dimanche 12 mai 2019

Européennes, la 34° liste sera religieuse.




En se lançant dans la campagne des européennes, l'Union des démocrates musulmans français (UDMF) espère augmenter sa visibilité. Le parti a été créé en 2012 et avait jusqu'alors un ancrage local : "Nous avons toujours eu pour ambition d’être présent à chaque élection, c’est une continuité, nous souhaitons que les Français s’habituent à voir un parti comme le nôtre dans le paysage politique", nous explique Nagib Azergui, son fondateur. La vocation de l'UDMF : "Que l'on intègre que les Français de confession musulmane sont des Français à part entière et non pas des Français à part". 

"J’ai fondé le parti parce que j’en avais marre de voir que l’on parle matin, midi et soir du "musulman", nous explique Nagib Azergui, également tête de liste aux européennes. Sur le terrain politique, c’est devenu l’argument électoral numéro 1. Au début, c’était limité à l’extrême droite mais cela s’est généralisé. L’islamophobie, la détestation du musulman, est devenu quelque chose d’acceptable dans la société, regrette le jeune homme issu de Nanterre et d’origine marocaine. En l’espace de 10 ans, on observe une radicalisation des esprits. C’est cela qui m’a poussé à tirer la sonnette d’alarme." Source

Jean-Frédéric Poisson, président du PCD : « Quelle est cette décision dérogatoire dont on ne peut que supposer qu’elle n’aurait été accordée à aucune autre candidature ? » a t-il ainsi questionné ce vendredi en apprenant la validation de cette 34ème liste.

.... »car l'inspiration de l'UDMF semble tout droit issue d'une application stricte d'un certain nombre de principes du Coran dans l'espace public », estimait-il en 2015 dans les colonnes du Figaro.