dimanche 28 juillet 2019

Précisions sur le "Jardin Zen".

Pour répondre à certains commentaires.

Je ne quitterai pas Paris pour de longues périodes.

Cette terre m'a été "remise", je ne l'ai pas achetée. Littéralement, un cadeau venu du ciel.

Je ne vais "coloniser" personne. Le pays lointain, dont je tairai le nom, où se trouvent ces hectares cultivables n'est ni maghrébin, ni africain, ni brésilien, ni je ne sais quoi.

Ce pays tient un cadastre à jour avec tous les moyens de le faire respecter. C'est loin d'être un pays "en voie de développement", très loin. 

C'est bien pour ces raisons que je pourrai, avec de l'acharnement et à grands coups de $, envisager de "monter un projet". 

Je ne vais pas m'installer dans une cabane ou chez l'habitant, acheter une bêche, une sarclette et traire ma chèvre ! 

Je vais essayer d'élaborer une méthode de cultures adaptées à cette terre, aux ressources en eau et à l'énergie renouvelable disponible. Je ne veux pas de panneaux solaires qui produisent des déchets, ni endommager les nappes phréatiques, tout en créant un équilibre naturel, propice aux récoltes. 

J'aime construire, j'ai toujours construit. Au départ il y a une projection, un rêve, une visualisation, une conceptualisation. Puis vient la réalisation avec, à chaque étape, l'intrusion du réel et donc l'adaptation à ce dernier.

J'ai remarqué que plus le rêve était démesuré, plus fort était l'investissement affectif et plus l'achèvement du projet ressemblait aux désirs de départ.

Le fait que je me lance dans un projet sans penser en tirer profit va grandement faciliter sa réalisation. Croyez-moi ! 

Je vais tenter de réaliser un concept. Au final, la seule chose que j'aurai expérimentée c'est si mon concept était viable ou non. Point barre.

Tout ça pour ça ? Oui. Mais pour moi, c'est important. Même si vous pensez que c'est idiot et farfelu.

Sur place il y a suffisamment de scientifiques dynamiques et d'agriculteurs intelligents. Dans les faits, tous ces gens vont regarder leurs intérêts, pas moi.

Ce pays n'est ni un paradis fiscal, ni une république bananière, je vais devoir m'adapter et faire en sorte que "tout le monde soit content" pour avoir une chance de passer du concept à la réalisation. 

Là-bas, la terre agricole est plus précieuse que les diamants. Je n'aurais jamais pu l’acquérir, elle m'est arrivée directement du ciel. Je compte rendre cette terre aux cieux et, d'une quelconque façon, à ceux qui la travaillent.

Par contre, je ne la vendrai jamais. Parce que je viens de la terre et que la terre est sacrée.

Ce rêve, de surcroit, va me demander de l'écriture. Pour avancer, il faut écrire, coucher sur le papier, élaborer puis "prouver".

Nous verrons. La route sera longue et semée d'embuches, de soucis, d'échecs, de frustrations, d'adaptations au réel. 

Comme tous les "projets". 

Et c'est bien pour cela que les humains en général hésitent avant de se lancer dans le vide sur les ailes du désir.

Actuellement, j'ai la terre et les désirs, les rêves et toujours et encore et malgré tout la foi dans les humains raisonnables.

... ça ne suffira pas mais c'est un bon début. 

(Quand je me mets à rêver mes proches craignent le pire :))









 



26 commentaires:

  1. https://www.youtube.com/watch?v=Yh-QWKGbm2Q

    Just be Wendy

    Signé furax

    RépondreSupprimer
  2. https://youtu.be/Z8O_XEggIMs

    Âne timon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui... un jardin à partager...

      Supprimer
    2. étonnant! Très étonnant le nombre de clichés en si peu de mots!
      "Un jardin à partager" "scientifiques dynamiques et d'agriculteurs intelligents"

      Tout à fait dans l'air du temps ou tout est réfléchi , mental et scientifique ...Le tout avec la petite cerise sur le gateau "A partager" .

      Le problème de toute cette stratégie est qu'on ne peut partager que ce que l'on a , tout comme on ne peut donner que ce que l'on a.

      Effectivement l'époque veut qu'on partage des idées, des émotions , et tout et tout ....

