mardi 3 mars 2020

Les ONG quittent la Grèce.





La situation devient dangereuse sur l'île de Lesbos pour les travailleurs sociaux. Plusieurs ONG ont annoncé, mardi 3 mars, avoir suspendu leur travail auprès des réfugiés entassés sur cette île suite à la multiplication d'attaques et de menaces émanant de groupes qualifiés de "fascistes". Les équipes de ces ONG ont été évacuées des lieux.

"La plupart des organisations ont décidé de suspendre leurs opérations, certaines indéfiniment. Plusieurs ONG ont demandé à leurs équipes de quitter l'île".

Lesbos : Exaspérés de porter le fardeau d'un système d'asile qu'ils jugent défaillant, les insulaires protestent contre la présence des migrants, estimant qu'ils menacent la sécurité, la santé publique et le tourisme sur l'île.
Source

30 commentaires:

  1. Apprenez la déclinaison avec infomigrants :

    Un fâché, des fascistes.

    Depuis 2015, Lesbos est envahie de clandestins, parqués sur un camp (ouvert). Finie l'activité touristique. Finie la tranquilité. Autrefois on laissait sa pourte ouverte, les clefs sur le contact, ses affaires dans le champs, ses outils sur le chantier, il n'y avait pas de barreaux aux fenêtres.

    Les articles de presse vantaient la beauté de l'île, sa verdure, ses plages, son passé mythique. On évoquait Sappho la poétesse.

    Aujourd'hui les articles de la presse étrangère traitent l'île de "plus grande prison à ciel ouvert", le camps est qualifié d'insalubre.

    Les conditions d'acceuil des clandestins sont décrites à longueur de pleurnicherie journalistique d'inhumaines et d'indignes, par les donneurs de leçons professionnels d'Europe du nord, où, contrairement à la Grèce, on n'organisent aucun camp et on détruit ceux que les clandestins construisent eux mêmes.

    Les conditions de vie des autochtones n'interessent personne. Ce sont eux qui supportent au quotidien et à leurs dépens la présence des clandestins,. Contrairement au personnel des ONG, ils ne sont pas payés pour le faire. Ce n'est ni un fructueux business, ni une rente contrairement aux ONG payées à fournir, qui des cours de musique, qui des prestations de puériculture aux clandestins.

    Les Lesbiens eux se sentent traités comme quantiné négligeable, tant par le gouvernement que par l'UE et l'ONU.

    Merkel et tous les pays hypocrites promoteurs de la diversitude ont prestement fermé leurs frontières et font comme si le problème ne les concernait pas.

    Le nombre de clandestin a atteint le nombre d'habitants. Si on organisait un référendum d'indépendence en donnait le droit de vote aux clandestins, ont instaurerait la charia sur l'île derechef.

    Evidemment quiconque trouve ça gênant est faschiste. Le progressiste crève paye la jizya en courbant la tête.

    Le faschisme existe. Il est au pouvoir à Ankara. Et en bon faschisme, il organise des invasions. Mais ça, étrangement personne ne le dit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici, avec les listes communautaristes aux municipales... je pense que les gens vont se prendre une décharge de réél.

      Tu le pointes : la loi du nombre.

      T’inquiète ! Ils sont déjà à Paris, je les vois, je constate, je témoigne.

      Supprimer
    2. Et ceux qui arrivent ici, du moins les plus débrouillards, finiront par passer toutes les frontières, les unes après les autres.

      Car comme je l'ai dit etreppété, leur destination ce sont les capitales du nord de l'Europe. Aucun ne dit vouloir rester en Grèce. La langue est compliquée, les aides sociales ont fondu comme neige au soleil, il n'y a pas de droit du sol, il n'y a pas d'industrie pour fournir du travail, pas d'emplois de services non plus les Grecs préfèrent être servis par d'autres Grecs. Bref, c'est un cul de sac dont les clandestins cherchent par tous les moyens de partir. Et des gens prêts à les aider à le faire moyennant finance, il y en a un paquet. Les mafias albanaises par exemple.

      Supprimer
    3. À Paris, les mafias de l’est sont déjà bien présentes. Euphémisme.

      Et il ne cesse d’en arriver.

      Ils prennent le travail au black dns le bâtiment et les cambriolages dans le triangle d’or.

