (FAO) et l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) ont critiqué cette mesure qui a fait monter les prix du blé déjà élevés.
Source

Modélisation, entre 85 et 200 mille morts en France.

Dans le scénario le plus sombre, la crise du coronavirus pourrait déboucher sur 200 000 décès si les gestes barrières ne sont pas respectés après le 11 mai.



Un document de l’APHP étudie l’impact d’un déconfinement progressif à partir du 11 mai, en prenant en compte le taux d’immunisation collective évalué par l’Institut Pasteur (5,7 %) et la capacité augmentée de lits de réanimation en France (14 000 dont 12 675 dédiés au Covid). 

Il fournit trois indications essentielles.

A ) - prolonger encore le confinement général, même avec une politique de testing efficace, n’apporterait pas de bénéfice sanitaire. Que l’on sorte le 11 mai ou en juillet, les courbes finissent par se rejoindre : les services de réanimation arrivent à saturation et, sans politique forte de gestes barrières, le bilan total pourrait atteindre 200 000 morts. 

B) - le masque est un outil efficace. Si la population en est dépourvue, la mortalité pourrait toucher à terme 165 000 personnes, même avec les gestes barrières. Avec des masques, le bilan tombe à 85 000 morts. Toutefois, le modèle de l’AP-HP prédit que les services de réanimation arriveraient là encore à saturationmalgré la stratégie « masques, tests, distanciation physique ». Ce triptyque serait donc efficace, mais insuffisant à empêcher une deuxième vague épidémique.

C ) - En isolant les plus vulnérables, c’est-à-dire les quelque 17 millions de seniors et de personnes atteintes d’un handicap ou d’une maladie chronique, la courbe s’aplatit et la saturation hospitalière est évitée. 

Pour éviter que le nombre de morts dépasse les 30 000, il faudrait protéger toutes ces personnes vulnérables durant 38 semaines... jusqu’au 8 février 2021 ! Mais si les autorités se contentaient de protéger 75  % des plus fragiles (ce qui représenterait tout de même 12 millions de personnes), la France pourrait traverser la crise sanitaire sans saturer ses hôpitaux. 

Les épidémiologistes concluent : 

« La protection des personnes vulnérables est la clé pour préserver le système de santé et éviter un reconfinement. »



Rappel.


En Allemagne, l’épidémie repart. En Corée, les gens vivent en pseudo-confinement, à deux mètres les uns des autres. En Suède, les médecins ont regretté de n’avoir pas isolé les seniors. Tout montre que la distanciation physique et la protection des publics fragiles sont capitales. Mais la décision de différencier la population est très politique. 

Mardi, le 1° ministre, pris entre les injonctions du président de la République et les modélisations alarmistes des scientifiques, s’est ménagé une voie de sortie : si les indicateurs ne sont « pas au rendez-vous », a-t-il prévenu, le déconfinement n’aura pas lieu le 11 mai, ou alors « plus strictement». Source

—————

À mort les vieux, les malades et les fragiles en général ! On doit gagner des euros !

J’ajoute : « ce n’est qu’une grippe, il faut relativiser ».


😉



Un point enfant :







mercredi 29 avril 2020

L’Allemagne interdit le Hezbollah sur son territoire.


Hassan Nasrallah, en septembre 2012 à Beyrouth. REUTERS/Sharif Karim/Files

L'Allemagne a interdit toute activité du Hezbollah soutenue par l'Iran sur son sol et l'a désignée organisation terroriste, a déclaré jeudi le ministère de l'Intérieur. 
La police a également mené des descentes matinales dans des mosquées dans quatre villes d'Allemagne. Les responsables de la sécurité pensent que 1 050 personnes en Allemagne font partie de l'aile extrémiste du Hezbollah. Source
"Nous espérons maintenant que d'autres nations européennes examineront de près la décision de l'Allemagne et arriveront à la même conclusion sur la véritable nature du Hezbollah".

Bientôt une aide du FMI pour la France.

Fr-nce, le GDP ou PIB s’est effondré de 5,8% au premier trimestre, la plus forte baisse jamais enregistrée.


La crise de 2008, c’était une promenade de santé.

😉

La dépense publique en France c’était 57% du GDP avant le virus....aujourd’hui ?

« Plan Marshall » ! 🧐

Chute par secteur :




« Repentez-vous, la fin est proche ».



Ils ont simplement faim. Le confinement fait que la nourriture des parkings, des villes, des poubelles, des caniveaux, etc... a disparu.

Et ils étendent leur territoire de chasse, comme l’animal humain quand il n’est pas confiné par son chef de meute :


Hier à Haïti.



À Haïti confiné, on dit cache-nez pour masque. Les marchands ferment leurs étals, l’argent manque, les enfants jouent au foot...