      Quand on veut vraiment avoir un retour sur investissement (pour être "aussi" dans l'air du temps) il faut que le résultat soit tangible.
      Dans le cas présent dès qu'on aperçoit les témoignages de ceux qui on essayé , qui se sont cassés le dos pour un résultat pitoyable on voit la marche à franchir qui est plus haute qu'une montagne!
      La vraie problématique n'est pas de se nourrir (avec ou sans effort). C'est le temps à consacrer à ce changement de vie. C'est l'argent absent puisque le temps n'est plus orienté vers le profit.
      Toute l'histoire des générations précédentes est basée sur ce schéma qui permet "uniquement" de se nourrir. Des génération on vécu ce temps différemment de l'époque actuelle. Les loisirs basés sur l'argent n'existaient pas . Le repos 1 jour sur 7 était une convention récupérée par les religions afin de penser à autre chose.
      La vie était moins complexe et on pouvait tout autant partager les efforts aux moments importants. Et aussi partager les émotions au bistrot ou au coin du feu .
      On ne parlait pas de projet puisque la vie de tous les jours était un projet du matin jusqu'au soir.
      Les efforts étaient réels et physiques , donc inutile d'aller faire un jogging ou de fréquenter une salle de remise en forme!
      C'était quand ? Il y a 1000 ans ?
      Même pas ! C'était il y 60 ans....
      Maintenant c'est encore comme ça sur les 3/4 de la planète ...sauf en occident!
      Qui est dans la vraie vie?

      Supprimer
  3. Salut Wendy. Merveilleux projet pour lequel je te souhaite d'être un peu plus chanceuse que je ne l'ai été. L'agriculture, c'est vrai que ça parait simple. Je connais une équipe de djeunes parigots qui entretiennent un petit jardin dans le 78. Ils utilisent la culture sur butte et consacrent quasi tous leurs Week end. J'ai pour ma part un peu de terrains (1hectare avec un petit bois) reliquat d'héritage breton de mes grands parents … Je pensais naïvement il y a une dizaine d'années que ça allait être du gâteau, fort de mes connaissances théoriques en permaculture je me voyais décaisser mes rectangles de culture et j'imaginais les arbres fruitiers et les récoltes faciles. Les premières années j'y passais toutes mes vacances … Malheureusement pas suffisamment pour obtenir un résultat et les mauvaises herbes ont finalement repris le dessus … Je peux vous dire que la terre est basse et qu'elle ne se laisse pas dompter (ni bêcher) facilement. Nos anciens étaient des durs à cuire à n'en pas douter. Aujourd'hui je laisse ça pour mes vieux jours (on verra bien) et je profite plutôt de la plage quand je m'y rends. J'espère pour toi que tu auras des bras, du matériel et des bons conseils, mais ces retours à la terre sont souvent emprunts d'un romantisme à la Bouvard et Pécuché (cf leurs déboires Normand). Ceci dit, c'est un beau projet, et qui ne tente rien n'a rien. God bless Wendy.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne retourne pas à la terre, Aldebaran. et notamment pour toutes les raisons que tu exposes. La Terre est basse, c'est beaucoup de travail.
      Je propose une expérience mi-scientifique, mi-humaine.
      Mon travail sera de poursuivre mon but : une autre forme d'agriculture viable donnant une récolte le plus abondante possible en utilisant l'équilibre de la nature. Sols, climat, eau, respect du vivant.

      C'est "une idée" que je compte mettre en œuvre.

      Plutôt que d'en parler : le faire.

      On verra...

      Supprimer
    2. Pour expérimenter la chose aussi depuis des années, je te dirais que c'est une bonne idée de t'appuyer sur des gens du cru qui connaissent leur contexte pédoclimatique et leur taf. Ils sauront éventuellement rajouter à ce qui peut se faire réellement ton idée de jardin zen qui est loin d'être idiote s'il y a de l'eau à disposition. C'est un concept à creuser, mais sérieusement, avec des gens qui s'y connaissent donc. Je serai intéressé d'avoir des retours sur ce qui marche et ce qui ne marche pas. L'idée de faire quelque-chose de beau, de fonctionnel et de durable me plait. ;)

      Supprimer
    3. Du coup, j'ai retrouvé ça :

      Bouvard et Pécuchet film (1989) -- 1/16

      https://www.youtube.com/watch?v=G4hl4zi5MGc&list=PL9E9B99E1FA040589

      Avec Jean Carmet & Jean-Pierre Marielle.

      Supprimer
    4. Zen ou pas zen tout est possible pour ceux qui connaissent l'aventure de ceux qui ont créé les jardins de Findhorn.
      Encore faut-il croire à l'aide du ciel .

      Supprimer
  4. Bon, alors jeu des devinettes, où c'est ?

    - Nord Viet-Nam près d’Hanoï.
    - Nord Argentine.
    - Australie.
    - Israël, ce n'est pas si loin d'un tropique mais c'est sec.

