jeudi 14 février 2019

Les suspensions du Tricastin.



Le 3 février dernier le réacteur N°2 du Tricastin a connu un accident aux conséquences potentiellement très gravescomme le souligne à très juste titre la CRIIRAD. Un des 157 assemblages de quelque 750 kg et de plusieurs millions de Curie, qui aurait dû rester dans la cuve comme les autres, a été emporté avec le couvercle de plus de 66 tonnes durant les opérations de maintenance. Incorporé au couvercle, son système de blocage supérieur dans la cuve ne s’est pas déverrouillé et il est resté accroché au couvercle. 

Il est à l’heure actuelle sous 9 mètres d’eau sans que l’on sache s’il a été partiellement ou intégralement retiré de son logement. Retirer sous l’eau un assemblage requiert une manipulation experte et un outillage adéquat car il doit être soulevé de manière parfaitement verticale tant le logement qui l’accueille est étroit. Tout balancement horizontal au moment de l’extraction risque de coincer si non de rompre ce parallélépipède rectangle de plus de 4 mètres de long qu’est un assemblage. En deux mots, sans compter le risque d’un déverrouillage impromptu qui le précipiterait sur le cœur, le couvercle n’est pas le treuil approprié pour extraire un assemblage. 

Le fait est que plus de 66 tonnes en attente d’être calées sont suspendues au-dessus du réacteur ouvert, que plusieurs semaines inquiètes seront nécessaires avant de venir à bout de cet accident et que c’est là la troisième fois que ce type d’anomalie survient au Tricastin. L’AIPRI salue de tout cœur les agents qui maintenant s’efforcent de désamorcer ce potentiel désastre.

*****
Radioactivité effective et radiotoxicité potentielle de l’assemblage suspendu au Tricastin qui sera ici considéré composé d’UOX et émettant 1/157ème de la radioactivité des 157 assemblages de ce réacteur de 915 MWé

Plus sur l’AIPRI :  « L’assemblage suspendu du Tricastin. »


De : BRUNO CHAREYRON Envoyé : mardi 5 février 2019 16:00 À : ’tricastin-communication@edf.fr’ Objet : Incident de blocage d’un assemblage au Tricastin / questions à EDF Tricastin
Madame,
suite à notre bref entretien téléphonique, et dans la mesure où vous m’indiquez qu’il n’est pas possible de recueillir des informations par oral rapidement (ce que je déplore), merci de trouver ci-dessous quelques questions techniques liées à l’incident de blocage d’un assemblage de combustible intervenu dans la nuit du 3 au 4 février 2019 sur la tranche 2 du CNPE du Tricastin lors d’une opération de retrait des éléments internes supérieurs :
  • S’agit-il d’un assemblage MOX  ? Combien de cycles a-t-il subi ?
  • Quel est le débit de dose théorique gamma et neutrons au contact de cet assemblage s’il était hors d’eau ?
  • Quelle était l’activité de l’eau du circuit primaire avant le début des opérations de déchargement (activités des iodes , des gaz rares dissous, des autres produits de fission) ?
  • Quelle est la périodicité de contrôle de l’activité de l’eau du circuit primaire depuis l’incident ? Peut-on avoir communication de ces résultats depuis l’incident ?
  • Quelle est la température de l’eau du circuit primaire actuellement ?
  • Quel est l’état général des gaines des crayons de cet assemblage (taux de fuite) ?
  • Quelle est sa masse ? (confirmez-vous la valeur de 750 kg ?)
  • Quel est le débit de dose maximal enregistré actuellement dans le bâtiment réacteur sur des secteurs accessibles aux opérateurs ?
  • A quelle hauteur l’assemblage est-il actuellement suspendu par rapport à la partie supérieure des 156 autres assemblages restés en place ?
  • Quelle est la masse totale actuellement suspendue au-dessus du cœur du réacteur ? (Confirmez-vous la valeur de 65-66 tonnes ?)
  • Pendant combien de temps le pont de manutention est-il dimensionné pour soutenir cette masse ?
  • EDF a-t-il procédé ou fait procéder d’une part à une évaluation des risques de criticité, d’autre part des risques de dispersion de matières radioactives dans l’enceinte de confinement et à l’extérieur de la centrale en cas de chute de l’assemblage coincé ? Source
  • Peut-on avoir copie des rapports techniques associés à ces simulations ?
  • Depuis l’incident du 3 février 2019, le tampon matériel a-t-il été ouvert ? Si oui, à quelle date ? Pour quelle durée ? L’introduction des outillages télécommandés pour sécuriser l’assemblage nécessite-t-elle l’ouverture du tampon matériel ? En cas de détection d’une augmentation brutale de la radioactivité au-dessus de la cuve du réacteur, combien de temps faut-il pour refermer le tampon matériel ?
  • Existe-t-il un dispositif d’urgence permettant de collecter et de stocker dans une capacité, l’air sortant du tampon matériel en cas de réalisation d’opérations à risque ?
  • Quelle est la cause du blocage ? S’agit-il comme en 2008 d’un problème qui aurait pu être anticipé lors du précédent rechargement ?
  • Les outillages nécessaires pour stabiliser l’assemblage et procéder à son extraction sont-ils disponibles ? Nous souhaitons être informés de la date des opérations de stabilisation et d’extraction de l’assemblage à l’adresse laboratoire@criirad.org .
  • Quelle est l’activité des rejets gazeux dans l’environnement (gaz rares radioactifs, halogènes gazeux, tritium, carbone 14, autres aérosols radioactifs) sur le mois de janvier et les premiers jours de février 2019 ?
  • EDF a-t-il mis en place une surveillance renforcée de la radioactivité de l’air ambiant sous les vents du CNPE du Tricastin ? Quels sont les résultats de mesure de l’activité des gaz rares radioactifs dans l’air ambiant à l’extérieur du CNPE depuis le début des opérations de maintenance en cours ?
Vous remerciant par avance. Bien Cordialement
Bruno CHAREYRON Ingénieur en physique nucléaire Directeur du Laboratoire CRIIRAD






1 commentaire:

  1. Félicitation YWDEN : les arcanes de ta note dont les signes inclusifs augurent d'une prochaine catastrophe nucléaire aux USA

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.