dimanche 19 janvier 2020

L’arnaque de la voiture électrique.




Exit le forfait fixe de 8 euros. Pour recharger sa voiture électrique sur autoroute, Il faudra désormais payer au kilowattheure consommé et la facture finale devrait être bien plus salée. Il en sera ainsi sur les bornes de recharge Ionity, sur l’ensemble du réseau européen. L’opérateur a décidé de changer ses prix à partir du 31 janvier prochain et facturera à l’énergie consommée, soit 0,79 euro par kilowattheure (kWh).

au lieu des 8 euros forfaitaires payés jusqu’ici, un automobiliste qui souhaiterait recharger 100 kWh devra s’acquitter d’un facture de près de 80€.

Prenons, par exemple, le cas d’une Renault Zoé, dont la consommation moyenne est estimée justement à 20 kWh/100 km. Si l’on applique les nouveaux tarifs de Ionity, il en coûtera 15,80 euros à son propriétaire pour parcourir 100 km. Le même trajet dans un véhicule thermique équivalent, une Clio par exemple, revient à moins de 10 euros pour 100 km. Source et plus

Pétrole ! Pétrole ! Pétrole ! le climat on s’en fout on n’a plus d’sous ! le pétrole pour les pauvres, le nucléaire pour les riches ? Ou l’inverse ? L’inverse, bien sûr ! 

500 millions d’humains et pas davantage ! Je le garde toujours en tête. 

21 commentaires:

  1. The Faint a aussi un album de ce nom
    https://www.youtube.com/watch?v=nEepmylPdPw

    RépondreSupprimer
  2. oupss mauvais article :)

    RépondreSupprimer
  3. Le vocable "voiture electrique" est un leurre car il exclue le mode de production de l'electricité et qu'il inclue toutes sortes de voitures ce qui empeche de penser le concept de façon intégrale.

    La voiture électrique ne doit pas imiter la voiture à essence car elle n'est pas performante dans les mêmes domaines. C'est dailleurs la raison d'être des hybrides.

    Ce que la voiture eletrique n'aime pas :

    Des trajets longs.
    Des vitesses élevées.
    Des trajets libres.
    Des véhicules lourds.
    Des recharges rapides.
    La non utilisation pendant des périodes prolongées.
    Le froid.
    L'eau.
    Les options electriques.

    Ce en quoi il est potentiellement meilleur que la voiture à essence :

    L'autoconsommation.
    L'absence d'entretien et de consommables comme l'huile moteur.
    La simplicité mécanique (ni embrayage ni boite de vitesses)
    Le silence de conduite
    La reprise

    En fait si on est capable de produire une bonne partie de l'électricité qu'on consomme, par exemple avec des panneaux solaires, et qu'on se limite à une autonomie quotidienne préféfinie, la voiture electrique est un moyen de transport raisonnable.
    Cela implique de se contenter d'un petit véhicule, aussi léger que possible avec une batterire modeste. Qu'il faut habiter un climat chaud et ensoleillé, disposer d'un parking et d'une terrasse bien exposées et rester ne parcrourir que 30 à 40 km (un rayon d'action de 20km donc).

    Si on veut une routière c'est carrément pas un bon choix. Le réseau de stations de recharge n'est ni homogène ni fiable et ne couvre pas correctement le territoire. Le poids mort des batteries en fait une voiture de plaine. Le froid, la clim et toute autre option electrique réduisent énormément l'autonomie.

    Enfin les systemes de recharge rapide sont des arnaques totales.

    Chaque systeme est propriétaire.
    Dans une même station les usagers sont en concurrence pour le débit (plus il y a de voitures qui chargent plus le débit est divisé)
    En cas de pointe de consommation electrique (grand froid par ex), les stations sont coupées du réseau. Bonne nuit dans la neinge au milieur de nulle part.

