lundi 4 février 2019

La boîte échangiste parisienne.




La mise en ligne en décembre dernier sur le site du Monde diplomatique de la carte des lieux de pouvoir à Paris, initialement parue dans Manière de voir en 2012, a suscité nombre de commentaires apeurés. Publier des données publiques, mais que seuls les initiés vivent intimement : ce travail journalistique a été qualifié d’« irresponsable » par Frédéric Haziza, de « faute professionnelle » par Mohamed Sifaoui, tandis que Caroline Fourest évoquait des « cartes qui incitent au lynchage ». En 1791, le député constituant La Rochefoucauld assignait à la presse le rôle de « sentinelle du peuple ». Certains journalistes préfèrent manifestiment le poste d’appariteur de l’ordre.
Il suffit d’ailleurs d’embrasser du regard les beaux quartiers parisiens et leurs environs immédiats pour saisir le périmètre minuscule où siègent les plus hautes instances administratives, économiques, financières, politiques, intellectuelles et journalistiques de la France. Pareille promiscuité favorise les échanges, ainsi que l’interpénétration du pouvoir et du « contre-pouvoir ». Leur isolement, également.