vendredi 22 février 2019

Hard discount : + 14% sur un an.



Le prix moyen du panier, calculé sur la base de 35 produits de consommation courante répartis en 13 catégories, n’a jamais été aussi cher, à 139,50 €, soit une hausse de 2,6 % par rapport à 2017, après cinq ans de relative stabilité, plus que l’inflation (+1,8 %).
Cette augmentation se constate quelle que soit la surface de vente (hypermarchés, supermarchés ou hard-discounts) et reflète de fortes disparités territoriales : « faire ses courses dans l’Ouest de la France coûte ainsi près de 10 % moins cher qu’en Ile-de-France ».
Les territoires les plus marqués par les prix chers demeurent cependant ceux d’outre-mer, avec un prix moyen du panier qui s’élève à 231,80 €, soit 66 % plus cher qu’en métropole. À Mayotte, la situation est pire, le même panier y coûtant 73 % de plus.


Ces écarts de prix, « qui peuvent partiellement s’expliquer par un régime fiscal différent », font dire à Familles Rurales qu’il est temps de lancer « une refonte des taxes applicables, à défaut d’augmenter (les) revenus » de ces Français ultramarins.
En ce qui concerne les « premiers prix », l’association pointe « une hausse particulièrement remarquable », de 6,9 % en moyenne, de ce type de produits, « et jusqu’à 13,4 % dans les hard-discounts ».Or, précise l’étude, « contrairement à une idée reçue, les prix les plus bas se trouvent en hypermarchés et non en hard-discounts où ils ont littéralement explosé en 2018 (+14 % en un an) ».
« si le "manger mieux" retentit désormais comme une injonction, force est de constater que tous les produits ne sont pas accessibles à toutes les bourses : en moyenne, le bio coûte 65 % plus cher que le panier moyen et près de deux fois plus cher que le panier "premier prix" ». Source