jeudi 9 janvier 2020

Manifestations au 36° jour de grève. (Mise à jour).

Cortèges fournis partout en France.
À 13h à Paris.


Photos du jour :




« Ne manifeste pas sinon tu ne verras jamais ta retraite de 1000€ ! »

12 commentaires:

  1. Bizarre j'essaye de poster des commentaires et ça bloque

    RépondreSupprimer
  2. Billevesées que ces grèves !

    The sujet du jour, c'est le MEGXIT, la dramaturgie qui occupe la royauté britannique.

    Meg veut monter son petit empire financier aux USA et gagner sa croute.

    Bon anniversaire Kate !

    :)

    Australie : les oiseaux de proie pris en flagrant délit de propagation des incendies. Les petits rapaces ramassent des bouts de bois enflammés et propagent les incendies pour faire sortir leurs proies du bois, ensuite attendues à la lisière du feu :

    https://cosmosmagazine.com/biology/australian-raptors-start-fires-to-flush-out-prey

    Bon, et ces grèves alors ?

    La réponse :

    https://www.youtube.com/watch?v=ljNlLIwKbn4

    Et Ghosn alors ? Il a dit ce que j'ai déjà dit ici, à savoir que CRAMON a foutu la merde dans l'alliance Nissan/Renault en augmentant comme un renard la part de l'Etat dans le K de Renault alors qu'il était Sinistre des Finances, provoquant l'ire des japs !

    Et Trump alors ? Il fait couiner le gvt irakien, il veut la moitié de leur pétrole en échange du paiement des bases US.

    Il n'a pas son pareil pour souffler le chaud et froid et faire casquer le petit commerçant.

    Des méthodes qu'il a acquises avec la mafia de NYC.

    Tu raques ou tu crèves.

    Lui y en a besoin de sous pour faire tourner sa baraque à frites encore un petit moment.

    Tof

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Billevesées que ces grèves !"

      Moi je ne trouve pas, heureusement qu'il y a des gens qui se battent.

      Supprimer
    2. Le question est pour qui se battent ils ?
      Ras le bol et je le dis d'autant plus tranquillement que personnellement je ne suis pas affectée.
      Je me suis fait bloqué par un "ami" cheminot à la retraite qui me disait que lui avait un compte épargne dédié à la grève.
      La grève comme culture d'entreprise en somme.
      Il a publiéson decompte de pension 1900 € pour 28 ans de service
      Donc j'ai publié celui de mon mari 1600 pour 43 ans
      Il a pas aimé ce con
      Ça va bien les pleureuses

      Supprimer
    3. @Lazare, c'est de l'humour !

      Regardes la vidéo de Treffainguy.

      @Mila : ton mari devrait toucher 2000 au bas mot, donc ne jouons pas la jalousie entre branches.

      Depuis le passage à l'euro et avant cela les 35H mal gérées, il manque 30% de pouvoir d'achat à la classe moyenne !

      Comme prévu, la CFDT se prépare à trahir, en obtenant des miettes sur l'âge pivot, la pierre d'angle pour l'entubage général.

      En matière de durée légale de l'âge de départ, ce n'est plus la bête humaine qui tue les gens, mais la bête informatique qui les broie par le stress, la dépossession, l'infantilisme, les procédures débiles, le flicage permanent, les temps de transport, les CDD, et donc pour finir les crédits à la conso.

      40% de la population sous anxiolytiques !

      Tof

      Supprimer
  3. Fatma Bisounours ben couscous9 janvier 2020 à 05:50

    Il a des gens qui manifestement et qu'on bat.
    La 3 e photo est une honte!

    RépondreSupprimer
  4. 36° jour de grève ? Un peu comme l'acte 356000 des GJ ?

    C'est moi ou le gouvernement se marre ?

    RépondreSupprimer
  5. La seule greve qu'ils ne font PAS.
    "C'est tout gratuit"
    pour
    Transport,soins,justice,liberté et FREXIT
    JSP

    RépondreSupprimer
  6. J'ai evité une charge de crs a 10 secondes près ce midi, les manifestants n'étaient pourtant pas du tout belliqueux. C'était violent, je comprends que beaucoup soient découragés ou aient peur de manifester.