    Et évidemment si vous ne rechargez pas votre voiture pendant deux ou trois mois, vous risquez de fusiller la batterie à 26000 Euros alors que si vous laissez votre voiture à essence 4 ans au garrage, elle redémarrera sans souci (avec une batterie neuve elle aussi mais c'est une batterie à 120 Euros).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Enfin un économiste qui parle de façon réaliste de la résilience energétique. à partir de 19:00

      https://youtu.be/XYNQ3W60B8c

      Il en parle mais ne l'a pas encore commencé, si j'ai bien compris.

      C'est pourquoi je ne suis pas tout à fait d'accord avec l'ordre de ses priorités, mais globalement c'est ça. A l'aune de mon expérience remetterais les choses dans ce sens :

      1) S'installer dans une propriété individuelle. On ne peut rien faire en copropriété.
      2) Choisir judicieusement la région en fonction de ses besoins/objectifs et des moyens qu'on veut mettre en oeuvre pour y arriver. Par exemple, de part chez moi, le bois c'est cher. Il n'y a pas de forêts. Par contre il y a plein de soleil et des hivers courts. D'autres choisiront plutôt un lieu très boisé. Moi ça ne me conviens pas. Le bois a une fâcheuse tendence à ne pas vouloir passer de la forêt dans la chaudière tout seul alors que le soleil, lui, revient chaque matin tout seul comme un grand après avoir fait ses prosternations sous le trone d'Allah touça. En plus les gouvernements semblent vouloir légiférer la coupe et l'usage du bois de chauffe alors que c'est pas demain la veille qu'on mettra un compteur sur le soleil. Il y a d'autres critères qu'énergétiques dans le choix du lieu, mais c'est pas le topic.

      3) Construire une maison bioclimatique est indispensable, mais c'est cher. Cependant, il y a des maisons traditionelles (on va dire d'avant les années 60) qui sont adaptées à chaque région. La mienne a des murs de 60cm en pierre, une hauteur sous plafond important. Son inertie thermique est excellente. Je n'ai eu qu'à en améliorer les caractéristiques bioclimatique à la marge pour un prix très en dessous des solutions bioclimatiques moderne.

      5) Avant de se lancer dans l'achat d'équimements, il faut faire un état des lieux des ressources. On est habitué à des équipements qui abusent de la transformation d'energie. Or chaque fois qu'on transforme l'energie, on a des pertes supérieures à 20%. Il est plus rentable d'utiliser l'energie sous la forme sous laquelle elle est diponible que de la transformer. Le rayonnement solaire, par exemple est thermique. Il est absurde de le capter sous forme d'electricité pour ensuite transformer cette électricité en chaleur. Ne rigolez pas c'est très courant comme idée chez les autonomistes. Non seulement vous avez un rendement faible mais en plus vous complexifiez inutilement le procédé avec un coût d'équipement, un niveau d'expertise et une possibilité de panne bien trop élevés.

      Supprimer
  4. Oui madame, 500 millions mais de quelle race? La question est plus que litigieuse et les reponses multiples...choisirons nous? J en doute...choisiront ils? C est probale mais mais peu souhaitable...le plus impartial serait un impact cosmique...

    RépondreSupprimer
  5. Mais bien sûr WENDY !! Faut vraiment être bouché pour ne pas se douter que cela ne serait pas gratuit comme ils ont voulu le faire croire (attention, j'ai rien contre les BOUCHERS...) mais par contre les bouchés feraient bien de se réveiller...Le produit c'est TOI

    RépondreSupprimer
  6. Au fur et à mesure le "bon plan" de l'électrique va disparaître. La vache à lait a cru sortir de l'étable la bonne blague.

