samedi 22 février 2020

Ambiance de quartier.

Pour répondre à un commentaire. L’auteur se reconnaîtra.

Ce matin, quelques petites courses style Franprix /G20, pas Monoprix, trop sale, trop cher.

Et, oui ! À part pour acheter de l’encre à imprimante et une ramette de papier ou ce genre de choses pas utile d’aller à Monoprix dépenser pour rien de plus et de mieux !

Passage au bar-tabac acheter des cigarettes pour le week-end.

En tout, une sortie de 25 minutes, pas davantage.

Je croise une FDS qui me demande 20 cts d’euros. Pourquoi seulement 20 cts ?

Je pense que les gens donnent leurs pièces jaunes et plus 1 € comme « avant ». Une vraie DS, habillée normalement, une femme vieillissante, entre deux âges mais pas les meilleurs.

C’est la première fois.

Au tabac, trois incidents étaient en cours :

-Un monsieur au comptoir qui n’avait pas de quoi payer ses consommations et qui tentait de se justifier en langage approximatif tout en retournant ses poches...

-Un autre monsieur qui n’avait pas de quoi payer une carte téléphonique pré-payée et qui était en panique.

-Un autre dont la carte de paiement était « muette » au moment où il allait prendre ses cigarettes.

Dans la supérette, chacun avait ses achats à la main, c’est vous dire que le nombre de produits choisis.

Rien de ce qui est « cher » n’est en rayon. Rien de « bio », aucun produit d’entretien tel le « cillit bang » trop onéreux, pas de lessive pour les lainages...la crème Nivea est sous clefs, derrière une vitrine, les alcools, derrière la caisse, mais surtout derrière le caissier ;)

Sur 3 caisses à l’origine, seule une est restée en fonction. Un samedi matin. La dégradation et la dégringolade s’est déroulée sur 3 ans.

3 ans.

À part ça, l’ambiance est détendue :)

Blague à part, il ne faut pas omettre le côté sympa. C’est un petit quartier, on se demande de nos nouvelles mutuellement. C’est un peu provincial comme échanges !

Aucun masque, au fait...:)