vendredi 12 avril 2019

L’Afrocentrisme vs science.



L’offensive des obsédés de la race, du sexe, du genre, de l’identité…Source


Les les signaux sont nombreux qui montrent qu’un nouveau militantisme antiraciste confinant au racisme se propage dans notre société. Universités, syndicats, médias, culture, partis politiques… Ce courant de pensée né aux Etats-Unis "colonise" tous les débats.
Les « racisés » souffrent d’« invisibilisation », ce qui devrait pousser à s’interroger sur les « privilèges blancs » et le « racisme d’Etat » en France. Si la triple relecture de cette phrase ne suffit pas à vous extirper d’un abysse de perplexité, c’est que vous n’avez pas encore fait la connaissance de la mouvance « décoloniale ».
Vous n’êtes donc probablement pas un familier des organisations de gauche. Depuis plusieurs années, dans un mouvement qui s’accélère ces derniers mois, une idéologie nouvelle gagne ces milieux militants, qu’ils soient universitaires, syndicaux, associatifs, politiques ou artistiques. Sa dernière apparition spectaculaire remonte au 25 mars dernier, à l’entrée de la Sorbonne, sous les bannières de trois associations de défense des droits des personnes noires. Elles ont empêché la représentation d’une adaptation des Suppliantes, la pièce du poète antique Eschyle, dont certains comédiens blancs ont été accusés d’arborer du maquillage et des masques noirs pour interpréter une armée venue d’Afrique. Un blackface, c’est-à-dire un grimage raciste pour moquer les Noirs, ont expliqué ces manifestants. Le metteur en scène, Philippe Brunet, a eu beau rappeler ses engagements humanistes ou plaider pour qu’on puisse « faire jouer Othello [le personnage africain de Shakespeare] par un Noir ou par un Blanc maquillé », rien n’y a fait. « Il n’y a pas un bon et mauvais blackface », a rétorqué Louis-Georges Tin, président d’honneur du Conseil représentatif des associations noires (Cran).

Sans que le grand public y prête encore attention, ces activistes, dont l’antiracisme confine souvent au racisme, conquièrent régulièrement de nouvelles organisations, comme le Planning familial, Act Up, qui lutte contre le sida, ou le syndicat SUD. Il ressort de l’enquête de Marianne que ces militants pointent également le bout de leur doctrine au Mouvement des jeunes socialistes, à la CGT, à la Ligue des droits de l’homme, dans les médias « progressistes » et dans les départements universitaires ....
Application

Inaugurée il y a moins d'un mois, l'incroyable exposition « Toutânkhamon » à la Grande Halle de la Villette fait déjà l'objet d'une controverse que l'on qualifierait volontiers d'« ubuesque » si elle n'était pas aussi et avant tout dangereuse. À l'heure où un petit groupe d'individus dits « antiracistes » parvient à obtenir la censure des Suppliantes d'Eschyle, d'autres, issus des mêmes mouvances, réclament l'interdiction de l'exposition « Toutânkhamon », dont les égyptologues et commissaires d'exposition tenteraient de cacher l'origine africaine. Selon eux, le célèbre pharaon était noir, tout comme l'ensemble des habitants de l'Égypte ancienne. Une théorie bien connue des sites complotistes et des égyptologues français, qui observent depuis plusieurs années sa propagation, y compris dans leurs salles de cours.

Selon eux, nous nions sciemment la supposée origine africaine de Toutânkhamon. Depuis plusieurs années, un discours africanocentriste s'est développé pour affirmer que le royaume d'Égypte était noir. Pour appuyer leur thèse, ceux qui la propagent assurent, par exemple, que les égyptologues blancs auraient brisé les nez des statues et des momies pour dissimuler le caractère épaté de ces derniers, preuve de l'origine africaine des Égyptiens. Ce serait notamment, affirment-ils, pour cette raison que le Sphinx fut abîmé à cet endroit stratégique... Cette théorie est évidemment farfelue, car il y avait toutes les variantes de couleurs de peau possibles chez les Égyptiens, mais elle est surtout dangereuse, car elle se répand de façon alarmante dans la communauté noire depuis plusieurs années.

Source et plus





1 commentaire:

  1. Il y avait quelque chose sur la tête du Sphinx, voir dans ce livre à la page 43 :

    Mouny/Gruais - 1997 GUIZEH - Au-delà des Grands Secrets:

    http://www.histoireebook.com/index.php?post/Gruais-Guy-Mouny-Guy-Claude-Guizeh-au-dela-des-grands-secrets

    Les 3 autres livres de ce duo sont également surprenants:

    Mouny/Gruais - 1992 le grand secret des pyramides de guizeh

    http://www.histoireebook.com/index.php?post/Gruais-Guy-Mouny-Guy-Claude-Le-grand-secret-des-pyramides-de-Guizeh

    Mouny/Gruais - 1994 le grand secret du sphinx de guizeh

    http://www.histoireebook.com/index.php?post/Gruais-Guy-Mouny-Guy-Claude-Le-grand-secret-du-Sphinx-de-Guizeh

    Mouny/Gruais - 1996 Le Grand Secret du Signe de Vie

    http://www.histoireebook.com/index.php?post/Gruais-Guy-Mouny-Guy-Claude-Le-grand-secret-du-signe-de-vie

    Des égyptiens nègres... sans doute à la fin du règne des pharaons, oui, juste avant que tout ne s'effondre...

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.