mercredi 27 février 2019

Paris, voitures interdites.

voitures bannies en 1961 :


7 commentaires:

  1. mondialisation : il se passe des choses bizarres du côté d'Air France-Klm : l'Etat hollandais a, sans prévenir, pris une participation dans le capital d'Air France de près de 13% voulant engloutir la société mère. Donc la France est en train de perdre le contrôle de sa 1ère compagnie aérienne nationale dont le siège est en France, société cotée à la bourse française. Une décision surprenante avait déjà été prise en août 2018 en désignant à la tête d'air france un canadien Ben Smith qui a manipulé pour rentrer au conseil d'administration de KLM.

    KLM reproche d'avoir été contrainte de recapitaliser air france ayant été seule à générer des bénéfices, alors qu'en réalité il y a une fraude cachée organisée qui consistait à transférer l'activité d’air france vers KLM pour des raisons de taxes bien inférieures à Amsterdam qu’à CDG, augmentant de ce fait considérablement la profitabilité de la branche néerlandaise du conglomérat au bénéfice de l’ensemble du groupe.

    Ce sera donc encore à inscrire à l'actif de ce gouvernement, à savoir la perte de nos intérêts nationaux et stratégiques bradés au profit d'intérêts étrangers.

    Depuis cette spéculation boursière déloyale, les actions d'air France ont chuté de 11%.

    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/coup-de-tonnerre-a-air-france-klm-l-etat-hollandais-prend-12-68-du-capital-808897.html

    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/air-france-klm-dans-le-chaos-apres-le-coup-de-force-de-l-etat-hollandais-808902.html

    https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KCN1QG1VG/air-france-klm-macron-appelle-les-pays-bas-a-clarifier-leurs-intentions.html

    RépondreSupprimer
  2. @ ano 7:32
    l'état hollandais vient de chier dans les bottes de Macron.
    La France détient encore 15 % des actions mais la vente totale est depuis longtemps prévu et inévitable vu la situation des finances catastrophique, ça devait pas tarder avec une action a environ 13 euros.
    Si Macron vend, AF devient propriété des hollandais...et comme Macron n'a plus une thune...
    L'ironie de l'histoire c'est qu'au début, c'est AF qui a sauvé KLM, et qu'a terme c'est aussi AF qui devait englobé totalement KLM .. LOL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il faut saisir l'autorité des marchés financiers et le parquet national financier : cela se résoudra devant les tribunaux français pour apprendre à vivre à ces requins hollandais, ou à ceux qui les pilotent (sans jeu de mots). Ben Smith, l'étranger à la triple nationalité, travaille pour qui en vérité? la main cachée, hum? il y a le bazar à partir du moment où il rentre au conseil de surveillance de KLM; à dégager sans parachute doré ni indemnités.

      Supprimer
  3. Facile à comprendre: c'est la réponse du berger à la bergère. L'état néerlandais n'a pas apprécié que le nouveau pédégé du groupe essaye de débarquer le patron de klm. L'état a besoin de klm pour que son Aéroport d'Amsterdam-Schiphol conserve une utilité. Le canadien voulait à terme induire du bradage des aéroports à la française. Les néerlandais ont oubliés d'être bêtes et ce sont eux aussi des stratèges. La différence est que les français pensent donner tout au privé alors que les néerlandais sont rendus au coup d'après dans cette partie d'échec néolibérale. Voir l'affaire de l'aéroport de Toulouse qui devient burlesque....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'importe quoi. La différence c'est qu'à KLM il n'y a pas de grêve de pilotes toutes les deux semaines, de grêves des opérationnels au sol qui durent un mois par an et de syndicats rouges qui détournent des dizaines de millions par an. KLM est une société privée, une SA, dont tout le monde est propriétaire par le biais d'une action et certainement pas une de ces entreprises étatiques "que le monde nous envie mais que personne n'a copié" sclérosée par les syndicats marxistes qui ne font que détruire de l'intérieur les structures commerciales.

