samedi 11 janvier 2020

Des invocations pour les 5-10 ans.


Les sceaux des démons...


Aaron Leighton un auteur pour enfants. Sa courte bio.

Son ouvrage, A Children’s Book of Demons, aurait mérité un clin d’œil dans les médias pour ses petits conseils, relatifs à l’univers démoniaque. En effet, les lecteurs de 5 à 10 ans puiseront dans son guide de quoi créer des sceaux et produire leurs propres démons, à l’image de ceux que Leighton dépeint.

Par exemple, Spanglox, qui serait le « mieux habillé des enfers », et une fois invoqué, offrirait des recommandations vestimentaires et observations sur la mode incomparables. Ou encore, Corydon, spécialisé dans le rire, ou Flatulus, dont le nom ne laisse aucun doute quant à son champ de compétence et même Quazitoro, qui retrouve tout objet perdu — clefs, téléphone, courrier, etc. 


—————-

Maman achète ses anges et ses bougies blanches, les marabouts ont pignon sur rue et les bambins invoquent les dém....

Plus le QI baisse, plus nous perdons de mots de vocabulaire, plus ces pratiques même plus occultes s’étendent.

Plus nous perdons de contrôle sur nos vies, plus certains cherchent du pouvoir dans un ailleurs inexistant au sens strict.

À ce rythme c’est le retour à la grotte sous peu, à chaque tribu son totem ! 

Quand les platistes ont envahi le web, suivis par les récentistes, suivis par les supremacistes, dont ceux qui veulent s’approprier les pharaons égyptiens, nous n’avons pas bougé.

Maintenant le web est infesté de sorcières et de démons, c’était le but de toutes ces sottises ? Je crains la suite 😂 ! 

Le bien c’est le mal ? L’ignorance c’est la puissance ? 


Non seulement les gamins emploient 400 mots de vocabulaire mais ces mots sont vides de sens.

Non, tout ne se vaut pas ! 

Les mots ont un sens maîtrisé par certains qui les utilisent à fins de propagande.

Une sorcière n’est pas une fée, un sorcier n’est pas un enchanteur et un démon n’est pas un ange avec un coup dans l’aile.

Le fait que tout ceci n’existe pas est accessoire car les contes structurent la pensée et deviennent des références morales inconscientes. 

Ce phénomène se nomme une « voûte mythique » et à pour but de faire société, de parler de la même chose en utilisant des références communes.

Cher Aaron, 

Qui t’a commandé cet ouvrage ? Je lis que tu as travaillé pour Target, le mal se vend-il si bien que ça ?

Merci pour ta réponse avec l’étude de marché afférente.

Best Regards. 

——————-

(Si à 5-10 j’avais invoqué les démons et raconté que je voulais devenir une sorcière je n’ose imaginer la réaction de ma grand-mère ! 😂).



Source