mercredi 5 février 2020

R.I.P. Kirk Douglas.

S. Kubrick, 1957.

9 commentaires:

  1. Les croix de bois, Les sentiers de la gloire, à l'ouest rien de nouveau.

    Mon paternel m'a fait lire ça à l'âge de 12 ans, mes premiers vrais bouquins (et San Antonio, n'oublions pas San A !!).

    Faut dire qu'on habitait au milieu des grandes boucheries de Château-Thierry, et de sa côte 204.

    Assez rapide ma sortie du monde des bisounours du coup entre la paillardise de Dard et la guerre.

    https://www.chateau-thierry.fr/equipement/monument-americain-de-la-cote-204

    Le monument est réputé hanté. Tout petit, il me faisait une drôle d'impression à te glacer les os.

    Le bois Belleau :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Cimeti%C3%A8re_am%C3%A9ricain_du_bois_Belleau

    A l'âge de 5 à 6 ans, je m'étais fait la réflexion que vu le nombre de tombes, tout le monde était mort.

    Pas tout le monde, l'âme de l'Europe seulement.

    ça change du parc Astérix.

    Un choix parental comme on dit !

    Ce sont les seuls "parcs d'attraction" où j'ai mis les pieds.

    Mais le meilleur bouquin sur le sujet, c'était les yeux de mon grand-père, qui s'est bouffé 5 ans de camps au stalag 1B en Pologne, quand nous mobilisions ses souvenirs.

    Savez vous que les Kriegsgefangenen, les KG, sont considérés comme des déportés ?



    Kirk aussi pour Spartacus, et la génialissime scène finale de crucifixion.

    Kirk - Kubrick, quel duo !

    Tof

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tof,

      Qu’est-il arrivé depuis que toi et moi lisions Dard ? (Forcément moi aussi parce que ça trainait chez tout le monde et que quand on est lecteur on lit de tout).

      Quand je lis ton com, les souvenirs et les larmes remontent. Tous les deux nous avons du voir Spartacus à la même époque.

      La révolte des esclaves et Kirk ne doivent pas être totalement étrangers au fait que je sois devenue trotskiste...une pierre de plus...dans nos constructions de citoyens.

      Et, oui aussi, comme toi j’ai vécu un monde où les morts accompagnaient les vivants.

      Te souviens-tu lorsque, enfants, nous étions français ? Écoliers, communiants, encore paysans, sportifs par nécessité et lecteurs par goût, conquérant un peu, imaginatifs...et français, paillards et raffinés, libres et républicains...besogneux et souriants.

      Nous vieillissons ce qui est une chance dans ce monde détruit et sauvage.

      Il ne restera de nous que nos bibliothèques.

      Je ne me sens plus française comme à cette époque. Je ne me sens pas non plus « citoyenne du monde ». Ce qui reviendrait à dire que je suis de partout donc de nulle part et que « tout se vaut », que tous les territoires sont semblables, ce qui est faux. Archi faux. Et c’était bien comme ça.

      Il y a de la chaleur dans la rencontre de l’autre.

      Maintenant il n’y a plus de chaleur, il y a de la lassitude, de l’habitude.

      L’innocence perdue ? Non, je ne pense pas. Trop de réflexions pour comprendre quel est l’interêt de tout détruire pour remplir l’absence par le vide.

      Supprimer
  2. Je ne dirais rien parce que vous avez tout dit.
    Moi aussi je me sents triste ou nostalgique à moins que ce soit la même chose parfois

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, triste... mais les générations qui viennent n’ont pas connu la France.

      Elles ne regretteront rien. Elles vivront dans un monde nouveau, sans nostalgie.

      Dans ce monde nouveau il y aura des pauvres encore plus pauvres et des riches encore plus riches mais .... sans frontières !

      C’est le gain que vend la propagande, l’absence de frontières.

      L’absence de frontières pour la liberté de circulation des esclaves.

      Supprimer
  3. Non il n' ont pas connu la France.
    Et le plus grave c'est qu'il aspirentre à une France fantasmee qui n'a jamais vraiment existé.
    Ils se sont inventé un monde où tout doit être démolis pour en construire un autre.
    Mais sans mémoire et sans histoire on ne peut courrir à la catastrophe.
    Le monde n'est pas une éprouvette ou l'on peut tenter des expériences et jeter le tube à essai quand ça ne marche pas.
    L'absence de frontières en oubliant que les frontières sont des repères. Sans elles pour nous situer dans l'espace, dans notre culture, notre histoire nous sommes perdus.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est ça, Mila, nous sommes dans la confusion organisée.
      Le chaos géographique et historique.

      Supprimer
    2. Mais je n’oublie pas que c’est pour notre bien 😂

      Supprimer
    3. Oui, un certain souvenir de ce que nous étions !

      Tof

      Supprimer
    4. "Oui, un certain souvenir de ce que nous étions !"

      Ce que vous étiez. Une parenthèse pour la France. La France de de Gaulle. Les trente glorieuses. Déjà à la base ce n'est pas la France.

      Vous ne faites que constater la disparition de votre monde. Monde dégueulasse qui est une horreur pour les plus jeune génération. Je ne pense même pas que vous sachiez à quel point.

      La seule question est la suivante : quel monde remplacera le précédent ? Et c'est à ce niveau que les boomers devraient apprendre à se taire.

      Supprimer

Modération.


------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.