    RépondreSupprimer
  7. Le bon plan électrique ne va pas disparaître. Ce qui est dommageable à ce plan est lié à la société de consommation. Tout comme l'énergie libre qui ne pourra se déployer que dans un "après" de cette société de conso.
    Pas besoin de rêver car le sujet du gratuit pour tous est un avatar de cette conso effrénée.
    Le basculement vers l'électrique va être synonyme des prélèvements de taxes sur le pétrole. Ce que les états perdent sur l'ancien modèle doit être récupéré sur le nouveau modèle de société.
    Géocédille n'a pas une vision très pratique du sujet électrique. Tout comme les utilisateurs actuels des véhicules hybrides. Ce sont des visions inspirées par le "léger" comme les trottinettes et autres véhicules de transitions. Les véhicules hybrides sont des catastrophes ambulantes . Ce sont des véhicules très sophistiqués qui seront bientôt collectors car ils n'ont aucun avenir durable. Ce sont des véhicules de transition pour faire entrer le tout électrique dans la pensée des gens.
    Le véhicule électrique est durable et relativement simple de conception. Il est fabriqué en série depuis longtemps et utilisé 24/24 en milieu industriel. Sa fiabilité et sa maintenance sont connues et ce sont des paramètres que les constructeurs automobiles français ont bien compris. C'est pourquoi ils ont demandé un plan d'urgence de sauvegarde pour l'année 2020. Ils ont des chiffres alarmants concernant les chutes des ventes programmées pour 2020 par les nouvelles taxes qui se greffent sur les véhicules à combustion.
    Le seul problème du véhicule électrique est le stockage dans une batterie. Cette difficulté peut être contournée par des techniques qui ont fait l'objet de nombreux brevets mais qui sont restées cachés dans les tiroirs des constructeurs. La mode médiatique des idées de Tesla a caché beaucoup d'autres petits inventeurs de génie. Que ce soit l'usage de l'eau pour finir d'utiliser les moteurs thermiques ou des composants spéciaux dans la composition des batteries ...les usagers font avoir des difficultés pour sortir du piège électro-nucléaire.
    Un membre de ma famille a passé 40 ans sur un engin électrique(chariot élévateur). Cet usage est connu rapide, fiable et le problème batterie se gère par changement de batterie toutes les 8h . Il y a maintenant de nouvelles batteries qui restent 24/24 car il y a possibilité "d'extraire" un composant très facilement.
    Cet usage industriel spécifique ne correspond pas aux voitures d'aujourd'hui mais il laisse présager que des inventions vont voir le jour .
    Les panneaux solaires et les éoliennes sont des avatars qui ne sont pas fiables et ne sont que de vulgaires dynamos de vélos. Les idées pour capter l'électricité qui nous environne à chaque instant vont arriver bientôt.
    Toute notre société va changer et l'électricité va être la "totale" de notre source d'énergie.
    Il faut se sortir la tête des angoisses des taxes et autres niaiseries du moment . Il y a beaucoup de moyens individuels pour produire de l'électricité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salauds de tiroirs.

      Supprimer
    2. "Géocédille n'a pas une vision très pratique du sujet électrique."
      Si tu le dis.

      Mais je ne parlais pas du sujet electrique je parlais du sujet transport motorisé.

      Et le transport ne se réduit pas au véhicule. Pour comprendre ce que je signifie par là l'idéal c'est de regarder comment le transport automobile généralisé a été conçu par l'Allemagne et la France entre deux guerres. Avant c'est pas parlant, seule l'élite qui a une voiture et la technologie n'est pas encore stable.

      Les choix allemands et français sont radicalement opposés.

      La voiture du peuple allemande est la coccinelle. La francaise est la deudeuche.
      La coccinelle est une voiture pour infrastructure routière. Elle va plus vite que la deudeuche, avec son moteur 4 pistons en ligne, lourde et ses suspentions sont rigides car elle est faite pour les autoroutes qu'Hitler fait construire à tour de bras.
      La deudeuche est peu puissante avec son moteur de moto, deux cylindres boxer, légère, et ses supentions souples ont une ampliture qui en fait une voiture tout terrain. Citröen sait faire des voitures routières, comme la traction avant, ce n'est donc pas un balbutiement technologique. Au contraire, la 2CV est un projet d'ingénieur avec un nombre d'innovations peu commun dont je ne parlerais pas ici,c'est pas le sujet.

