mardi 4 juin 2019

La génétique, chimères et impondérable.


La mutation génétique destinée à protéger du VIH "augmente le risque de décès prématuré".

La procédure chinoise  (dite « tripotage génétique » en français) visait à imiter une mutation naturelle qui protège environ 10% des Européens du Nord de l’infection par le VIH. 

Mais dans une nouvelle recherche, des scientifiques américains ont découvert que la mutation était liée à une espérance de vie plus courte. À l'âge de 74 ans, le taux de mortalité était en moyenne 26% plus élevé chez les Britanniques porteurs de mutations dans les deux copies du gène, par rapport à ceux qui ne présentaient des mutations que dans une copie.

En modifiant l’ADN des bébés (voir source) le scientifique chinois avait revendiqué une première mondiale tristement célèbre.

....les nouveaux travaux ont souligné combien il était important pour les scientifiques de comprendre pleinement l'impact que les changements génétiques pourraient avoir sur les humains. "Cela pose la question suivante: si nous commençons à apporter d'autres modifications génétiques qui sont clairement fonctionnelles, savons-nous vraiment ce qui va arriver dans la vie plus tard ?"

...dans le cadre de tout processus d’approbation, il doit exister une analyse approfondie des conséquences prévues et imprévues.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.