jeudi 12 mars 2020

Ce coronavirus c’est aussi des drames intimes.


14 commentaires:

  1. HA HA HA EXCELLENT ! Ils vont pouvoir continuer la fete entre eux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouais. Vu qu'ils sont en 40aine les contacts seront réduits au minimum.

      Et 48h en huis clos avec des prostituées de maison close et tu te tires une balle. C'est pas la petite fille de la Pompadour qui exerce là bas...

      Je ne pense pas que les loustics qui fréquentent soient de la plus haute noblesse non plus.

      Enfin. Ca fait une histoire belge! Les crises révèlent les occupations par pays. Nous on a un ferry en quarantaine au port de l'île de Limnos. Un membre d'équipage a eu ses vapeurs et on lui fait passer des tests...

      C''est l'avantage quand le voyage dure 8h. t'as le temps de repérer les porteurs.

      Supprimer
    2. A propos de blagues belges: c'est comme l'hélico qui s'écrase dans un cimetière : des centaines de corps et les recherches continuent .....

      Supprimer
    3. Certains personnes misent en quarantaine dans la maison close ont affirmé devant les journalistes qu'ils n'étaient pas venus dans ce lieux pour consommer, mais pour acheter des cigarettes.....et que leur femme ne va jamais les croire.

      A l'avenir, ils vont surement opter pour la pipe à la place de la cigarette ?

      La minute de M Cyclopède




      Supprimer
  2. Right Now

    A senior Brazilian official who was with President Trump at Mar-a-Lago days ago has tested positive for the virus.(NYT)
    Je me demande ce que ça donnera s'il l'a transmis à Potus...;)
    Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Trump n'avait pas l'air en forme hier soir...

      Supprimer
  3. Pas grave, ils ont déjà les c....... vides :

    https://www.dailymail.co.uk/news/article-8104477/Doctors-claim-new-coronavirus-cause-damage-mans-TESTICLES.html

    Nous aussi ?

    Tof

    RépondreSupprimer
  4. Corona et mode :

    https://www.dailymail.co.uk/news/article-8104031/Italian-man-wears-GIANT-disk-extreme-attempt-enforce-social-distancing-Rome.html

    En matière de dingueries, on va être servis !

    Pensons printemps !

    Tof

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va tous finir avec des tutus géants ! ^^

      Si ça pouvait faire changer un peu les gens. Perso, je ne supporte pas qu'on rentre dans ma zone de sécurité. Soit une longueur de bras à la mode anglo-saxonne. On en tirera la conclusion que plus on a le bras long, plus on est protégé ! :)

      Supprimer
  5. Un article important : (de plus en plus de jeunes 30-40 ans atteints même gravement y compris sans antécédents, et explosion des cas de réanimation sur paris-6 lundi/100 jeudi; troubles neurologiques)

    extraits : les médecins changent de ton. Les discours mesurés laissent désormais place à une inquiétude de plus en plus affichée. Le coronavirus, une bonne grippe? « On s'est trompés, il faut arrêter de les comparer, reconnaît aujourd'hui Gilles Pialoux. C'est bien plus grave. » Ce chef du service infectiologie de l'hôpital Tenon, à Paris, voit, au fil des jours, bondir le nombre de malades. « Les patients arrivent de partout, lâche-t-il. On est stressés! »

    « Mais le coronavirus ne joue pas dans la même cour que la grippe, lâche-t-il. Sans faire peur, il faut mettre les gens face à la réalité ». Qu'elle est-elle? Celle d'un virus plus contagieux et mortel. Ça, on le savait, avec 0, 1% de mortalité pour la grippe, 2 à 3% pour le coronavirus. « Bien sûr, ce n'est pas Ebola, précise Gilles Pialoux. Mais les Chinois ont montré qu'un patient peut aller bien et d'un coup, la deuxième semaine, au 8e ou 10e jour, il se retrouve en réanimation. »
    C'est là la difficulté. Le coronavirus est bien plus fourbe. Certains n'ont pas de symptômes tout en étant contagieux. Difficile de boxer contre une menace parfois invisible. Autre inquiétude, cette fois-ci nouvelle, le profil des personnes admises en réanimation est en train d'évoluer. Il y a deux ou trois jours encore, les hommes et les femmes qui arrivaient dans ces services pour des détresses respiratoires étaient surtout des personnes fragiles, âgées, déjà malades. Désormais, ce ne sont plus les seuls. « Il n'est plus rare de voir des jeunes de 30 ou 40 ans, sans pathologie, lâche Gilles Pialoux. C'est la réalité du terrain. Le cercle s'élargit. »

    Jointe, Catherine (le prénom a été changé), infirmière dans un hôpital, le confirme : « On a des jeunes, sans antécédents médicaux, dans un état gravissime. »

