mercredi 10 avril 2019

Arrivée de la Fièvre Hémorragique de Crimée-Congo

Risque d’émergence de la Fièvre Hémorragique de Crimée-Congo dû à l’installation de la tique Hyalomma marginatum dans le sud de la France.

  • Le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC) provoque des flambées de fièvre hémorragique virale sévère.
  • Les flambées de fièvre hémorragique de Crimée-Congo ont un taux de létalité pouvant atteindre 40%.
  • e virus se transmet principalement à l’être humain à partir des tiques et des animaux d’élevage. La transmission interhumaine peut survenir à la suite d’un contact direct avec du sang, des sécrétions, des organes ou des liquides biologiques de sujets infectés.
  • La fièvre hémorragique de Crimée-Congo est endémique en Afrique, dans les Balkans, au Moyen-Orient et en Asie, dans les pays en deçà du 50ème degré de latitude nord.
  • Il n’existe pas de vaccin, ni pour l’homme, ni pour l’animal.

Le virus de la FHCC se transmet à l’être humain soit par les piqûres de tiques, soit par contact avec du sang ou des tissus d’animaux infectés, pendant ou immédiatement après l’abattage. Les cas se sont produits en majorité chez des personnes travaillant dans le secteur de l’élevage, comme les exploitants agricoles, les employés des abattoirs ou les vétérinaires.
La transmission interhumaine peut survenir à la suite d’un contact direct avec du sang, des sécrétions, des organes ou des liquides biologiques de sujets infectés. Des infections nosocomiales peuvent aussi se produire à cause d’une mauvaise stérilisation du matériel médical, de la réutilisation des aiguilles et de la contamination des fournitures. Ici

La mondialisation c’est bien pour mourir ensemble dans d’atroces souffrances.

;)