mercredi 6 février 2019

Déséquilibrée.

Plus forte qu’un terroriste bien motivé.

10 morts au moins. En majorité des jeunes.

Je pense que leurs parents leur avaient loué un appartement sur cour dans une bonne copropriété du XVI° arrondissement pour qu’ils puissent poursuivre leurs études dans de bonnes conditions où commencer leur carrière professionnelle.

Ce drame contient tous les vieux disfonctionnements répertoriés mais laissés sans solution.

- Ça fait plus de 10 ans que les services psychiatriques des hôpitaux parisiens sont en manque de
« lits ».

- la majorité des malades sont en ambulatoire, moins à cause du coût délirant de l’hospitalisation que par l’obligation d’un turnover rapide.

C’est instructif de faire un tour à Sainte-Anne au moins un soir dans sa vie.

- Ça fait 30 ans que les propriétaires ne peuvent pas rompre un bail de location si l’occupant pose souci sans avoir à supporter des frais de justice insoutenables.

- on notera l’absence totale de liens familiaux ou sociaux de la supposée coupable.
Pas de famille.

La dame Éssia a-t-elle été abandonnée sur le sol de France ? Aux bons soins du contribuable et des services hospitaliers dégradés ?

- plus aucun suivi socio-therapeutique dans le 16° ? Pas plus qu’ailleurs.

- la police n’est pas formée pour faire face à des comportements inadéquats.
Elle en constate tellement qu’elle confond maintenant incivilité avec crise de démence.

- vu la force des flammes il serait légitime d’interroger les matériaux utilisés dans la cage d’escaliers, les mises aux normes incendie, gaz, électricité, aération...

Les copropriétaires ne veulent plus entretenir...




Attentat à la vie. 

15 commentaires:

  1. Encore une protégée du CRIF comme Lelandais.

    RépondreSupprimer
  2. Essia c'est d'origine berrichonne comme prénom ? Parce que les berrichons commencent à les cumuler...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu’il est possible que sa famille l’ait laissée seule ici.

      Qui payait le loyer ? Studio ou 4 pièces ? 800 ou 2000€ ?

      Supprimer
  3. Un autre angle d'approche de ce fait social.
    La vile et la campagne.
    Pourquoi la ville concentre certaines populations : sdf, exclus, malades psychiques , fragiles.
    Parce qu'il y a plus de poubelles de toutes sortes ( sociales, économiques, politiques , relationnelles, etc ) etque des miettes peuvent leur être plus facilement distribuées ?
    Pour ne pas les exclure ? Vœu pieux, ils le sont de facto !
    Bon nombre de bâtiments abandonnés dans les campagnes , sujet déjà traité sur ce blog, les sdf, les exclus peuvent choisir , discrètement d'abord pour créer le nombre, publiquement ensuite pour créer une loi, d'y aller pour faire pousser leurs tomates.
    Des structures abandonnées peuvent être réaménagées pour accueillir des malades psychiques dans un cadre campagnard , le silence , les petits oiseaux, loin des dealers car la drogue à mangé le cerveau de bon nombre, et des animaux ( exemple : des ânes ) concourent à leur stabilisation.
    On fait travailler des petits entrepreneurs et artisans locaux, on réhabilite le patrimoine, on embauche localement des soignants, etc.....
    Ok. Peut être politiquement incorrect vu l'air du temps mais la politique n'est elle pas la ( saine) gestion des affaires de la cité ?
    Cela rappelle les heures les plus sombres de notre histoire alors, pour faire court, je commenterai cet argument en disant qu'il sert les intérêts des candidats au logement dans le 16e, bon chic bon genre, lorsque l'immeuble incendie et détruit va être reconstruit.
    Quant à la morale , laquelleet pourquoi , doit on se dire plutôt.
    L'intérêt matériel mais aussi psychologiqueet affectif ( mais si, mais si ) de ces populations concernées s'en trouvera favorisé.
    Le coût ? Bah ! Sacrifions sans remord une piscine, un service de vaisselle, quelques décorations superflues , tout l'argent " gaspille " et avec tout cela , on sera en mesure de soigner les 66 millions de français sans difficultés, en priorité les électeurs de M. Et tous ceux qui n'ont pas compris la nécessité de lui faire barrage.
    Mais ma parole, seriez vous un affreux xxxxxxxxxx ? Qualificatif à votre choix !
    Réponse : Oui ! Et vu votre commentaire, je m'en flatte.
    Ciao pantin ! Pantin dont on tire les ficelles, explication pour les nuls !
    Cdlt.
    M.S.BLUEBERRY.