      La finalité de la 2CV est d'être la voiture pour la campagne où il n'y a pas d'instrastructure routière. Il est inutile qu'elle aille vite, les chemins de campagne ne sont pas des autoroutes.

      Les deux voitures ont connu une carrière commerciale d'une longévité exceptionelle, montrant qu'elles étaient bien conçues mais le modèle qui a prévalu c'est celui de la VW : des routes goudronnées partout.
      C'est un modèle complet : un tonneau de pétrole brut produit une quantité donnée de bitume, de diesel, d'essence et de kérozène.

      Il convient donc d'optimiser l'usage de la distillation de ce but : on construit autant de route qu'on produit de bitume, autant de moteurs essence et diesel que de carburant respectifs, autant d'avions au bout des routes bitumées qu'il y a de kérozène à brûler.

      La 2CV peut évidemment rouler sur l'asphalte et on a oublié à quel usage elle était destinée.

      La généralisation du transport électrique est un paradigme totalement différent.

      Pas de brut, pas de bitume.
      Pas de bitume, pas de routes asphaltées.
      Pas de route asphaltées, retour à la voiture du peuple de Citroën, exit la voiture du peuple d'Adolf.

      Vous me direz "on peut faire des routes en ciment". C'est vrai. D'ailleurs du temps d'Adolf les autoroutes étaient en ciment (avec des joints réguliers très désagréables). Mais le ciment est polluant et energivore. C'est impossible de monter en échelle pour remplacer l'infrastructure routière par des routes en ciment.

      Si on ne produit plus autant de pétrole, le chemins de terre referont leur apparition et le mode de transport définit par la dedeuche redeviendra d'actualité.

      Supprimer
    3. Tracteur pour tracteur la deudeuche c'est la grenouille qui saute et virevolte. La VW est le tank teuton .
      Le débat n'est pas dans le type d'énergie ni la dépendance du réseau. Tu te trompes d'époque.
      Nous sommes dans la propagande électrique sur tous les fronts. Le véhicule en lui-même est accessoire puisque les véhicules autonomes vont prendre le relais à moyen court terme. Les estimations annoncent qu'il ne restera plus que 20% du parc automobile en circulation. C'est la raison de l'inquiétude des constructeurs et des planificateurs de réseau.
      Le sens caché du ralentissement du réseau à 80km/h est l'arrêt TOTAL de la voiture individuel. Les spécialistes de la sécurité routière réclament un ralentissement encore plus conséquent à 70 !!!!
      Ils ont constaté que les morts sont plus nombreux depuis 1 an et que les zones limitées à 70 ne sont plus respectées. Donc ils en déduisent que les radars ont disparu de mort "prématurée" et que le 70 doit être de rigueur sur tout le réseau.
      Donc routes en ciments ou bitume on s'en fout un peu. Demain plus personne n'aura de garage , on pourra picoler sans retenue et commander le transport pour rentrer au bercail.Les fluxs sur les voies de circulation seront à des vitesses vertigineuses de l'ordre de 300 à 500km/h. Ce qui est encore impossible actuellement avec les initiatives humaines et les problèmes de comportement.
      La bagnole sera électro ou pétroleuse, hydrogéneuse ou nucléaire , et on s'en bat complètement.
      Les drones taxis seront peut-être aussi au rdv pour aller dans des endroits compliqués hors réseau.
      A part la téléportation on n'a pas à se tracasser de tous ces changements.
      Retour vers le futur?

      Supprimer
    4. Ah les bons moments de mon enfance! On allait aider le voisin à traire les vaches avec mes petits voisins !
      Nous étions véhiculés à l'arrière d'une 2CV camionnette conduite jusque dans le champ ! A chaque cahot on se cognait la tête au plafond de la deudeuche lol.