      Supprimer
    4. Les fréres musulmans avancent et vont prendre Paris avec dati. Extraordinaire ce symbole d' avoir détruit notre-dame (au km 0 de la France quand méme) il y a qques mois pour laisser la main à l'islam...

      Supprimer
    5. La réalité c'est que personne n'en veut. Surtout pas les beaux parleurs.

      Il y a eu officiellement 118 000 arrivées de clandestins à Lesbos depuis 2015.

      La France, dans sa grande générosité a accepté de partager ce fardeau et a accepté d'en acceuillir... 400.
      Fin des transfers vers la France : été 2020.

      On est plus prompt à doner des leçons au Nord, qu'à prendre des responsabilités dans la gestion d'une crise directement imputable à la politique extérieure des gouvernements français successifs (Libye, Syrie en particulier) dans laquelle la Grèce n'a pas eu son mot à dire.

      Et quand je dis "prendre ses responssabilités", je parle aussi du fait que l'etat gère concrètement le merdier en organisant des camps, comme en Grèce et non pas en donnat des coups de pieds dans la fourmillière de temps à autre comme à Calais ou à Paris avec les jungles et autres camps de fortune.

      Pourquoi la Grèce maintent elle les clandestins dans des camps?

      Parce que c'est une populatio autement criminogène, comme l'indique le rapport en 2018 de Médecins Sans Frontières, selon qui il y a dans le seul camps de Lesbos un cas d'agression sexuelle signalée chaque semaine, la victime étant un enfant dans la moitié des cas.

      https://www.newsweek.com/families-greek-refugee-camps-live-fear-children-will-suffer-sexual-abuse-1168146

      La Grèce préfère que ces pédophiles ne se balladent pas en toute liberté. Les autorités des pays du Nord de l'Europe préfèrent nier la culture du viol apportée par les clandestins et stigmatisent celle des blancs...

      Alors, évidemment, nous aussi on a nos neuneus qui manifestent contre le "danger du fascisme" et s'offusquent que des citoyens se forment en milices armées pour protéger faire le boulot que l'Etat ne fait qu'improprement. Ils ont libre accès aux plateaux de TV pour culpabiliser les téléspéctateurs de ne pas vouloirs se laisser submerger par des chances pour la Grèce, ingénieurs en aéronautique et tout ça... Mais au bout de 5 ans de cette bouffonnerie plus personne ne les écoute. Surtout pas les frontaliers qui montrent que ce qui compte c'est le rapport de force.

      Maintenant qu'ils ont baffé les MAT et contrôlent la situation sur place, le gouvernement les calcule et en parle aux eurocrates, qui à leur tour se mettent à prendre en considération autre chose que les éructations d'Erdogan.

      Fait accompli contre fait accompli.

      Du coup les clowns des ONG plient bagage en pleurnichant.

      Supprimer
    6. "...Les conditions de vie des autochtones n'intéressent personne. Ce sont eux qui supportent au quotidien et à leurs dépens la présence des clandestins,. Contrairement au personnel des ONG, ils ne sont pas payés pour le faire..." La bien pensance nous décérèbre :(. Je suis étonnée que le ras-le-bol ne se soit pas produit plus tôt.
      Marie

      Supprimer
    7. Le ras le bol est monté progressivement. Ce qui s'est passé la semaine dernière c'est la perte du controle de l'île par le gouvernement grec au profit des autochtones, et ce juste avant qu'Erdogan lance sa nouvelle vague migratoire.

      Si les insulaires et les agriculteurs de Thrace ne s'étaient pas mobilisés, on aurait eu le mêmes scénario que d'habitude.

      Des reportages larmoyants avec gros plans sur des bambins éplorés.

      Des ONG aux financement étranger facilitant le trafic transfrontalier d'êtres humains au mépris du droit des pays envahis.

      Un gouvernement grec dirigé par Oui-Oui qui fait tout ce que l'UE lui dit de faire.

      Un silence veule sur l'instrumentalisation de la misère humaine par Erdodan et ses délires néo-ottomans sur l'islamisation et la modification démographique de l'Europe qu'il ne cache absolument pas.

      Supprimer
    8. Un article que j'ai trouvé en cherchant des informations sur les migrants de Chypre. L'auteur brosse un savoureux portrait d'Erdogan :))). https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/erdogan-ce-grand-democrate-devant-221987
      Marie

      Supprimer
    9. Je ne sais pas ce que ça vaut. Mais j'ai lu, venant de quelques chofas, qu'ils allaient venir prêter main forte aux autochtones de Lesbos et compagnie. Un peu comme cela avait été le cas au Liban et en Yougoslavie à l'époque. Ça finira par des corps francs anti-kebabs si ça continue.