    RépondreSupprimer
  4. les psycho ne sont plus internés maintenant. Un grand pourcentage des sdf en sont. Ceux qui présentent des profils "légèrement" stabilisés sont volontairement mélangés à la population. J'ai fait du travail social dans des centres d'accueils de sdf . Notre job était de faire le tri pour tenter de loger les gens. Les plus atteints étaient assez connus et ne pouvaient jamais se stabiliser. Nous logions dans des appartements ceux qui acceptaient d'être vraiment suivis(4 à 12 par appart). Ces situations avaient un bon suivi administratif mais rien de très sérieux côté médical. Le problème psychiatrique n'est plus traité dans des asiles comme dans l'ancien temps. Les HP demandent obligatoirement le consentement de la personne soignée. Ce consentement doit être obtenu dans les 3 jours de la prise en charge pour être légal.
    Le résultat de ces méthodes est visible partout autour de nous dans les faits divers. Le principe étant toujours de loger les psychos en les éparpillant au milieu de la société.
    La régulation se fait avec ce genre de désastre . Mais ce n'est que la partie médiatique car ce sont les voisins qui subissent tous les jours le stress de ces psychos.
    Les milieux d'origine n'ont rien à voir avec les troubles car toutes les classes sociales sont représentées du technicien de surface au trader ou grand patron.
    La seule population moins psycho ce sont les blacks. Ils ont autant d'addictions mais les psychoses sont plus rares. Pourquoi? Mystère.On en parle peu dans les études.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les blacks compensent les maghrébins. Encore faudrait-il que ce soit vrai.

      Supprimer
  5. Beaucoup de fragiles du haut dans ces temps sombres (manque de moyens des hôpitaux, désengagement de l'état dans tous les domaines...).....et zoom sur l'habitat qui dans tout l’hexagone devient insalubre faute d'être entretenu.
    En même temps, vu le coût desdits travaux....Ce putain d'€ nous a achevé!!!

    Marmotte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les moyens n'ont rien à voir dans les tragédies actuelles. Ce ne sont que des choix. Les choix sont faits depuis longtemps par des planificateurs. Tout est planifié . Les déserts médicaux , les encombrements aux urgences, la misère des budgets hospitaliers, le numerus clausus de médecins etc , tout est décidé depuis longtemps. Cette partie d'échec n'est pas un "échec" mais une volonté délibéré d'assécher les aides et les soins pour entretenir un monde de tamalous , un monde de peur , un monde de dépendance.
      Sarko qui se faisait le chantre de la diminution du nombre de fonctionnaires a volontairement augmenté leurs effectifs.
      Disperser les miettes pour nourrir les oiseaux ne donne pas forcément plus de nourriture mais fait un bon effet.
      La caste au pouvoir entretient le système pour que le peuple soit toujours sous perfusion , mais juste à minima pour qu'il soit en manque.

      Le grand jeu du moment est de montrer les supers riches pour faire baver le peuple.
      Une variante est la montée en puissance des joutes publiques entre les "lanceurs de balles en caoutchouc" et la bobologie des victimes marquées par le jaune fluo.
      Le spectacle est minutieusement préparé comme de la programmation d'un jeu vidéo.
      L'actualité offre des pages plus prégnantes avec les troubles sociaux au Venezuela ou chez le "kamarade Trump" pour diversifier la dose et montrer qu'après tout la France est un beau pays tranquille et prospère...
      Les planificateurs ont des intérêts partout où il y a du charivari. Il serait donc bon de chercher le "coup d'après" qui se cache derrière la crise actuelle .

      Supprimer
  6. La femme "écarlate" le jour de passage de la Loi pour se protéger des casseurs incendiaires

    Et si AB...révélait 3 Identités remarquables d'une France qui jamais ne pourrait retrouver de fractionnement non complexe binaire de classes comme par le passé de futures majorités de gouvernements stables ?

    Question : Essia B, qu'est-ce qui A Bissé au numéro 17 bis de la rue Erlanger car dans tous les immeubles de toutes les villes du monde il faut toujours savoir QUI parmi eux incarne l'esprit du lieu qui logeait aussi policier et pompier ce jour de passage de la Loi faite contre les casseurs incendiaires contre bissage récidiviste ?





    RépondreSupprimer
  7. Pas d'histoire de compteur électrique en feu ? Linky ne serait pas en cause pour une fois

    RépondreSupprimer
  8. Un tuto pour l après ;-)
    https://youtu.be/zf4JrsqlIkU

    RépondreSupprimer
  9. de Cabarrus Thierry @tcabarrus

    Pas de chance pour #EricDrouet et #PhilippeMartinez: ce terrible incendie de la rue #Erlanger à Paris occulte l'évolution de la "#grevegenerale" des #GiletsJaunes et de la #CGT sur les chaînes des #telestoutinfo qui tournent en boucle avec la tragédie.
    00:46 - 5 févr. 2019 depuis Suaux, France

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, comme par hasard. Mais ne tombons pas dans le complotisme.

      Supprimer
  10. Déséquilibrée ou déficiente comme toutes les musulmanes...
    https://youtu.be/MvF44bXNWok

    RépondreSupprimer
  11. Les hopitaux psychiatriques, ça coûte un pognon de dingue...

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.