Travailler plus pour gagner moins.

Les salariés de Fnac-Darty dénoncent un « chantage » de leur entreprise qui veut les obliger à signer un accord, comme condition sine qua non, pour toucher leurs salaires complets
Entre la Fnac et ses salariés, le torchon brûle. En effet, tout a commencé il y a une semaine lorsque le géant de l’électroménager a annoncé avoir obtenu de l’Etat français un prêt de 500 millions d’euros, dont 70% est garanti par l’Etat. Une excellente nouvelle qui intervient au moment où les trésoreries de la boîte se portent pourtant en pleine forme.
Ce n’est pas le cas des salariés qui dénoncent déjà un chantage de la part de Fnac. Placés en activité partielle (85% du salaire net), les salariés ne sont pas sûrs de toucher à l’intégralité de leurs salaires. En effet, l’entreprise maintient le flou total sur les 14% du salaire net qui n’est pas pris en charge par les aides de l’Etat.


Pour toucher ce salaire, les employés sont obligés de signer un accord qui leur priverait de « jours de congés payés, de jours de RTT et remettrait en cause les accords du temps de travail ».
Dans un document obtenu par France Info, le média révèle que cet accord est « prévu pour durer 1 an, jusqu’au 10 mai 2021 et prévoit 43 heures hebdomadaires pour toutes les semaines hautes à forte activité. » Source
Dans la même veine :
Les règles vont changer pour l’attribution du chômage partiel pour les parents d’élèves.
 À partir du 1er juin, les parents qui n’envoient pas leurs enfants à l’école alors que celle-ci peut les accueillir ne pourront plus bénéficier du dispositif de chômage partiel.

Terribles propos d’un chrétien intégriste.




Mgr Lefebvre, l'évêque de référence des catholiques les plus radicaux.

C’est insoutenable ! Au bûcher !

Réduction de l’aide humanitaire.





51 millions de déplacés internes dans le monde.

Suspension des campagnes de vaccination, ralentissement des livraisons de matériel et de nourriture. L'Observatoire pour les situations de déplacement interne (IDMC) s'inquiète que ces populations soient les victimes silencieuses de la pandémie de coronavirus, notamment à cause de la réduction de l'aide humanitaire.

La pandémie de Covid-19 a déjà créée une crise de l'aide humanitaire.


 En plus du risque de voir le virus se déclarer dans des camps surpeuplés comme en Syrie et au Bangladesh. Si les humanitaires n'avaient plus les moyens de maintenir leurs programmes auprès des déplacés, ces derniers pourraient bien devenir totalement invisibles aux yeux du reste du monde.
« Si nos partenaires ne sont plus capables de faire ce travail aujourd’hui, il n’y aura plus de statistiques l’année prochaine. Donc, la situation risque d’évoluer pour le pire dans les prochains mois. Et pourtant, notre capacité là-dessus aura diminué, et ça me fait peur ».

« Vivre ensemble avec le virus ».

« Apprenons à vivre avec le virus ». Dixit Édouard P., hier.

😂😂😂

« Vous avez deux heures ».




No fake. Photo de 2015.

Vers un revenu universel ?





....l'augmentation de la masse monétaire afin de payer les gens pour ne pas produire de biens ou de services...

Vous en pensez quoi ? 

C’est « bien », c’est  « bizarre », c’est dangereux ? Agréable ? Le revenu universel en marche pour quelles conséquences ? 

C’est juste ? Quel sera le montant de ce revenu ? Sera-t-il mondial ? 
Aurons-nous tous le même niveau de vie ?

Toute distribution gratuite nous ramène à l’esclavage de ceux qui reçoivent. C’est le principe. 

L’ultime distribution gratuite c’est Soleil Vert.

Quand c’est gratuit, le produit c’est toi.

Quid de ceux qui produisent ? Souvent, et c’est heureux, la limite entre production et création est ténue.

À l’inverse, est-ce possible de laisser sur les trottoirs ou quasi à la rue les 2/3 de la population mondiale ?

Une dictature ? 

Une distribution de billets que quelqu’un paye en amont ?

Quelle sera la contrepartie à la charité comme modèle social ? 

Charité bien ordonnée commence-t-elle toujours par soi-même ? 

Si Saint-Martin n’avait pas eu de manteau il n’aurait pas pu en donner la moitié. 

Si Saint Martin n’avait pas eu de manteau aurait-il été sanctifié ?

La dignité humaine ? La justice sociale ? Qu’est-ce que nous sommes prêts à donner pour, en échange, être payés à ne rien faire ?

Attention, le terrain est glissant. 

Le chant des sirènes est un leurre mortel.