      Supprimer
    5. La voiture autonome est encore plus dépendante de la qualité de l'infrastructure que la VW. Je te garantie qu'aucune Tesla ne peut circuler en autonome sur mon île.
      La question de l'infrastructure est essentielle. Elle a provoqué la faillite de es précédentes tentaives d'union européenne et ça s'est passé en Grèce à chaque fois.
      L'Union Latine, sous Napoléon III était une union monétaire basée sur le franc or comme monnaie internationnale entre la France, la Suisse, l'Italie, L'Espagne et la Grèce puis d'autres pays.

      Ca a permis aux entreprises françaises de se lancer sur de nouveaux marchés extérieurs, comme la construction de la jonction grecque de l'orien Express, le canal de Corinthe, le port du Pyrée, le pont Rion-Antrion etc.
      Ca a fourni du taf à ce entreprises, mais ces infrastructures se sont révélées non rentables, comme souvent (rappelez vous la faillite du tunnel sous la manche) et la Grèce fait faillite, entrainant dans sa chute l'Union Latine, créant un situation continentale qui s'est soldée par la 1ere guerre modiale.
      Ben là c'est rebelotte.
      Sauf que ce n'est pas que la Grèce.

      Le souci est que cette frénésie d'infrastructure débouche sur une augmentation plus rapide des frais d'entretien que de l'activité économique. Le cout d'entretien de l'infrastructure viellissante est devenu problématique dans tous les pays industrialiés. On a vu en Italie et aux USA des ponts s'effondrer. En GB des trains dérailler.
      Il y a le coût de démantellement des centrales nucléaires.

      Tant que les gens chargés de l'aménagement du territoire ne prendront pas en compte la totalité de la vie d'une infrastructure et tableront sur l'idée que "ça sera sans doute rentable à long terme" au doigt mouillé, il y aura des crises économiques récurrentes.

      Supprimer
    6. La voiture autonome a un vrai souci pour l'instant qui est la présence humaine. Quand à coups de taxes on aura laissé les voitures individuelles au fond des garages le système pourra mettre le paquet pour faire un réseau unique et dédié comme les réseaux ferrés.
      Le paradoxe du moment est le mélange des genres. Des voitures autonomes circulent en permanence sur le réseau français depuis plusieurs années. Mais il y a toujours quelqu'un derrière le volant car la législation n'a pas lancé le truc. Personne ne les identifie parce qu'elles sont comme les autres voitures.
      Les réseaux vont être très rentables tout comme ceux des transmissions .
      Il y a 50 ans personnes n'aurait cru qu'un jour on effectuerait des paiements par carte bancaire et qu'une transmission téléphonique aurait lieu à chaque paiement. Aujourd'hui quelque soit le montant et si infime soit-il on peut transmettre sans hésitation . Ce réseau est de l'aménagement complexe tout autant que celui des véhicules qui eux ne sont que de gros tas de ferraille à roulette. Les fils ou les câbles ou les antennes ou les satellites peuvent merder s'écrouler . Tout comme tes ponts et tes trains qui déraillent il y a toujours une nécessité de maintenance et d'argent.
      la rentabilité se fait sur le dos de l'usage , ou plutôt de l'usager! Quand ça ne suffit pas c'est la collectivité qui paye. Les TER ont ce même souci. Parfois sur certaines lignes il y a 4 ou 5 personnes dans le train à certaines heures. Pourtant les structures sont là avec un chauffeur qui n'en a que le nom puisqu'il ne chauffe rien mais qu'il faut quand même payer "grassement"...(merci les grèves?).
      Les aménagements du territoire n'ont pas spécialement pour objectif d'être rentables. Ils sont avant tout pour organiser la vie de la société d'une façon qui corresponde au bien de chacun.
      C'est ainsi qu'on peut penser qu'il est logique d'avoir des péages aux autoroutes qui sont une consommation spécifique d'un confort et d'une rapidité de déplacement. Mais cette logique devrait être complète et redistribuer l'argent des péages aux contribuables qui ne les utilisent pas!
      Non?
      J'arrête là parce qu'on arrive aux revendications des GilLe et Jones qui réclament qu'on leur rende les sous.
      Manu rend-nous le pognon?

