jeudi 14 mars 2019

Monnaies virtuelles, bitcoins et reliques.


(Coffret de reliques de la famille Bardi.)



😉

————


Vous pensez peut-ĂȘtre que le bitcoin et les autres crypto-monnaies sont une toute nouvelle forme de monnaie. AprĂšs tout, rien de tel ne pourrait exister avant l'Ăąge Internet, n'est-ce pas? 

Eh bien, pas exactement. Il est vrai que les crypto-monnaies modernes sont basĂ©es sur Internet, mais le concept de base de «monnaie virtuelle» est antĂ©rieur Ă  Internet, d’au moins un millĂ©naire. Au Moyen Âge, les gens utilisaient beaucoup la monnaie virtuelle sous forme de reliques sacrĂ©es. 


.....la monnaie Ă©tait basĂ©e sur des mĂ©taux prĂ©cieux, principalement de l'or et de l'argent. La monnaie Ă©tait le moyen qui permettait aux Romains d’etre un empire : ils utilisaient de la monnaie en mĂ©taux prĂ©cieux pour payer leurs lĂ©gions, pour corrompre leurs ennemis et pour maintenir l'empire en cohĂ©sion . ....

....Puis vint le moyen Ăąge. Une Ă©poque de raretĂ© des mĂ©taux prĂ©cieux, ce n’est pas par hasard qu’on a vu naĂźtre des lĂ©gendes mettant en scĂšne des dragons amassant de l’or dans leurs taniĂšres. Les gens avaient dĂ©sespĂ©rĂ©ment besoin d'une sorte d'argent. Mais quoi utiliser si l’or et l’argent avaient presque disparu ?...

......L'Ă©glise avait le pouvoir de dĂ©terminer si un objet qui prĂ©tendait ĂȘtre une sainte relique l’Ă©tait rĂ©ellement  ou non, aussi agissait-elle Ă  certains Ă©gards comme une banque. L’Ă©glise validait les reliques, mĂȘme si elle ne pouvait pas les crĂ©er (pas directement, du moins). Mais cela suffisait pour jouer un rĂŽle central dans le systĂšme financier mĂ©diĂ©val. La papautĂ© n'a progressivement perdu son pouvoir en Europe que lorsque de nouvelles mines en Europe de l'Est fournirent suffisamment de mĂ©taux prĂ©cieux pour la fabrication de piĂšces de monnaie et permirent aux rois et aux empires de prendre le dessus avec de nouvelles armĂ©es. 



Les restes saints de st. Fausto conservĂ© dans une Ă©glise Ă  Castellina in Chianti, en Toscane (photo de l'auteur).

Si les reliques Ă©taient monnaie courante, vous pouvez Ă©galement comprendre l'incroyable engouement qui avait submergĂ© les gens au cours du Moyen Âge. Les gens creusaient partout pour trouver des reliques sacrĂ©es, une activitĂ© essentiellement virtuelle car personne ne pouvait prouver que les os retrouvĂ©s avaient Ă©tĂ© lĂ  auparavant. 

Parfois, le besoin d'os Ă©tait si fort que les personnes qui avaient une rĂ©putation de saints Ă©taient littĂ©ralement mises en piĂšces immĂ©diatement aprĂšs leur mort par des foules avides d'os. 

Avoir une telle rĂ©putation pourrait mĂȘme ĂȘtre dangereux, la vie d'un saint pouvait ĂȘtre abrĂ©gĂ©e par quelqu'un qui voulait tirer un profit de ses os.

Le reliques Ă©taient une monnaie virtuelle, tout comme le bitcoin. 

Elles n'avaient pas plus de substance que ce dont les rĂȘves sont faits. Personne ne pouvait vraiment dire si un fragment d'os prĂ©tendu saint provenait d'une vache ou d'un homme saint. 

Personne ne pouvait dire si un Ă©clat de bois Ă©tait vraiment un morceau de la croix du Christ. Certes, l’Église pouvait dĂ©clarer (ou nier) l’authenticitĂ© d’une relique spĂ©cifique; mais c'Ă©tait toujours une dĂ©claration entiĂšrement basĂ©e sur la foi. Tout Ă©tait virtuel: un jeu de fantaisie, comme aujourd'hui pour tous les types d'argent, y compris les bitcoins. 

Mais si l'argent est un rĂȘve, ne nĂ©gligez pas son pouvoir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'Ă©change.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bĂȘtise pour dĂ©truire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.