dimanche 22 mars 2020

Le temps des machettes.


À Cergy, Val d’Oise, certains ont forcé les portes des « Trois Fontaines » pour faire leurs courses piller les rayons, remplir leur salon de boîtes de conserves pour les vendre au marché noir, parce qu’ils avaient trop faim ?

Comme dans mon quartier. Comme par chez vous. Comme partout en fr-ance.

Un ami du sud-est, ce matin, me dit que sa livraison a été annulée. Le magasin casino de sa ville a été pillé. La livraison, bien sûr, a bien été débitée de son compte !

Ce genre d’attaque en meute de morts-vivants s’est constaté partout. Des masques ont été volés par centaines de milliers au détriment de tous.

C’est à dire que lorsqu’il manquera vraiment à manger ou qu’il manquera de médicaments, les mêmes te fendront le crâne pour te passer devant.


Merci Anonyme !


Les chaînes info sont muettes quant aux origines de ces comportements que chacun d’entre nous a pu constater.

Pourquoi ? Parce que le vivre ensemble et le tout se vaut ne tient pas la route dans le réel. C’est ballot.

La fameuse haine de l’autre n’est décidément pas dans le bon camp, elle ne sera donc pas médiatisée.

Notons que ce n’est pas le méchant blanc foncièrement raciste qui empêche le noir, gentil par essence, de s’approvisionner mais l’inverse.

Ça la fout mal. Ça gave.



Le méchant blanc, nourri au quinoa des hauts plateaux sud américains, est affaibli.

A-t-il pensé aux croquettes pour son chat ?
À l’avenir de la planète ?
À acheter un vélo ?
A-t-il des enfants qui usent les ressources naturelles ?
Les élèvent-il dans un genre neutre ?
Fait-il bien la vaisselle pour soulager sa femme compagne copine l’autre travesti du foyer de la maison, du deux pièces ?

Comment faire ? Et bien, faire à l’ancienne :

Se regrouper par affinités, hors tout autre considération de race ou d’idéologie, pour faire face aux tribus sauvages.

Former des petits clans pour sauver les récoltes et les redistribuer dans la justice. Dégager les seigneurs des châteaux et les saigneurs à leur service.

Devenir stratèges, garder les réserves dans les murs de l’enceinte, punir la corruption, les vols de poules en bannissant toutes les mauvaises herbes des territoires des justes.

Sinon ? Nous disparaîtrons. « Que les faibles meurent. Jésus n’aime pas les tièdes. Le premier devoir de l’être humain c’est de rester en vie. »

Souvenons-nous de notre parcours des grottes de Lascaux à La Chapelle sixtine.

Il y a des milliers d’années quand un clan venait nous déloger de nos tanières, prendre les femmes et les enfants et voler le feu, leur offrions-nous ou nous battions-nous ?

J’en entends qui pleurnichent sur les mesures privatives de liberté qui se superposent. Je me marre.

Tenez-vous bien ! Nous vivrions tous ensemble bien plus sereins.


2020.


Dans ce moment de peur, fuyons ou luttons. La terre appartient à ceux qui la travaillent et qui rendent grâce aux ancêtres.

La peur est un système de gouvernance. Ce n’est pas le temps de l’analyse.

Dans cette ambiance apocalyptique, avouons-le, nous n’avons pas besoin, en plus, de gérer des hordes sauvages.

Il est temps de se souvenir du passé, de tous ceux de nos ancêtres qui ont donné leur vie pour davantage d’acquis pour tous.



Il est temps de sanctuariser, il est temps de dessiner les limites du territoire nourricier et de le garantir.

Les gens qui pouvaient quitter ce pays sont partis depuis 2005. Je les ai vu partir. En gros, il ne reste que les moins argentés et, je le pense, les moins diplômés.

Des propriétaires d’appartements donnant directement sur sur le Champ de Mars vendent... j’étais sonnée.

-Wendy : pourquoi vendez-vous ?
-Les vendeurs : à cause de l’insécurité.
-Wendy : muette et hébétée ....

La crise économique qui vient verra fleurir les machettes. Nous le disions ici déjà en 2011. La machette a de l’avenir.




Pendant ce temps là, les gouroutisés du climat, les maraboutés de la cause animale, les SJW pour les autres, toujours pour les autres, continuent leurs litanies qui se vident de tout sens.

Ce qui se passe actuellement, si nous n’y mettons pas bon ordre, montera en puissance lorsque la crise économique éclatera.

Pour finir, la fr-nce n’est pas, du point de vue de la violence sociale, comparable aux autres pays européens.

Nous sommes « à part » dans l’euro-peu. Soixante ans de destruction systématique, ça a un impact.

Soit on se reprend, soit une puissance étrangère viendra, à juste titre, remettre les pendules à l’heure.

Rappel : La fr-ance c’est le territoire de l’étincelle de la fin du monde dans les pensées ésotériques juives mais aussi chinoises.

Sa position géographique interdit le chaos. C’est une terre sacrée pour d’autres, pourquoi ne le serait-elle pas pour nous ?

Je suis en colère. Dieu dans sa grande mansuétude m’a faite femme et petite.

Si j’avais été un homme, grand et fort, j’aurais distribué les gifles avec un immense plaisir.


J’aurais voulu être Rambo. Si, si ! 😂


J’ai les nerfs à fleur de peau. Comme un lapin de garenne.



😂

NB : je ne suis pas la seule femme à attendre les hommes. Messieurs, nous serons avec vous, croyez-le bien ! Mais, sans vous, nous ne pouvons rien.

Nous n’avons pas la fameuse puissance masculine.

Sortez-vous les doigts, vous ne savez pas le nombre que nous sommes, prêtes à tenir la logistique comme nous l’avons toujours fait !

————-

"Il s'agit de faire le tableau d'une sourde oppression que toute les sphères sociales exercent les unes sur les autres, d'une maussaderie générale mais inerte, d'une étroitesse d'esprit faite d'acceptation et de méconnaissance, le tout bien encadré par un système de gouvernement qui, vivant de la conservation de toutes les vilenies, n'est lui-même que vilenie au gouvernement."

Karl Marx, Introduction à la critique de la philosophie du droit de Hegel.


Offert en commentaire par « Le Punxsutawnien ». Merci !