      Supprimer
  2. Dernières nouvelles de Thrace. Les Turcs ont emmenés les migrants restant plus au sud le long de la rivière Evros qui délimite la frontière.

    Ils semble vouloir établir un camp permanent collé à la frontière, ce qui aurait comme conséquence d'obliger la Grèce à maintenir une présence militaire constante à cet endroit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les turcs vont envoyer les migrants en première ligne comme boucliers humains et ensuite envahir ?

      Tirez à vue !

      Supprimer
  3. La Turquie joue sans complexe la carte du nettoyage ethnique depuis l'époque du génocide des Arméniens, perpetré par les Kurdes instrumentalisés à l'époque par Ankara, aujourd'huis combattus de façon sanglante car ils se revendiquent non plus comme "turcs des montagnes" mais comme Kurdes.
    Les Grecs aussi ont toujours été victimes de la haine ethnique des Turcs, avec le nettoyage ethnique des régions côtières de la Turquie dans les années 1920, puis d'Istanbul entre 1955 et 1965 à coup de pogroms anti grecs organisés par l'Etat turc.`
    Il y a eu ensuite l'invasion et le dépeuplement de la partie nord de Chypre, en 1974, suivi par une politique de colonisation réelle qui, étrangement , n'émeut pas les anticolonialistes de salon.

    Les habitants des iles de la mer Egée savent quel sort les Turcs leurs resevent s'ils parviennent à leurs fins car deux iles peuplées de Grecs ont été donnés à la Turquie en 1020, sous promesse de ne pas porter atteinte à leur population grecque : Imbros et Tenedos, au sud de Samothrace.

    Ces deux iles contrôlent l'embouchure des Dardanelles et les alliés les ont donnés à la Turquie dans le traité de Lausanne en échange de la libre circulation de leurs flottes.

    Depuis, en dépit des mesusres spécifiques que la population grecque de ces deux iles est supposée bénéficier, la Turquie a mené une politique sournoise de nettoyage ethnique.

    Voici ce qu'en disait le Conseil de l'Europe en 2006 :

    L’Assemblée déplore que, à la suite de certaines mesures prises par les autorités (fermeture sur les îles de toutes les écoles de la communauté grecque, expropriations à grande échelle, mauvais traitements), mais aussi pour des raisons économiques, les premiers habitants des îles (d’origine grecque) aient émigré en masse, ne laissant que quelque 250 membres de leur communauté à Gökçeada (Imbros) et 25 à Bozcaada (Ténédos), principalement des personnes âgées. Dans le même temps, plusieurs milliers d’ex-insulaires et leurs descendants se sont montrés désireux de garder un lien avec leurs terres ancestrales et y retournent régulièrement lors de fêtes traditionnelles, de réunions de famille et de vacances, et un certain nombre d’entre eux envisagent sérieusement de s’y réinstaller, comme retraités ou entrepreneurs. Les associations de cette diaspora jouent un rôle important pour aider les résidents permanents à affronter les difficultés réelles qu’ils rencontrent.

    http://www.axl.cefan.ulaval.ca/asie/turquie_imbros-resol-1625.htm

    En 90 ans la population grecque de ces deux iles a été erradiquée par des mesures systématiques d'opression culturelle, economique, l'impossibilité d'eduquer ses enfants et la transformation d'une des deux ile en centre pénitentiaire dans lequel d'ailleurs est détenu à vie le leader Kurde Ocalan.

    Les habitants des iles de l'Egée ont des liens famillieux d'ile en ile. Ce qui s'est passe à Imvros et Tenedos n'est pas passé inaperçu dans les iles voisines. Les Turcs d'ailleurs n'ont pas les pudeurs des occidentaux et ne cachent pas leurs intentions de nettoyage ethnique des iles grecques qui gênent leurs ambitions territoriales sur la mer Egée.

