vendredi 30 août 2019

Consanguinité et Empire.



Géocédille nous expose les faits :

Bon, moi j'ai une anecdote à vous conter.

C'est celle du dernier ministre de l'intérieur de l'empire ottoman, un gars bien, il y en avait, nommé Ali Kémal, poète à ses heures. Il est devenu ministre de l'intérieur du grand vizir Ferid Pasha en 1919, c'est à dire après la chute du gouvernement "Jeune Turc" qui venait de génocider les Arméniens.

Ali Kémal souhaitait laver l'honneur turc en faisant condamner le génocide des arméniens et était favorable au respect de l'accord de Sèvres qui avait mis un terme à la participation de l'empire ottoman à la première guerre mondiale.

Il était opposé à Mustafa Kémal, le fondateur de la Turquie moderne, alors général qui, lui, réarmait pour chasser d'Anatolie les "occupants" Grecs, Italiens et Français.

Malheureusement, Mustafa Kémal, avec l'appui  logistique de l'URSS est parvenu à monter une armée modernisée et a entrepris la reconquête de l'Anatolie, ce qui a abouti à l'incendie de Smyrne et le génocide des Grecs Pontiques, des chrétiens Syriaques et autres minorités.

L'empire ottoman a été enterré et un état fasciste a été créé en lieu et place, basé sur le culte de la personnalité de Mustafa Kémal devenu "Attaturk" (Père des Turcs) et sur l'idéologie suprémaciste xénophobe et ultranationaliste du kémalisme.

Ali Kémal est parti en exil en GB (il était marié à une britannique) et a eu la mauvaise idée de tenter un retour en Turquie en 1922 où il a été assassiné par les kémalistes qui l'ont toujours considéré comme un traitre.

Or, retournement inattendu, les journaux turcs ne cessent de l'encenser dernièrement

C'est qui est arrivé est un évènement de premier ordre qui a fait oublier les calomnies kémalistes : l'arrière petit-fils d'Ali Kémal est désormais premier ministre.

Non. Pas de Turquie. Erdogan s'accroche toujours.

Premier ministre de sa très gracieuse majesté la Queen.

Oui, Boris Johnson est l’arrière-petit-rejeton d'Ali.

Et voilà comment on se fait réhabiliter en Turquie.

Cette filiation a donc du bon : elle a permis à un député turc du parti de la démocratie des peuples (pro-Kurde) de déclarer :

- Ali Kémal voulait que les responsables des crimes commis lors de la chute de l'empire ottoman rendent des comptes. S'il avait réussi, la culture du génocide, du lynchage, des putschs aurait peut-être disparu."

Il n'est jamais trop tard.

En attendant, j'espère que Boris évitera de se faire lyncher comme grand-pa' et parviendra à brexiter en octobre.

Les Zélites se reproduisent-elles entre elles ?

S'ils se reproduisent entre eux ? Heu. Ben...
Comment dire... ?

Tiens. A la même époque, le directeur de la Banque Ottomane (la banque centrale privée dudit empire) était un certain Balladur, grand papa d'Edouard.


Merci Géocédille et Vive la Reine !

Bourdieu et sa « reproduction » était bien en dessous de la réalité. 

Je pose ça là, pour mémoire. Pour l'édification des jeunes générations. 
:)