mardi 10 septembre 2019

Les SDF, une crise des droits de l'homme.

Selon le Real Estate Research Council de Californie du Sud, le comté de San Diego a construit 43% moins de logements en 2019.

C'est la baisse la plus importante de mises en chantier de toute la Californie du Sud (qui est une zone tendue.)



...le gouverneur aurait approuvé un projet de loi sur le plafonnement des loyers dans l'ensemble de l'État, ce qui pourrait compliquer davantage la situation du secteur de l'immobilier et entraîner un ralentissement supplémentaire des constructions. 

La construction de logements dans l’ensemble en south california a diminué de 25% en glissement annuel.

La construction de maisons individuelles a diminué de 40% dans le comté de Santa Barbara, 29% dans le comté de Los Angele, 20% dans le comté de San Bernardino, 9% dans le comté de Riverside et 7% dans le comté d'Orange.



Trop de normes augmentent le prix des maisons qui restent vacantes. Les promoteurs ne font plus d'affaires.



...une crise immobilière se dérouldans tout le pays, les premières alertes apparaissant dans les prix des logements dans la région de Seattle .

source 1

---------------La situation en Californie du Sud comme à Seattle, tout le long de la cote ouest américaine :

En 2018, les citoyens californiens ont élu le gouverneur de Gavin Newsom avec 62% des voix et le mandat de prendre des mesures radicales pour accroître considérablement le nombre de logements temporaires et permanents. Il a promis 3,5 millions de nouvelles habitations d'ici 2025, soit 580 000 unités par an. 
Il a promis de créer une instance dédiée aux sans-abri dotée du pouvoir de «se concentrer sur la prévention, le relogement rapide, la politique de soins de santé mentale et des logements avec services d'accompagnement et de soutien permanents».

Il n'a pas tenu ses promesses de campagne et la crise s'aggrave. 
Le nombre de personnes vivant dehors a augmenté et la violence à la fois contre eux et entre eux a augmenté de  30% et 37% . 
La crise exige des mesures audacieuses et décisives. Cela commence par la déclaration de l'état d'urgence. 
Le sans-abrisme est beaucoup plus meurtrier que les catastrophes naturelles. 
Dix fois plus de personnes mourront dans les rues de Los Angeles en 2019 (environ 1 000) que dans les incendies de forêt meurtriers de 2018 (103). 
Sur une période de trois ans, plus de personnes mourront dans les rues de Los Angeles que lors du tremblement de terre de 1906 à San Francisco.
Les agressions contre les sans-abri sont en hausse. 
Le 7 août, trois hommes ont battu à mort un homme de 59 ans, sans raison apparente. 
Le 26 août, quelqu'un a brûlé à mort un musicien sans abri en mettant le feu à sa tente. 
Et un jour plus tôt, deux hommes ont incendié un campement de sans-abris qui a ensuite fait rage, incontrôlable.
À Los Angeles et à San Francisco, un nombre croissant d'habitants craignent de quitter leur domicile et se contentent de passer rapidement devant des campements pour sans-abri. 
(Bravo...)

«Plus nous laissons les gens dans la rue, plus nous sommes tous en danger ».
Le sans-abrisme est devenu une crise des droits de l'homme. L'année dernière, le rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme a condamné la réaction de la Californie au sans-abrisme comme étant «cruelle et inhumaine». 
(Les californiens ont voté/payé les budgets pour les aides et logements des sans abris, le nettoyage, etc... mais rien ne s'arrange... Les californiens sont taxés +++)
-------------
On remplace Los Angeles par Paris et on a quasiment la même situation.
Un peu de joie -------------La solution classieuse trouvée à Detroit : 
Les fameuses mini-maisons, à grand-renforts de subventions, en location-ventes pour une somme plus qu'abordable ! 
Les ex-SDF sont suivis par des équipes multi-disciplinaires (santé, emploi, budget, etc...). Autant vous dire qu'il n'y a que peu d'élus. Mais c'est sympa pour ceux qui en profitent !


1 commentaire:

  1. Malheureusement, il y a des solutions.

    Elles ne sont pas applicables dans une démocratie, et elles ne sont pas tolérées par "l'élite", c'est dommage.

    Mais ça pourrait être pire.

    Si.

    Et ça va être pire?

    Oui, bien sûr, c'est inévitable mais que faire?

    Eh bien appliquer des solutions pardi!

    Eh oui mais non...

    Mais pourquoi donc à la fin?

    Parce que adolf.

    ???

    ...

    ??????????

    ..........

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.