jeudi 10 octobre 2019

Afrique, charbon- 1, climat- 0

(Chine).


Pas que l’Afrique du reste, la Chine, l’Inde, l’Allemagne, etc...C’est normal, tous ces pays sont pauvres. Ils sont, de fait, exonérés de politiques climatiques pour davantage de justice sociale mondiale.

 À la louche, les 3/4 de la population mondiale ne sont pas concernés par la lutte pour sauver le climat. 

Les premiers seront les derniers.





L’annonce n’a pas fait grand bruit et pourtant, à l’heure où l’urgence climatique a atteint un stade critique, on aurait pu imaginer qu’elle déchaîne quelques passions. Depuis le début du mois d’août, un immense gisement de charbon du sud du continent africain, quasi-intouché jusqu’ici, a commencé à être exploité. Situé au Botswana, non loin de la capitale Gaborone, il devrait fournir à l’Afrique du Sud et à la Namibie l’équivalent de 100.000 tonnes de charbon par mois d’ici 2020.


Une entreprise qui va à l’encontre des objectifs climatiques, le charbon étant l’un des grands responsables des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Sur ce point, le message du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) est pourtant on ne peut plus clair : il faut "sortir le plus rapidement du charbon, du pétrole et du gaz", au risque de ne pouvoir limiter le réchauffement à 1,5 degrés.
Malgré tout, cet objectif d’extraire et d’exporter 100.000 tonnes de charbon à destination des pays voisins du Botswana a été annoncé au milieu de l’été par le directeur général de la société exploitante du gisement, Minergy Coal. Parallèlement, il avait fait savoir que 39.000 tonnes avaient déjà été extraites au cours du mois de juillet. D’ici la fin de l’année, ce rendement devrait atteindre les 80.000 tonnes par mois, et passer à 100.000 d’ici 2021, selon des informations relayées par le magazine américain New Scientist, qui met en lumière ces événements. Une autre société, Shumba Energy, a également commencé à collaborer avec deux entreprises chinoises pour la construction d’une usine de transformation du charbon en carburant. Celle-ci a pour objectif de produire 20.000 barils de diesel et 5.000 barils d’essence par jour, selon Reuters cette fois.
Source


Quelque chose de vrai...


7 commentaires:

  1. Quand je bossais au Cameroun, il y a eu cette catastrophe naturelle au lac Lwi, que les journalistes on rebaptisé lac Nyos du nom de la localité voisine dont la population a été eradiquée par du CO2 qui est remonté du fond du lac.

    C'est une caldéra posée sur un ensemble volcanique actif. L'eau se sature de CO2 venu des entrailles de la terre comme une bouteille de Soda.

    Ce qui s'est passsé en 1986, c'est sans doute un réchauffement de l'eau profonde qui est remontée par convection. Or en remontant, la pression de cette eau saturée de CO2 a baissé, et il s'est passé ce qui arrive quand on débouche une bouteille de coca ou de champagne : l'eau a dégazé, des milliers de bulles de CO2 se sont formées dans les profondeurs, sont remontées à la surface, leur mouvement emplifiant le phénomène de remontée des eaux par convection. Un emballement c'est produit et l'eau du fond a commencé à remonter en gande quantitées dégazant des tonnes de CO2 en une nuit.

    La nappe de CO2 s'est répendue sur 20 km dans la vallée, tuant hommes et bêtes.

    Pourquoi je raconte ça?

    Parce que les eaux du lac, selon les estimations, contiennent autant de CO2 qu'une année d'actuvité humaine produit sur la terre.

    Devinez ce qu'on fait pour eviter un nouveau dégazage intempestif?

    On a installé les "orgues de Nyos", une série de tuyaux qui plongent dans les profondeurs et dans lesquelles on a ammorcé la remonté des eaux.

    Depuis 20 ans, l'eau et le CO2 jaillissent de ces orgues avec un jeyzer qui monte plus haut que celui du lac de Genève. Par la seule force des bubulles.

    Et personne ne s'inquiète de l'effet de serre que tout ce CO2 produit sur l'atmosphère...

