mardi 8 octobre 2019

Sommeil perturbé des agents préfectoraux.



Selon nos informations, cette clé USB a été trouvée sur le lieu de travail du tueur, dans son bureau de la préfecture de police. En l'examinant attentivement, les experts informatiques de la PJ parisienne ont découvert que plusieurs fichiers avaient été volontairement effacés. Deux types de fichiers, qu'ils ont réussi à restaurer.
Il y avait d'une part des vidéos de propagande de l'Etat islamique, et notamment des scènes de décapitation. Mais il y avait aussi, et c'est encore plus inquiétant, une sorte de trombinoscope avec les noms et les données personnelles de plusieurs dizaines de policiers de la Direction du Renseignement.