    RépondreSupprimer
  4. Lire "en 1920"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Histoire turque contemporaine.

      https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Pogrom_d'Istanbul

      Supprimer
    2. Ce que les insulaires redoutent :

      https://youtu.be/AgSvJZIANTE

      Supprimer
    3. Merci pour toutes ces informations; c'est très enrichissant :).
      Marie

      Supprimer
    4. En anglais...

      https://youtu.be/t8X22KPSyKs

      Supprimer
    5. C'est tragique :((. Une amie enseignante d'origine grecque m'avait parlé de ces deux îles et de leur paupérisation mais je pensais qu'elle exagérait.
      Marie

      Supprimer
    6. Le pire c'est que les Turcs n'en vraiment ont rien à faire des îles. C'est des gens des steppes. Ils n'aiment pas la mer. Ils utilisent les îles comme prisons. Tout ce qui les interesse c'est de dominer la région.

      Nous, c'est notre oxygène et notre culture. Nous sommes un peuple de la mer. Nous vivons sur des côtes et des iles depuis toujours. Nous sommes des navigateurs marchants et des pécheurs.

      Supprimer
  5. Des Turcs armés tirent sur les gardes frontières grecs et accompagnent les clandestins pour forcer le passage.

    https://youtu.be/R1YCOTnwZcw

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://youtu.be/gk_1UmtcKx4

      Supprimer
    2. Pendant trois heures d'affilée, les forces turques ont bombardé les garde frontière grecs avec des tirs de grenades lacrymogènes par dessus la frontière pendant que les clandestins tentaient de se frayer un passage.

      Actes de guerres.

      https://youtu.be/MdjeRA_zqNM

      Supprimer
    3. L’Europe ne « cédera pas au chantage » migratoire exercé par la Turquie et ses frontières resteront « fermées » aux personnes migrantes envoyées par ce pays, a déclaré ce mercredi le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian.

      « Je voudrais relever que la pression migratoire qui est aujourd’hui aux portes de l’Europe – de la Grèce, un peu de la Bulgarie, un peu de Chypre – est organisée par le régime du président Erdogan pour constituer un élément de chantage à l’égard de l’Union européenne », a-t-il lancé lors d’une séance de questions au gouvernement au Sénat. « L’Union européenne ne cédera pas à ce chantage (…) Les frontières de la Grèce et de l’espace Schengen sont fermées et nous ferons en sorte qu’elles restent fermées, que les choses soient claires ! », a ajouté le ministre français des Affaires étrangères.
      Je me demande comment tout ça va se terminer avec un président turc aussi particulier :((.
      Marie

      Supprimer
    4. Erdogan a expliqué pourquoi il deverse les clandestins sur la frontière grecque plutôt que bulgare :

      Il accuse la Grèce d'avoir apposé son véto aux demandes turques de soutiens à son offenssive en Syrie lors de la dernière réunion de l'OTAN.

      Si c'est le cas, j'en suis particulièrement fier. La Grèce empeche le grand Mamamouchi d'internationaliser son invasion.

      Erdogan n'est pas un président turc particulièrement particulier Marie. Il est du même moule que les précédents. Suprémaciste turc et va-t-en guerre. Par contre j'aimeri bien que tous les politiciens de haut vol et les editorialistes de grands canards "de référence" nous expliquent pourquoi, au début de sa carrière, ils nous l'ont vendu comme un "islamiste modéré" qui allait "faire entrer la Turquie dans l'UE" car elle serait "un exemple de l'avenir de la démocratie dans le monde musulman".

      Force est de constater que même le plus "démocratique" des états musulmans est un état voyou.

      Supprimer
  6. Rien sur le Twitter de l'AFP Grèce depuis hier.
    Le dernier article du Monde:
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/03/04/echauffourees-a-la-frontiere-greco-turque-la-grece-dement-avoir-tire-a-balles-reelles_6031815_3210.html
    C'est vraiment une situation intenable pour tous :((.
    Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout occuper les esprits des Européens avec du coronamachin...

      Supprimer
    2. Je vais finir par le croire :))).
      Marie

      Supprimer
  7. Le problème aussi c'est que la quasi totalité sont des hommes, donc inévitablement plus d'insécurité, de machisme à la sauce islam... Ce qui attend nos villes est Marseille mais en pire, avec des rues sales, moches et pleines de commerces de mauvais goût, un kebab tous les 5 mètres et des rues entières où l'on ne trouve que des hommes assis au café toute la journée en train de regarder le foot...
    Merci les bobos, à part vous donner bonne conscience je comprends de moins en moins ce qui vous pousse à encourager ce phénomène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahhh, j'aime l'odeur du kebab et des veilles frites au petit matin...

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.