    Interrogé, Jean-Michel Constantin, secrétaire général adjoint de la Société française d'anesthésie et de réanimation, avance une hypothèse. « L'explication que j'en ai, c'est que la contamination est telle qu'on finit par avoir également des formes critiques chez des jeunes ». Il précise que le virus n'est pas en train de muter, mais il se répand vite : « C'est ce qui explique que le nombre de personnes en réanimation croît à vive allure ». En Ile-de-France, ils étaient 6 lundi, contre 100 jeudi.
    Rappelons évidemment que tous les patients les plus graves hospitalisés dans ces services n'en meurent pas. L'immense majorité, 80%, est sauvée. Auront-ils des séquelles pulmonaires ? « Non, mais ils seront épuisés pendant six mois, précise le médecin. Et ils devront passer par une phase de rééducation à cause d'une atteinte neuromusculaire. »

    La France possède 336 services de réanimation, avec en moyenne 8 lits. « On a de la marge, rassure Jean-Michel Constantin. On n'est pas pris de cours. » En effet, la crise sanitaire dans la Péninsule est apparue quinze jours avant la France. Et si notre voisin a été saisi par la rapidité de l'épidémie, les hôpitaux de l'Hexagone, eux, ont eu plus de temps pour s'organiser et augmenter les capacités d'accueil.

    « Le problème, c'est que tous les soignants qui arrivent en renfort en réanimation ne sont pas formés à s'équiper, à enfiler les tenues de protection, reprend Catherine. Il faut aussi beaucoup de monde et de temps pour s'occuper des malades, les intuber, poser les cathéters. Par exemple, on doit être plusieurs pour les retourner sur le ventre afin que leurs poumons soient dégagés et mieux oxygénés. » Un travail de titan qui n'est pas sans risque.

    http://www.leparisien.fr/societe/coronavirus-c-est-plus-grave-que-prevu-12-03-2020-8278890.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Autre problème, les patients du Covid-19 restent, en moyenne, vingt jours en réanimation sous ventilation artificielle. Une période très longue qui ne permet pas à d'autres patients d'occuper les lits. « C'est la mauvaise nouvelle dans la mauvaise nouvelle, admet Gilles Pialoux. Soyons clairs, il faut se préparer au pire. » « Nous ne sommes qu'au début de l'épidémie » a reconnu jeudi le président. Au point que certains médecins tapent désormais du poing sur la table.

      Eric Caumes demande des mesures rapides pour éviter un scénario à l'italienne. « Il faut confiner », s'exclame le chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, qui s'emporte « contre l'amateurisme du gouvernement » : « On a toujours un train de retard. Arrêtons de courir après l'épidémie. » Faut-il jusqu'à aller jusqu'à mettre en quarantaine toute la France? « Probablement, appuie le médecin. De toute façon, on va y arriver. C'est certain. »

      Supprimer
  6. Coronavirus : des consignes strictes imposées aux pompes funèbres :

    L’épidémie de coronavirus impose des mesures sanitaires exceptionnelles aux entreprises de pompes funèbres. Le corps du défunt doit en effet être automatiquement placé dans une housse, recouverte d’un drap, avant d’être transféré en chambre mortuaire. Et cette housse ne doit pas être ouverte par la suite. Impossible alors, pour les familles, de procéder à la mise en bière. Le corps doit être déposé en cercueil simple sans délai. Cercueil qui sera fermé définitivement.

    https://www.lavoixdunord.fr/724929/article/2020-03-12/coronavirus-des-consignes-strictes-imposees-aux-pompes-funebres

    RépondreSupprimer
  7. Donc réfléchissons : jeudi 12/03/2020 = 626 cas confirmés en ile de France, et on apprend que 100 cas seraient en réanimation (pour coronavirus/pneumopathie sévère)en île de France, soit une moyenne de 16%, ce qui est énorme . Or il est dit dans l'article qu'une personne intubée doit l'être durant 3 semaines (ce qui bloque un aspirateur), et que la France ne disposerait que de 336 services de réanimation avec une moyenne de 8 lits, ce qui nous fait approximativement 2688 lits. J'ai lu ailleurs qu'il y aurait environ 5000 lits avec aspirateurs (estimation haute/ quantité négligeable pour 67 millions d'habitants! hallucinant).

    Il faut savoir que l’Italie est débordée et doit choisir des vies alors qu'elle dispose de plus de lits avec aspirateurs que la France, soit 6000 lits.

    Autant dire que la situation est critique et qu'il y a lieu sérieusement de s'inquiéter quant à ce manque de moyens en cas d'explosion épidémique. Les 1ers et les VIP seront sauvés mais pas les derniers; d'où l'intérêt de rester confinés. Qui sera sacrifié? Et après, une fois cette épreuve passée avec son probable lot de souffrances et de pertes humaines, il faudra que certains rendent des comptes envers la nation.

    Enfin, il existe des patients à risque, soit 4 millions en France de BPCO, déficients respiratoires, principalement exposés.

    A part la prière à la vierge marie pour lui rappeler sa protection sur la France, fille aînée de l'église, je ne vois pas comment tous nous en sortir ; un vrai casse tête!

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.