      Tu dis que les français donnent tout au privé quand 57% du PIB passe dans la dépense publique ? Tu as conscience au moins de la bêtise d'une telle affirmation ? D'autre part c'est précisément le fait qu'Areva soit une compagnie publique qui a mené à sa ruine, avec la socialiste féministe Anne Lauvergeon en tant que PDG. C'est par pur électoralisme qu'Alstom a survécu pendant 25 ans à coups de dizaines de milliards de subventions alors que l'entreprise aurait du faire faillite dix fois depuis 1983. Et c'est précisément depuis la privatisation des banques qu'aujourd'hui Crédit Agricole, Société Générale ou BNP sont redevenus les géants mondiaux qu'ont connait aujourd'hui, sous Mitterrand c'étaient des entreprises pitoyables.

      C'est un fait que les fonctionnaires français sont majoritairement communistes, incompétents et totalement déconnectés du monde de l'entreprise, leur laisser des postes de décision dans des entreprises est une chose suicidaire.

      Supprimer
  4. d'après toi à qui va la dette? Qui tient la France par les burnes? Le privé !
    La macronie vend les bijoux de famille au privé pour faire du cash . C'est pas nouveau mais maintenant on découvre que payer aux péages devrait retourner à l'état qui a payé les routes au lieu d'aller au privé qui les a acheté à vil prix.
    Montaldo a très bien expliqué le mécanisme dans ses bouquin tels que "Mitterrand et les 40 voleurs" etc etc . N'oublions pas Claude Allègre qui a cédé les mines d'or en Amérique du Sud pour des clopinettes. Pendant ce temps il baragouinait qu'il fallait dégraisser le mammouth en parlant de l'éducation nationale. N'oublions pas qu'il était un planqué du cnrs c'est-à-dire ces gens qui ont des finances pour tout et n'importe quoi qui ne servent à rien d'autre qu'à faire des rapports bidons pour justifier leur salaire.
    Effectivement notre système est communiste mais d'une façon très insidieuse. Le mille feuille ne s'arrête pas au fonctionnaires ou assimilés. Si l'on tient compte des aides multiples et variées qui arrosent tous les étages de notre société...on pourrait dire que notre système est communiste déguisé en libéral. Le copinage est un fait mais l'optimisation fiscale, et toutes les remises faites aux employeurs depuis la crise de 2008 ont renversé la vapeur. Maintenant il y a 3 mondes productivistes: les fonctionnaires , les salariés classiques et enfin les petits lutins qui courent dans tous les sens pour gagner 3 sous .
    Sur les gradins qui regardent ce spectacle? Les financiers, les gamins, les chômeurs, les retraités et les gens entretenus , c'est-à-dire les improductifs.
    Le monde des grévistes était classiquement celui des syndicats qui bien sure ne prêchent que pour leur chapelle(patronale ou salariée).La fonction publique est clairement majoritaire dans ces mouvements de grève car elle ne risque rien par rapport à son emploi.
    En résumé la dépense publique n'est pas liée uniquement aux fonctionnaires mais au mode de redistribution que nous voulons. Et contrairement à ce que la macronie manigance en ce moment...la question n'est pas d'économiser en diminuant les services de l'état.Bien au contraire c'est de supprimer les doublons et de demander à chaque fonctionnaire de "justifier" son job. Ce n'est pas simple car ça n'existe pas vraiment dans l'esprit d'un fonctionnaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a quelqu'un de connu, dont je ne me rappelle plus le nom, qui prétendait que le capitalisme et le bolchévisme n'étaient que deux faces de la même pièce. On voit de nos jours qu'il avait raison. Avec la Chine par exemple qui pourrait devenir le modèle politique d'avenir. Une convergence des deux fables vers le but commun. Scipion n'a pas encore effectué ce saut cognitif mais ça viendra. Il y a une grande différence entre la liberté de l'individu d'entreprendre et la liberté des oligarques et autres prédateurs...

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.