    RépondreSupprimer
  7. 29 mai 1968

    Je m’adresse aujourd’hui à toute la Maison : aux gardiens comme aux gradés, aux officiers comme aux patrons, et je veux leur parler d’un sujet que nous n’avons pas le droit de passer sous silence : c’est celui des excès dans l’emploi de la force.

    Si nous ne nous expliquons pas très clairement et très franchement sur ce point, nous gagnerons peut-être la bataille sur ce point, nous gagnerons peut-être la bataille dans la rue, mais nous perdrons quelque chose de beaucoup plus précieux et à quoi vous tenez comme moi : c’est notre réputation.

    Je sais, pour en avoir parlé avec beaucoup d’entre vous, que, dans votre immense majorité, vous condamnez certaines méthodes. Je sais aussi, et vous le savez avec moi, que des faits se sont produits que personne ne peut accepter. Bien entendu, il est déplorable que, trop souvent, la presse fasse le procès de la police en citant ces faits séparés de leur contexte et ne dise pas, dans le même temps, tout ce que la même police a subi d’outrages et de coups en gardant son calme et en faisant simplement son devoir.

    Je suis allé toutes les fois que je l’ai pu au chevet de nos blessés, et c’est en témoin que je pourrais dire la sauvagerie de certaines agressions qui vont du pavé lancé de plein fouet sur une troupe immobile, jusqu’au jet de produits chimiques destinés à aveugler ou à brûler gravement. Tout cela est tristement vrai et chacun de nous en a eu connaissance.

    C’est pour cela que je comprends que lorsque des hommes ainsi assaillis pendant de longs moments reçoivent l’ordre de dégager la rue, leur action soit souvent violente. Mais là où nous devons bien être tous d’accord, c’est que, passé le choc inévitable du contact avec des manifestants agressifs qu’il s’agit de repousser, les hommes d’ordre que vous êtes doivent aussitôt reprendre toute leur maîtrise.

    Frapper un manifestant tombé à terre, c’est se frapper soi-même en apparaissant sous un jour qui atteint toute la fonction policière. Il est encore plus grave de frapper des manifestants après arrestation et lorsqu’ils sont conduits dans des locaux de police pour y être interrogés. Je sais que ce que je dis là sera mal interprété par certains, mais je sais que j’ai raison et qu’au fond de vous-mêmes vous le reconnaissez.

    [...]

    RépondreSupprimer
  8. [...]

    Si je parle ainsi, c’est parce que je suis solidaire de vous. Je l’ai dit déjà et je le répèterai : tout ce que fait la police parisienne me concerne et je ne me séparerai pas d’elle dans les responsabilités. C’est pour cela qu’il faut que nous soyons également tous solidaires dans l’application des directives que je rappelle aujourd’hui et dont dépend, j’en suis convaincu, l’avenir de la préfecture de police.

    Dites-vous bien et répétez-le autour de vous : toutes les fois qu’une violence illégitime est commise contre un manifestant, ce sont des dizaines de ses camarades qui souhaitent le venger. Cette escalade n’a pas de limites. Dites-vous aussi que lorsque vous donnez la preuve de votre sang-froid et de votre courage, ceux qui sont en face de vous sont obligés de vous admirer même s’ils ne le disent pas.

    Nous nous souviendrons, pour terminer, qu’être policier n’est pas un métier comme les autres ; quand on l’a choisi, on en a accepté les dures exigences mais aussi la grandeur.

    Je sais les épreuves que connaissent beaucoup d’entre vous. Je sais votre amertume devant les réflexions désobligeantes ou les brimades qui s’adressent à vous ou à votre famille, mais la seule façon de redresser cet état d’esprit déplorable d’une partie de la population, c’est de vous montrer constamment sous votre vrai visage et de faire une guerre impitoyable à tous ceux, heureusement très peu nombreux, qui par leurs actes inconsidérés accréditeraient précisément cette image déplaisante que l’on cherche à donner de nous.

    Je vous redis toute ma confiance et toute mon admiration pour vous avoir vus à l’œuvre pendant vingt-cinq journées exceptionnelles, et je sais que les hommes de cœur que vous êtes me soutiendront totalement dans ce que j’entreprends et qui n’a d’autre but que de défendre la police dans son honneur et devant la nation.

    Prefet Maurice Grimaud

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.