mardi 12 mars 2019

"Le principal organe de la vision, c'est la pensée."



"On voit avec nos idées, puis nous symbolisons.
On ne sait voir que ce que l'on a appris à voir."

....premier pas pour parler "Magie" ce qui peut se traduire par "Aimer follement la vie".




Ceux qui parmi nous ne bénéficient pas des progrès techniques, ou démocratiques, vont, comme les enfants de Sa Majesté-des-Mouches, redécouvrir le bénéfice du clan et les horribles merveilles de la guerre. Alors ils diaboliseront la technique qui a brisé les liens et la démocratie qui les a isolés. Une place est libre. Elle attend un « Sauveur ». La technique et la démocratie, en améliorant la personnalisation des hommes, leur a permis d'être moins ensorcelés, ce qui les désespère

Car être ensorcelés, ravis, possédés et charmés constitue un grand moment de bonheur pathologique dans une vie d'homme. 



Peut-être même les sorciers sont-ils à l'origine de l'invention du symbole ? Car rien ne nous ensorcelle plus que la représentation de la mort. 
Le théâtre de la mort.


Pour décrire l'apparition de la réflexion humaine, on a beaucoup parlé de la fabrication des outils il y a trois millions d'années, de l'émergence du langage doublement articulé il y a sept cent mille ans, et de la domestication du feu il y a cinq cent mille ans, mais on n'a pas assez réfléchi à la théâtralisation de la mort il y a cent mille ans. 

p. 265


La religiosité de la mort nécessite, elle, un travail verbal. Il faut se rencontrer et créer un lien de paroles pour exprimer nos mondes intimes et se mettre d'accord en élaborant une théorie de la mort que nous pourrons partager. Le sentiment que la vie du mort se perpétue en nous nécessite un échange de paroles : « Je sens sa présence en moi... je l'entends chaque fois me dire... je sens qu'il me protège... » Les représentations cette fois-ci sont verbales et créent un monde de mots échangeables et partageables. En remplissant un vide, le théâtre de la mort et ses théories luttent contre l'angoisse de la représentation du rien. 
Les animaux capables d'éprouver des représentations d'images perçoivent le mort et en sont parfois bouleversés. Les hommes capables de se représenter la mort en font une théâtralité qui est à l'origine des deux ensorcellements fondamentaux de la condition humaine : l'art et la religion. 
Le monde de l'imperçu prend forme grâce aux représentations de la mort, manque suprême. Mais percevoir un mort, ce n'est pas se représenter la mort. Les animaux sont désorganisés par le mort. Alors que les hommes s'organisent autour de la mort. 
p. 267

L'ontogenèse de la représentation de la mort est très lente chez nos enfants. Quand un nourrisson perçoit une stimulation effrayante, il peut crier ou se rétracter. Mais il lui faut un appareil psychique suffisamment construit pour se représenter l'imperçu parfait, le néant. Quand il parvient à la notion du rien, du vide ou de l'infini, il éprouve un vertige physique que certains nomment « angoisse ». Pour se défendre contre cette angoisse de la mort, il doit remplir la représentation du rien par des images et des mots, des œuvres d'art et un travail religieux. 
L'ontogenèse du sentiment de mort a été progressive.
p. 268



_______________________________

Nous vivons dans un monde hanté par les autres qui nous jettent des sorts et nous fabriquent un destin. 

Comprendre quelle est notre place dans le vivant, comment nous en procédons et comment nous en émergeons, tel est l'enjeu de ce livre qui retrace la généalogie du monde humain, où, contrairement à une certaine idéologie libérale, il n'y a pas d'individus, où la notion même d'individu n'a pas de sens, car chacun est d'emblée saisi par un réseau de relations. En s'appuyant sur des études de cas très vivantes et concrètes, Boris Cyrulnik analyse ainsi tour à tour l'empathie, cette capacité que nous avons de nous mettre à la place de l'autre ; l'hypnose, cette fascination que nous exerçons sur les autres ou que les autres exercent sur nous ; la bouche, ce lieu d'interpénétration de l'extérieur et de l'intérieur, où s'articulent les sons créateurs d'un monde symbolique : le signe enfin, et l'émergence d'un monde proprement humain, dédoublé en un immédiat de nos sensations et de nos perceptions, et un au-delà de nos croyances et de nos représentations. 




(😉parce que j'aime bien...)

(Boris Cyrulnik anime un groupe de recherche en éthologie clinique à l'hôpital de Toulon-La Seyne et dirige un enseignement d'éthologie humaine à la faculté de médecine de Marseille et à l'université des lettres et sciences humaines de Toulon. Il est l'auteur, aux Éditions Odile Jacob, des Nourritures affectives.)


