vendredi 7 juin 2019

Les dangers documentés des mammographies.



Le Professeur Paolo Scampa nous alerte depuis longtemps sur ce sujet.

Limiter les irradiations est un acte essentiel de précaution pour sa santé.

Il faut rendre à César... Ainsi que lire l'AIPRI régulièrement, ce que nous faisons.

Je fais une courte traduction, un résumé :

-----------


La déclaration d'orientation de l'American College of Physicians (ACP) souligne les inconvénients du dépistage par mammographie chez les femmes de 40 à 49 ans présentant un risque moyen.


L'ACP a récemment publié une déclaration d'orientation évaluant de manière critique la validité des recommandations publiées antérieurement pour le dépistage du cancer du sein chez les femmes à risque moyen.

La déclaration d'orientation ACP préconise un modèle décisionnel partagé pour le dépistage du cancer du sein avec mammographie avant l'âge de 50 ans, précisant que les inconvénients potentiels l'emportent sur les avantages chez la plupart des femmes âgées de 40 à 49 ans. 

Pour les femmes âgées de 50 à 74 ans, le document d'orientation recommande de
proposer une mammographie biennale.


De plus, l'ACP recommande maintenant de ne pas utiliser un examen radiologique du sein pour dépister les femmes à risque moyen de tout âge.

Pour les femmes qui commencent la mammographie annuelle à 40 ans, le
résultat cumulé des faux positifs sur une période de 10 ans est estimé à
61%
.
Aucun essai randomisé n'a comparé la mammographie annuelle à la mammographie biennale.


Cependant, les données d'observation n'ont montré aucune différence de mortalité liée au cancer du sein lors de la comparaison du dépistage annuel et bisannuel

Dans les études de modélisation, la mammographie annuelle augmente le taux de biopsies non positives (845 par 1 000 dépistées) et inutiles (82 par 1 000 femmes dépistées) par rapport à la mammographie biennale

Les preuves du dépistage par mammographie après 69 ans sont également limitées, et l’énoncé recommande de ne pas dépister les femmes dont l’espérance de vie est de 10 ans ou moins ou après 75 ans.







5 commentaires:

  1. Ces examens radiologiques, n'ont pas ma sympathie, toutefois ils peuvent être utiles .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Limiter les radiations » ce n’est pas refuser les soins.

      Supprimer
    2. En effet.Mais des praticiens n'ont 'ils pas un intérêt caché a faire pratiquer ces examens ,connaissant l'humanité du monde qui nous entoure ?
      Pour un cliché, je me suis vu pris en photo sous tous les angles pour un genoux ................... Pirate .

      Supprimer
  2. Et pourquoi l'american college aurait autorité en la matière? Dans ce domaine, nous avons d'excellents spécialistes en France et pas besoin des US. Ils veulent faire des économies pour ne pas soigner le bétail humain?

    Le principe est une mammographie tous les 2 ans sauf antécédents familiaux ou des seins à problèmes.

    Il faut surtout trouver un radiologue compétent avec du bon matériel; il y a des centres qui se disent spécialisés en sénologie et dont la qualité d'image est désastreuse (tant pour les mammographies que les IRM).

    Certains radiologues ont l’œil aiguisé, et sont capables de détecter un cancer avec une tumeur d'à peine quelques millimètres, et l'enlever est alors un jeu d'enfant, sans avoir à subir des traitements lourds.

    En cas de suspicion : biopsie (prise de sang dans la tumeur) et IRM mammaire (machine à bruits); pour l'IRM , pas de radiation mais on vous injecte un produit de contraste avec de l'iode, produit contesté qui va se nicher dans le cerveau. La fiabilité d'une mammographie est de 60 à 70% mais l'IRM est de 90%.

    En cas de doute, il vaut mieux prendre immédiatement rendez-vous avec l'un des 22 centres français de lutte anticancer de suite car les RV sont longs; sur paris : IGR/gustave roussy à villejuif qui traite de toutes les tumeurs ; institut curie près du panthéon rue d'ulm (moitié activité : cancers du sein); ces 2 instituts ont des laboratoires de recherche et ont donc des traitements innovants; pour les cancers du sein, les meilleurs sont curie, IGR, et cancéropoles montpellier et toulouse (à la place des anciennes usines AZF)

    A mon sens, il vaut mieux un bon suivi quitte à avoir un peu de rayons que prendre le risque de laisser évoluer une tumeur sur deux ans car certaines évoluent rapidement et métastasent ; le souci des cancers du sein est la localisation, à savoir la proximité d'autres organes; une tumeur se mesure en fonction de sa taille et de la vitesse de prolifération des cellules malades.

    Actuellement, il y a de plus en plus de cancers du sein chez les jeunes femmes avec des mutations génétiques (causes :pilule, OGM, pesticides et ...chemtrails?); peu de cancers du sein chez les asiatiques vivant en asie, pourquoi? Chez les jeunes femmes, ce sont souvent des tumeurs graves de stade avancé.

    Il y a une tendance à la banalisation, mais on en meurt encore beaucoup en France.

    2018= 180.000 nouveaux cas de cancer chez la femme (surtout sein /puis poumon et colorectal)
    2018= 68.000 décès de cancer par an chez les femmes

    RépondreSupprimer
  3. Pfff n'importe quoi ! !
    8 dépistages du cancer du sein sur 10 sont des faux positifs !!
    Toute la communauté scientifique informée le sait ! ! Seulement ça fait marcher le business !!
    Évitez donc d'aller vous faire arroser de rayons pour rien !!
    Supplémentez vous à haute dise en vitamine c. 4g trois fois par jour en préventif contre le VIRUS du cancer !!
    Enfin informez vous sur les travaux du Dr Rife et les machines Spooky2

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.