samedi 4 mai 2019

Des entreprises privées impliquées dans l'armement nucléaire.










Source et plus.


Depuis que les armes nucléaires existent, la modernisation des armes nucléaires ne cesse de se poursuivre et ce malgré des engagements juridiquement contraignants en matière de désarmement. Le risque d’utilisation d’arme nucléaire augmente et une nouvelle tendance se dessine une nouvelle course aux armements nucléaires. Derrière cette dangereuse nouvelle course se cache des entreprises privés qui profitent de cette mise en danger de l’humanité, en jouant avec notre survie. Neuf pays sont dotés d’armes nucléaires et développent de nouvelles capacités qui rendent leur utilisation plus probable.

Ce rapport explique comment le secteur privé est impliqué dans la fabrication des armes nucléaires.

Avec l’évolution de la technologie, une fois de plus, l’histoire est à un tournant dans le domaine des armes nucléaires. Les États-Unis et la Russie ouvrent la voie à une nouvelle course aux armements, qui sera encore plus dangereuse et imprévisible.

Ce document rapporte ainsi l’implication d’entreprises privées dans la production d’armes nucléaires, certaines armes devant par ailleurs pouvoir être utilisé au moins jusqu’aux années 2070.

Le moment est venu de déclarer qu’il n’y a plus d’investissement à réaliser au sein de ces entreprises qui fabriquent des bombes destinées à nous détruire, et qu’il est temps de prendre un nouveau positionnement économique. Dans le cas contraire, le statu quo risque de déboucher sur une guerre nucléaire.

Les gouvernements disposent de contrats d’un montant  minimum de 116 milliards de dollars (102 milliards d’euros) avec des entreprises privées française, indienne, italienne, hollandaise, britanniques et américaines pour produire, développer et stocker des armes et système d’armes nucléaires. Des sociétés détenues par la Chine et en lien avec la production d’armes nucléaires ont commencé à collecter des fonds à travers des émissions d’obligations. Les programmes nucléaires d’Israël, du Pakistan, de la Corée du Nord et de la Russie ne sont toujours pas transparents.

Ce rapport fournit les profils complets de 28 sociétés privées en lien avec la production d’armes et de systèmes d’armes nucléaires. 

Le rapport complet contient également un profil sommaire de 11 autres sociétés.

Beaucoup de contrats en cours cités dans ce rapport ont été conclus en 2015 et doivent expirer en 2020. Cependant, certains contrats liés aux armes nucléaires ont été conçus avec un cadre temporel bien plus large.

On estime à 180 le nombre de bombes nucléaires B61 actuellement déployées par les États-Unis dans des bases aériennes de cinq pays européens (Kleine Brogel en Belgique, Buechel en Allemagne, Aviano et Ghedi en Italie, Volkel au Pays-Bas et Incirlik en Turquie).


Description sommaire des principaux producteurs d’armes nucléaires : 

Airbus est une société néerlandaise qui participe à la maintenance et au développement de plusieurs missiles nucléaires pour l’arsenal nucléaire français par l’intermédiaire d’Ariane Group, une joint venture avec la société française Safran. Airbus fait également partie de la joint-venture MBDA qui fournit des missiles air-sol à moyenne portée, également pour l’arsenal français.

BAE Systems, sur  la base de contrats en cours (octobre 2014 à 2021) auprès des Etats-Unis et du Royaume Uni, réalise pour un montant de 368,7 millions de dollars US (328 millions d’euros) des composants clés des missiles balistique Trident II (D5).  BAE a également un contrat de 951,4 millions de dollars US (830,8 millions d’euros) avec l’US Air Force pour le système balistique Minuteman III, qui sera opérationnel jusqu’en 2022. BAE participe également directement au développement de l’arsenal nucléaire de la France, par l’intermédiaire de MBDA Systems, avec le développement du missile air-sol à moyenne portée ASMPA et son successeur l’ASN4G.

Safran est une société française et deux de ses filiales (Snecma et Sagem) développent des composants clés pour les missiles nucléaires M51 français. Safran fait également partie de la joint-venture avec la société néerlandaise Airbus, en charge de la production et de la maintenance du système de missiles dans son ensemble. Cette joint-venture est également chargée d’exécuter les tâches prévues au budget 2019 du ministère français de la Défense pour la livraison, après 2019,  de 3 système ASMPA modernisées.

Constructions Industrielles de la Méditerranée (CNIM) est nommée pour la première fois car de plus amples informations sur les composants clés spécifiquement conçus pour l’arsenal nucléaire français sont disponibles. CNIM conçoit et fabrique les systèmes de lancement des missiles M51.

La liste complète incluse les sociétés suivantes :
  • Aerojet Rocketdyne
  • Bechtel
  • Bharat Dynamics Limited
  • Boeing


3 commentaires:

  1. voici la liste des quatre pays susceptibles de provoquer volontairement une guerre nucléaire :ces quatre pays sont toujours en guerre pour une raison ou une raison ,ou incitent les autres pays à la guerre,ou une révolution,ou simplement pour détruire,et tuer.ils sont en guerre sans raison encore aujourd'hui .états unis israel france grande bretagne.concernant russie et chine iran coré du nord,cette bande des quatre et potes masse des troupes et des armes tout autour du globe,les visant directement,et leur paroles haineuses ne laissent aucun doutes.leurs petits n abris douillets(pour eux pas nous)les mettra au premier rang du spectacle.voila,pour que peut etre çà cesse accusez les sinon subissez.

    RépondreSupprimer
  2. Utilisation très progressiste de la ponctuation, j'ai rien entravé mais ça a l'air 'ach'ment profond c'que vous dites m'sieur ou m'dame

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.