3 commentaires:

  1. Très bon sujet et si fondamental.
    La pensée créé, c'est la réalisation de ce qui est né d'abord dans notre esprit qui nous a fait progresser.
    Ou régresser quand les pensées ne sont pas porteuses de vie. Boris Cyrulnik à raison de le mentionner.
    Et il n'y a pas que les "Grands Capitaines d'Industries" qui savent piloter un bateau formidable qui sont doués de cette fonction créative. Tout le monde l'est et peut créer un monde meilleurs (et écarter ceux qui utilisent mal leurs talents).

    Le Parlement Européen à surveiller [ Cette transcription n'est pas du mot à mot ] :
    « Nous, français, raisonnons en fonction du fonctionnement de l'Assemblée Nationale
    avec les différents partis bien séparés les uns des autres.
    Au niveau du Parlement Européen, ils fonctionnent sous forme de groupes.
    Et ça ce n'est pas suffisamment su. Pas suffisamment répété.

    La structure du Parlement Européen est différente. En fait
    c'est quasiment mensonger la façon dont ils nous vendent leur campagne électorale
    en faisant semblant, chacun des partis, d’être leader, d'apporter ses solutions,
    d'apporter ses signatures, d'apporter ses réformes. C'est quasiment mensonger,
    car une fois élu ils intègrent directement le groupe auquel appartient leur parti.
    Le Parlement Européen ne fonctionne pas par parti, mais par groupes de partis.
    Alors ils ne reviennent pas vers vous pour vous expliquer cela, vous qui les avez élus.
    Ils ne viennent pas vous dire ce qu'ils votent. En tout cas ils ne votent pas
    une fois qu'ils seront au Parlement Européen, en fonction de ce qu'ils vous promettent
    pendant la campagne électorale. Ils votent comme leur groupe vote.

    Dans le groupe dont fait parti LREM il y a un allié :ALDE … Donc,
    - commencez par leur demander à quel groupe ils appartiennent.
    - Commencez par leur demander qui d'autre fait parti de leur groupe.
    - Comment ils sont tous financés, et avec quels lobbyistes ils sont liés.
    - Demandez leur quels lois ils ont votés. Et quels lois ils ont refusés de voter
    au non de leur groupe au Parlement Européen.
    La réponse est édifiante !
    Voila comment est structuré le Parlement Européen.
    À l’avantage des sociétés qui payent les Partis. »
    -https://youtu.be/3RkUQc_mJpY?t=648-

    RépondreSupprimer
  2. La pensée ne crée pas . Elle est simplement l'utilisation d'un décodeur qu'est le cerveau. La pensée puise dans un flot de données qui sont disponibles universellement momentanément ou depuis la nuit des temps. C'est ce qui explique que la même idée germe au 4 coins de la planète en même temps.
    Ce qui donne du carburant à la pensée est "l'intention" (qui n'a rien à voir avec la concentration). Quand on charge une pensée avec de l'intention on participe à sa réalisation matérielle.
    L'époque actuelle est caractéristique pour sa "faiblesse" d'intention et c'est ce qui fait que les matérialisations sont aussi éphémères et fragiles pour ne pas dire obsolètes très rapidement.
    Cette intention peut paraître anecdotique pour grand nombre mais c'est précisément ce que "certaines" personnes manipulent au travers des petits écrans aussi nombreux maintenant.
    La vie humaine n'a de sens que dès lors qu'elle a son propre libre-arbitre. Ce n'est pas l'orientation des groupes de pouvoirs nationaux ou internationaux.
    Inutile de chercher plus loin la source de toutes nos restrictions et des actes provoqués pour induire un climat de peur.
    Les gens de pouvoir n'admettent pas le libre-arbitre et pensent pouvoir contenir les soucis liés à la surpopulation.
    Malheureusement pour eux rien de ce qu'ils ont fait n'a été efficace à ce jour malgré tous leurs efforts de guerres et de maladies instrumentalisées.
    L'espèce humaine est un produit high-tech qui résiste bien à tout.
    Chapeau aux créateurs!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on dit souvent que l'homme est créateur mais c'est une grave erreur. L'homme est un inventeur . C'est-à-dire qu'il trouve CE qui existe. C'est ce qui fait le charme de ces chercheurs professionnels qui ne vivent que grâce aux subsides de l'état ou de mécènes. Ils cherchent toute leur vie comme des aveugles qui souhaitent faire de peinture.
      Le logiciel mental humain est très mal utilisé à notre époque pour concrétiser les idées qui foisonnent dans l'invisible. Il se contente de l'aspect technologique et se bride dans l'exercice.
      c'est dommage.

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.