    Etrange non?

    Ah, sinon, mangez vos enfants. Ils produisent trop de CO2...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Très intéressant. Je ne savais pas. Il y a des informations qui ont du mal à remonter à la surface...

      Supprimer
  2. Petit rappel pour ceux qui, au collège, étudiaient la bio avec cette cochonne de Juliette dans les WC au lieu d'écouter la prof de bio.

    Photosynthèse :

    La photosynthèse (du grec φῶς phōs « lumière » et σύνθεσις sýnthesis « combinaison ») est le processus bioénergétique qui permet à des organismes (comme les bactéries photoautotrophes) de synthétiser de la matière organique en utilisant l'énergie lumineuse...

    Les organismes photosynthétiques sont photoautotrophes, ce qui signifie qu'ils sont capables de synthétiser leurs biomolécules directement à partir de composés minéraux — le plus souvent le dioxyde de carbone CO2 et l'eau H2O — à l'aide de l'énergie lumineuse reçue du soleil...

    Chez les plantes, les algues, les cyanobactéries et plusieurs taxons de bactéries (bactéries sulfureuses vertes, bactéries non sulfureuses vertes), la photosynthèse libère de l'oxygène O2. C'est ce qu'on appelle la photosynthèse oxygénique. Bien qu'il y ait des différences dans la biosynthèse réalisée par ces organismes, les mécanismes généraux restent tout à fait semblables d'une espèce à l'autre...

    Le dioxyde de carbone est converti en glucides à travers un processus appelé fixation du carbone. Il s'agit de réactions d'oxydoréduction endothermiques, de sorte que ce processus a besoin d'une part d'électrons pour réduire le CO2 en sucres et d'autre part d'énergie pour rendre ces réactions thermodynamiquement favorables. La photosynthèse est globalement la réciproque de la respiration cellulaire, au cours de laquelle des composés organiques tels que le glucose sont oxydés en dioxyde de carbone et en eau afin de libérer de l'énergie et de produire des coenzymes réductrices...


    Le CO2 c'est la base de la vie. Ce n'est pas toxique. A Nyos, les plantes poussent mieux qu'ailleur.

    Les gens qui sont morts en 1986 n'ont pas été intoxiqués par le CO2, qui n'est pas toxique, ils sont morts asphyxié par le manque d'oxygène.

    Le taux de CO2 moyen dans l'atmosphère terrestre est bien plus faible aujourd'hui que ce qu'il a été du temps du carbonifère. Et au carbonifère la vie était beaucoup plus foisonnante qu'aujourd'hui.

    Les micro organismes n'avaient pas encore trouvé comment boulloter la lignite des plantes mortes et du coup le carbonne restait piégé dans le sol. Résultat? Il y a eu constitution des nappes d'hydrcarbures sur les continents et de fonds calcaires dans les mers peu profondes.

    L'effet de serre du CO2? Il est beaucoup moins effectif que celui de la vapeur d'eau. C'est ballot que Jancovici n'en parle pas. Pourtant ce que produisent les centrales nucléaire en quantité massives, c'est de la vapeur d'eau. Mais cet effet de serre là, on ne le compte pas. Etrange.

    Il est vrai que payer un impôt sur l'empreinte vapeur, ça ferait pas sérieux, alors que les CO2, c'est dangereux le CO2. Tout le monde en produit à pleins poumons.

    Arretez donc de respirer pour sauver les ours blanc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais publier ces deux commentaires clairs et instructifS !

      Supprimer
    2. j'ai publié, Géocédille.

      Tu prouves, je le pense, ce que je supposais depuis quelques jours. ça fait sens, maintenant.

      Je te remercie.

      Supprimer
  3. Merci Geocedille ! Cela remet un peu les pendules à l'heure.
    Sauf que ce discours personne ne le relaie même parmis les scientifiques.
    Enfin pas assez à mon avis.

    RépondreSupprimer
  4. Greta est une pauvre gamine manipulée.

    https://www.youtube.com/watch?v=bkDyu6IjHvU

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.