mercredi 1 mai 2019

Santé : "Chéri, ce soir, arsenic ou arsenic ?"


Cuisson créole, pilaf, à l’asiatique ou risotto, les façons de préparer le riz sont variées. Mais attention, un paramètre est dans tous les cas à prendre en compte pour protéger sa santé : le volume d’eau doit être suffisant pour ne pas s’empoisonner.
Un excès d’eau pendant la cuisson aide en effet à éliminer un élément toxique, l’arsenic , qui peut être présent dans le riz suite à une contamination industrielle et aux pesticides utilisés dans le passé. Car ce composé chimique peut rester dans les rizières inondées pendant des décennies selon le professeur Andy Meharg, expert en contamination de la Queens University (Belfast, Irlande du Nord), cité par le DailyMail.
Selon l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), le riz contient 10 fois plus d’arsenic que tous les autres aliments.
Les personnes qui en consomment quotidiennement peuvent donc être exposées à des risques d’empoisonnement qui se traduisent par des atteintes aux poumons et à la vessie, des maladies cardiaques, du diabète ou encore des troubles du système nerveux.
source


------
Si je me réfère à l'article ci-dessous, je fais cuire le riz à l'eau minérale.

Après l'avoir fait tremper 3 jours dans le Perrier ?

On vit dans un monde de fous, et on va tous mourir dans d'atroces souffrances.