      Supprimer
    7. La voiture autonome, comme l'hyperloop et le 737 max, sont des réponses à des problèmes qui ne correspondent pas aux enjeux du monde réel.

      Il n'y a pas de crise du permis de conduire pour qu'on ai besoin de voiture autonomes. Le surcoût de fabrication n'est pas justifiable.

      La baisse des accidents n'est pas démontrée. J'ai vu des épaves de Tesla qui ont foncé connement sur des séparateurs d'autoroute, c'était pas beau à voir. Accidents qu'un humain n'aurait jamais provoqué.

      Je pense que les gens sont disposés à acceper le risque de leurs propres erreurs de conduites, mais crever à cause d'une syntax error... heu...

      L'enjeu du monde actuel c'est le modèle du développement industriel qui reste encore notre boussole. Certes on a renoncé à dire des pays du tiers monde qu'ils sont sous développés et ensuite en voie de développement, mais c'est pour les dire émergents.

      Emergents de quoi? du sous développement industriel.

      Dans un monde aux ressources finies, on ne peut pas avoir un modèle économique durable basée sur l'industrialisation généralisée.

      Tout ce qui implique le maintiens d'une infrastructure vaste et sophistiquée est condamné à l'echec.

      L'avenir c'est l'infrastructure limitée. Tesla c'est le passé.

      Supprimer
    8. Le monde est à l'image de l'homme. Les infrastructures sont les vaisseaux sanguins qui permettent les échanges entre les muscles et la pompe.
      L'industrialisation va disparaître car elle est accessoire.
      Idem pour l'économie basée sur la consommation qui n'est qu'un transfert . Le troc ne va pas faire sa réapparition malgré les essais ici ou là.
      Tous les biens matériels sont des pansements sur une jambe de bois.
      La complexité de notre monde est à l'image de notre mental qui cherche toujours en compilant d'anciennes infos. Le parallèle peut être fait avec le système des assurances qui utilisent cette technique et ajoutent la peur.
      Notre monde peut être beaucoup plus simple mais pour les personnes dites "évoluées" ce serait ennuyeux. Voir le film "la belle verte" pour comprendre le sujet.....
      Notre monde peut continuer à être technologique mais il peut très bien être réellement à notre service. Les projets de véhicules autonomes sont à prendre avec plus de recul. En son temps le train ou l'avion ont créé ces peurs de l'inconnu. On disait même qu'au-delà de 60km/h l'homme mourrait.
      Pourtant l'homme allongé dans son transat se déplace dans l'espace à plusieurs milliers de kms/h mais il n'en a pas conscience puisque son environnement ne lui en donne pas l'info si ce n'est le déplacement apparent du soleil.
      Le futur va nous bluffer comme le téléphone portable qui a envahi l'espace africain sans passer par l'étape du réseau filaire.
      Les africains vont mettre en place notre futur modèle de société . C'est incroyable pour l'instant mais attendons de voir!

      Supprimer
    9. "Les africains vont mettre en place notre futur modèle de société"

      On y est déjà ! Aujourd'hui, c'est déjà demain ! ^^

      http://www.topito.com/top-cartes-visite-marabout

      Supprimer
    10. Bien sûr 😂😂😂 tous dans les cases

      Supprimer
    11. Mais... Que faire de ceux à qui il en manque une?

      Supprimer
    12. Mila ! Si tu es en panne de voiture au fin fond d'un pays africain tu oublies ton regard européen . Tu vas voir et apprendre qu'on peut te réparer ta voiture et même ton ordi ou ton Iphone dans une "case" ou sur le trottoir.
      Il faut arrêter de prendre les autres cultures pour des fonctionnements de demeurés!

      Supprimer
    13. Il faut avouer que parfois ils sont capables de faire des miracles avec trois bouts de ficelle. Mais là on parle de l'africain d'Afrique, pas celui devenu un consommateur comme un autre en Occident.

      Supprimer

Modération.


------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.