jeudi 25 juillet 2019

Tranche de vie à la banque.

Oui, j'ai fondu ! Excusez mon absence mais je n'en peux plus !

Réveillée à 4h le matin pour aérer, épuisée par la chaleur la Wendy ! ☺

Et parce que c'était mon destin, hier rendez-vous à la banque sous 42° ! ☺✌

Je suis comme tous les français, je ne me rends à ma banque qu'une fois par an, toujours l'été.

Une nouvelle "conseillère" bancaire, comme tous les ans ! ☺Une femme née en Afrique, absolument charmante. "Bonjour, enchantée(s) toussa...". Très sympa et vive !

 En deux mots je lui donne les raisons de ma présence, elle se met au travail, échanges entre nous très directs et sympathiques. 

Mais... parce qu'il y a un mais...Arrive la chef d'agence. My God ! Elle se pense obligée de me débiter un discours appris par cœur, tous ses placements, ses assurances, ses taux, ses trucs et ses machins... 20 minutes de rien. 

Je ne cesse de lui répéter que je n'en veux pas, que je sais pourquoi je suis là et que toutes ses offres "généreuses" ne m'intéressent en aucune façon. Chaque fois que je peux placer une phrase, bien entendu. A savoir que je ne peux ouvrir la bouche que toutes les 5 minutes.
Une logorrhée qu'il faut subir. Elle touche une commission sur chaque produit vendu.

Au bout de 20 minutes, je me tais totalement, je regarde ailleurs, le visage peu amène. 

Elle s'interrompt enfin et dit : " Vous avez rempli la mise en conformité" ? 

Quelle mise en conformité ? Celle qui a suivi le dernier G20.

Non, je ne suis pas "à jour". Elle me sort un document extrêmement simple :

- Suis-je citoyenne française ou américaine ? Deux réponses possibles.
- Quel est mon numéro NIF ? (identification fiscale).
- Suis-je résidente française à l'année, occupante de ma résidence principale ?

Je lui demande si je suis tenue de signer ce document et si, par hasard, elle ne veut pas mon groupe sanguin ? J'ajoute que je n'ai pas envie de signer sa feuille.

Réponse : "oui, c'est une obligation. C'est l’état qui l'exige".

Moi : "l'état américain ?" "Et si je refuse de signer ?"

Elle : "Nous clôturons les comptes".

Moi : " Vous allez perdre des clients". "D'autres que moi ne veulent pas signer ?"

Elle : "Nous avons déjà clôturé quelques comptes". "Changer de banque signifie signer le même document afin de pouvoir ouvrir un compte ailleurs." "C'est une directive de l'état, nous n'y pouvons rien, idem pour les autres banques".

Bref, je signe, ma CI scannée pour les USA, copie de ma feuille d'imposition pour les USA...Détail de mon "profil financier" envoyé je ne sais où. Ce matin j'ai ma note de crédit.

Note que je ne connais pas, bien sur.  Youpi ! J’existe !

Moi, pour taquiner : "Et le secret bancaire ?" "Les banques n'ont plus du tout d'obligations de réserve quant aux comptes de leurs clients ?"
 
Elle sent que ça va devenir sarcastique voire acerbe, que c'est très mal parti pour "placer" quoi que ce soit... Elle salue très poliment mais pincée et blablabla ... elle sort.

Pendant tout ce temps, la "conseillère" entrait des chiffres sur un écran en souriant selon les opérations que je lui avais demandées d'effectuer pour moi. Il y des opérations qu'on ne peut pas faire de son propre écran et c'était le but de ce rendez-vous. Nous avions mis 5 minutes à nous comprendre avant l'arrivée de la Chef !

Il faut comprendre que la conseillère est dans l'obligation de faire signer des "contrats". Elle a des obligations de résultat. La chef d'agence est notée aussi selon le montant des contrats qu'elle ramène à sa hiérarchie. 

De l'assurance vie adossée sur un support "location d'immeubles de bureaux", par exemple.
"ça rapporte". "Où sont vos bureaux ?" 

Réponse : "à la Défense et dans le 94". 

En clair, un junk-placement, un produit dans lequel on a le pire comme le meilleur. Si le pire continue à chuter, ben ...ton épargne perd de sa valeur. Pile-poile le même mécanisme qui a tué les petits propriétaires américains en 2007-8.

Moi : "Le souci, c'est que vous vendez ces produits à des personnes fragiles. Les mémés de 80 ans, les décervelés, ceux qui n'ont pas d'autre compte épargne, etc..."

La conseillère : "Non, pas moi, mais je suis mal notée". 

(Elle est tellement gentille, cette conseillère, qu'une de ses autres "clientes" est passée la saluer avant de partir en vacances, en se confondant en remerciements !!! Bien évidemment elle ne va pas rester longtemps...l'an prochain, j'aurai sans doute à faire à un sauvage sanguinaire ☺).

Je vous raconte ma vie pour que vous vous précipitiez vous "mettre à jour" et que vous bénéficiiez d'une note de crédit "internationale". 

Les data-scientists nous regroupent ensuite par "profils", l'état fait ses stats, certains ont l'assurance d'obtenir un passeport us, d'autres moins. Les mutuelles santé enrichissent tout ça.
Curieux, qu'au final de tous ces croisements de données, l'Insee soit si frileuse pour nous donner quelques chiffres.

Les USA ont racheté cette ancienne nation. Ce n'est plus un déclin, c'est une fin.

C'est aussi pourquoi nous habitons tous dans "une gare". Nous sommes le seul (ancien) pays de l'Europe à souffrir de profonds maux sociétaux à une telle hauteur et à une telle échelle.

Parce que nous devions disparaître pour laisser la place. Voilà qui est fait ! Les USA gèrent, ils délèguent simplement les affaires courantes à des zélus qui le sont par uniquement 12% de la population.

------- ensuite, toujours sous 42°, je suis allée boire un Perrier en terrasse ombragée avec une amie. Pour oublier.

C'est vrai que j'étais saoulée !