dimanche 20 octobre 2019

Les migrations de santé.




Dans son bureau exigu de l’hôpital public, rempli des cadeaux de patients reconnaissants, ce grand chirurgien a l’air abattu:
 «Je ne veux plus qu’on m’agresse ni qu’on me menace. Cela fait trente-six ans que je sers à l’hôpital. Je ne pensais pas me retrouver un jour aussi las»...l’administration ayant refusé qu’il se confie officiellement à un journaliste. 
Tout au long de cet entretien, mené après sa journée d’opérations, les anecdotes fusent: 
«On a reçu un jour un malade nigérian de 30 ans souffrant d’un cancer, raconte-t-il. Il venait d’arriver en France, sans papiers, et presque aussitôt aux urgences à Paris dans l’espoir d’être sauvé. Dès les premiers examens, nous avons diagnostiqué qu’il n’avait une espérance de vie que de quelques mois, qu’il était inopérable et incurable. Le collège des médecins de l’hôpital qui étudie chaque dossier s’est réuni: nous lui avons proposé de rentrer chez lui, pour mourir dans la dignité au milieu des siens. 
Le malade s’est alors énervé.

La moitié de la dette de l'AP-HP vient d'immigrés clandestins. l’AME bénéficie chaque année à 320.000 personnes en situation irrégulière. (Seulement ?)  Face à l’augmentation du nombre de patients originaires des mêmes pays, des médécins assurent que des filières de passeurs se sont mises en place.

...Humain, normal...