    :)

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Wendy.
    La terre ne sera jamais vendue ?
    - de ton vivant oui, si tu as des héritiers , les notaires diraient qu'on ne peut jurer de rien au vu et au su de la realite.
    - si tu n'en a pas : dans quelle mesure, d'une façon ou d'une autre ,réfléchissons y , cela ne conduit il pas à la désertification des villages, progressivement abandonnes & exode rural aidant?
    - ne pas vendre la terre & maison ? Mon épouse à vendue ( avec son frère , aux doigts fébriles en comptant les billets à l'avance ) la maison et terrain familial , en choisissant l'acheteuse, jeune couple, elle voulant trouver un nid adéquat pour pondre en toute tranquillité dans un cadre agréable.
    Une forme de continuité pour ce qu'était le bien.
    - je ne discuterai en rien ton projet car c'est le tien, il t'appartient .
    Évidemment si c'était le notre , comme le canari dans la mine, je chanterai .......
    ( boutade assez bonne dirais je.....Jupiter clamant c'eeeest nooooootre proooooojet ! Les canaris portants gilets donnant de la voix devant le désastre annoncé ! ) .
    - devinette : 20 euros sur l'Argentine 1) cadeau reçu / terres agricoles 2) lieu d résidence de Maud Kristen , sa vidéo de 2014 sur l'avenir de la France 3) l'hémisphère sud suppose moins déguster pendant les tribulations annoncées mais là aussi il suffit d'une fois : la bonne , comme le mariage ( ouvrez le feu, mesdames ! ) .
    Cdlt.
    M.S.BLUEBERRY.

    RépondreSupprimer
  6. Réponses
    1. Au delà du Périph' c'est déjà très loin pour un parisien, non ? :D

      Supprimer
  7. Pour vivre HEUREUX visons CACHES ! à tout vouloir étaler sur le Net, pas étonné des retours malsains. Cette manie de lâcher des infos sur sa vie PRIVEE ; quel intérêt ? Se faire bien voir, se faire mousser, en attente de reconnaissance, mais la vie ce n'est pas cela. Arrêter de vous prendre pour le centre du monde et d'attendre les félicitations qui ne viendront pas. Chacun sa route PERSO.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n’est pas un projet privé c’est un projet 100% public.

      Supprimer
    2. mais qu'est ce que tu racontes encore comme connerie wendy???un projet 100% public, c'est un projet à 100% porté par un état?lol c'est un projet privé que tu as, tu n'es pas un état ou une collectivité publique il me semble, mais juste une personne privée! lol Et oui, comme le contributeur précédent, je ne comprends pas ce besoin que ressentent certaines personnes à étaler leur vie publique et leurs projets à des inconnus sur le net...surement un besoin de reconnaissance!

      Supprimer
    3. "Pour vivre HEUREUX visons CACHES"
      Faute d'orthographe intentionnelle?
      La route PERSO est le programme de base de tout être humain dès la naissance.
      Ce qui ne l'est pas c'est le doute, le manque de confiance en soi , le besoin de reconnaissance des autres.
      Voilà la vraie raison des violences faites aux enfants ! Les programmes de bases sont détruits à ces moments là. Toutes les bases du pouvoir sont préfabriquées dans la petite enfance. Que ce soient des prédateurs ou bien des organismes sociaux ou religieux, les mécanismes sont toujours dépendants de ces fractures faites dans l'enfance.
      C'est ainsi que ces besoins de reconnaissance , ces recherches du "manque", ces vantardises étalées partout sont les fruits de ces manigances.

      Un être équilibré , sans fractures psychique, passera sa vie d'une façon autonome sans se soucier du regard ou du jugement des autres.

      Le fait de vivre caché est une interprétation du grand nombre qui ne voit pas ces personnes saines .
      Les "invisibles" vous voient ...et vous ne les voyez pas.

      Il ne faut pas confondre égoïsme , égocentrisme , avec autonomie et équilibre.

      Témoigner , ou s'étaler ici comme ailleurs , ne change rien mais permet , sous prétexte de partager, d'attendre une approbation , un confort pour compenser le doute . Ce fameux doute qui est une sclérose du monde matérialiste et scientifique. Tout le monde sait que les grandes inventions sont le fruit de personnes qui écoutaient leurs rêves et les appliquaient sans aucun doute(sic)....
      Réaliser ses rêves ne peut se faire en suivant le modèle des autres, sinon ce sont les rêves des autres , de la société.

      Supprimer
  8. Alors Wendy,comme ça tu va nous recréer le Jardin d'Eden !

    RépondreSupprimer
  9. Je vous poste pour info et pour ceux que cela intéresserait le commentaire du dernier message de Marie reçu à Medjugorje contenant de précieux conseils - à toutes fins utiles : https://www.youtube.com/watch?v=em-Rn24KMIQ

    bel été à tous

    RépondreSupprimer
  10. Coucou Wendy, bon moi je vis sur une terre, j'ai même une forêt. On a plein de points communs, j'élève des abeilles, j'ai fait de la théologie vu que je suis en zone concordataire où les curés sont payés par l'état (je mets une minuscule à état). On est des fanatiques religieux dans l'Est, contrairement aux Parisiens. Signé Jean Baerendorf

    RépondreSupprimer
  11. Wendy est en Guyane, en Guadeloupe ou un truc du genre, et elle est entourée de négros ingénieurs.... LOL

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.