vendredi 11 octobre 2019

Le lobby nucléaire derrière le lobby climatique ?


Par Géocédille en commentaire ici. Merci ! 

Le lien entre le lobby nucléaire et le lobby climatique devient chaque jour plus limpide !
__________:

Quand je bossais au Cameroun, il y a eu cette catastrophe naturelle au lac Lwi, que les journalistes ont rebaptisé lac Nyos (voir ici) du nom de la localité voisine dont la population a été éradiquée par du CO2 qui est remonté du fond du lac.




 Situé près d'un volcan, le lac Nyos a pris des teintes brunes le jour de la catastrophe. En 1986, il a libéré l'équivalent de près de cent millions de mètres cubes de dioxyde de carbone (CO2), causant la mort d'environ 1800 personnes, selon les estimations.   Photo : iStock / Fabian Plock
source image

(un peu nul, mais, bon...)

source image


C'est une caldéra (voir ici) posée sur un ensemble volcanique actif. L'eau se sature de CO2 venu des entrailles de la terre comme une bouteille de Soda.

Ce qui s'est passé en 1986, c'est sans doute un réchauffement de l'eau profonde qui est remontée par convection. Or en remontant, la pression de cette eau saturée de CO2 a baissé, et il s'est passé ce qui arrive quand on débouche une bouteille de coca ou de champagne : l'eau a dégazé, des milliers de bulles de CO2 se sont formées dans les profondeurs, sont remontées à la surface, leur mouvement amplifiant le phénomène de remontée des eaux par convection. Un emballement c'est produit et l'eau du fond a commencé à remonter en grandes quantités dégazant des tonnes de CO2 en une nuit.

La nappe de CO2 s'est répandue sur 20 km dans la vallée, tuant hommes et bêtes.

Pourquoi je raconte ça?

Parce que les eaux du lac, selon les estimations, contiennent autant de CO2 qu'une année d'activité humaine produit sur la terre.

Devinez ce qu'on fait pour éviter un nouveau dégazage intempestif?

On a installé les "orgues de Nyos" (voir ici), une série de tuyaux qui plongent dans les profondeurs et dans lesquels on a amorcé la remonté des eaux.

Depuis 20 ans, l'eau et le CO2 jaillissent de ces orgues sous forme d’un geyser qui monte plus haut que celui du lac de Genève. Par la seule force des bubulles.

Et personne ne s'inquiète de l'effet de serre que tout ce CO2 produit sur l'atmosphère...

Étrange non ?

Ah, sinon, mangez vos enfants. Ils produisent trop de CO2...
Petit rappel pour ceux qui, au collège, étudiaient la bio avec cette cochonne de Juliette dans les WC au lieu d'écouter la prof de bio.

Photosynthèse :

La photosynthèse (du grec φ
ς phōs « lumière » et σύνθεσις sýnthesis « combinaison ») est le processus bioénergétique qui permet à des organismes (comme les bactéries photoautotrophes (voir ici)) de synthétiser de la matière organique en utilisant l'énergie lumineuse...

Les organismes photosynthétiques sont photoautotrophes, ce qui signifie qu'ils sont capables de synthétiser leurs biomolécules directement à partir de composés minéraux — le plus souvent le dioxyde de carbone CO2 et l'eau H2O — à l'aide de l'énergie lumineuse reçue du soleil...

Chez les plantes, les algues, les cyanobactéries et plusieurs taxons (voir ici) de bactéries (bactéries sulfureuses vertes, bactéries non sulfureuses vertes), la photosynthèse libère de l'oxygène O2. C'est ce qu'on appelle la photosynthèse oxygénique. Bien qu'il y ait des différences dans la biosynthèse réalisée par ces organismes, les mécanismes généraux restent tout à fait semblables d'une espèce à l'autre...

Le dioxyde de carbone est converti en glucides à travers un processus appelé fixation du carbone. Il s'agit de réactions d'oxydoréduction endothermiques (voir ici), de sorte que ce processus a besoin d'une part d'électrons pour réduire le CO2 en sucres et d'autre part d'énergie pour rendre ces réactions thermodynamiquement favorables. La photosynthèse est globalement la réciproque de la respiration cellulaire, au cours de laquelle des composés organiques tels que le glucose sont oxydés en dioxyde de carbone et en eau afin de libérer de l'énergie et de produire des coenzymes réductrices...


Le CO2 c'est la base de la vie. Ce n'est pas toxique. A Nyos, les plantes poussent mieux qu'ailleurs.

Les gens qui sont morts en 1986 n'ont pas été intoxiqués par le CO2, qui n'est pas toxique, ils sont morts asphyxiés par le manque d'oxygène.

Le taux de CO2 moyen dans l'atmosphère terrestre est bien plus faible aujourd'hui que ce qu'il a été du temps du carbonifère. Et au carbonifère la vie était beaucoup plus foisonnante qu'aujourd'hui.

Les micro-organismes n'avaient pas encore trouvé comment boulloter la lignite des plantes mortes et du coup le carbone restait piégé dans le sol. Résultat ? Il y a eu constitution des nappes d'hydrocarbures sur les continents et les fonds calcaires des mers peu profondes.

L'effet de serre du CO2 ? 

Il est beaucoup moins effectif que celui de la vapeur d'eau.
 
C'est ballot que Jancovici n'en parle pas. 

Pourtant, ce que produisent les centrales nucléaires en quantités massives, c'est de la vapeur d'eau.  

Mais cet effet de serre là, on ne le compte pas. Étrange.

Il est vrai que payer un impôt sur l'empreinte vapeur, ça ne ferait pas sérieux, alors que le CO2, c'est dangereux le CO2. Tout le monde en produit à pleins poumons.

Arrêtez donc de respirer pour sauver les ours blancs.