mardi 18 février 2020

Tomatovirus.



Connu depuis 2014, le ToBRVF, tomato brown rugose fruit virus ou virus de la tomate, est extrêmement destructeur pour les plants contaminés. Bien que n’étant pas du tout nocif pour l’homme, le virus s’attaque aux cultures, sa rapidité de propagation fait de cette infection une réelle menace. Lorsqu’un pied est atteins dans une serre, toute la production peut l’être également très rapidement.

Bien qu’apparu au Moyen Orient, le virus de la tomate, en quelques années, a déjà beaucoup voyagé. En 2018, il avait déjà atteint l’Europe, l’Allemagne et l’Italie étaient infectés. Pour le continent Américains, le Mexique et les États Unis était touché. En 2019, l’infection a atteinte les Pays-Bas et le Royaume Unis également. Les plants contaminés venait par ailleurs des Pays-Bas. Leur type de culture facilitant la propagation du virus.

Le virus de la tomate est un mal qui pourrait affecter grandement la production de tomate mondiale. Le ministère de l’agriculture a même déclaré qu’il pourrait avoir : « des conséquences économiques majeurs pour la filière ». Pour l’instant, une seule exploitation française souffre du virus mais l’heure est à la vigilance. Source

Merci Mila, j’ai failli oublier ! 

Exclure de notre alimentation le poulet, la sauce tomate, les raviolis et pizzas, le cochon, les canards, les chauve-souris, les pangolins, le sanglier, les oies, les dindes, les crustacés, les ratatouilles...

Pour le moment on peut continuer à consommer des nouilles, des pommes de terre et des haricots.

C’est l’essentiel ! Un chapati et Hop !