lundi 25 février 2019

Calmés, les gilets jaunes ?


Matignon ferme la porte. L’entourage d’Edouard Philippe a assuré ce dimanche que la piste d’un impôt sur le revenu pour tous n’était pas envisagée alors que la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, avait remis l’idée sur la table dans une interview au Journal du Dimanche.

Impôt sur le revenu pour tous : Matignon dit non !





........C'est seulement 50% des français qui abondent l'intégralité de la recette fiscale. Juste ?

Personnellement, je suis pour un impôt symbolique de 50 cents ou de 1 euro/personne. 

question de dignité du citoyen, qui selon ses revenus, participe ! 

8 commentaires:

  1. 1€ à ces cancrelats c'est comme si je donnai le bâton pour me battre . même pas un poil du c.l

    RépondreSupprimer
  2. Re: "question de dignité du citoyen"
    Respectez notre dignité et on reparlera de dignité du citoyen

    RépondreSupprimer
  3. Personnellement,je suis pour le Zéro impôt pour tous.
    C'est tellement simple,que personne n'y a pensé.
    Suffit d'interdire la spéculation,l'usure et la rentabilité.
    C'est pour bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, il faut se rappeler de l'origine de l'impôt sur le revenu. Ce n'est pas si naturel que ça et prive le citoyen de faire lui-même ses propres choix, notamment en local. C'est de cette manière qu'on se retrouve avec des métropoles inhumaines pleines d'étrangers et des indigènes exclus qui payent pour eux, ou avec 50 milliards d'intérêts de la dette pour un État obèse anti-peuple qui ne donne plus rien en échange, ou aussi effectivement des vrais riches qui s'échappent avec le pognon, 100 milliards ?

      Et de toutes façons, quelqu'un aux minimas sociaux ou avec un très faible salaire paye déjà la TVA et tout le tintouin. Rapporté au peu qu'ils ont, ils payent certainement plus en pourcentage que n'importe qui. Mais il semblerait que stigmatiser les plus pauvres, en oubliant les responsabilités des classes dominantes globalistes et leurs cosaques sociologiques, soit bien vu avant une élection. Et puis après on en parlera plus jusqu'à la prochaine fois même si on va sûrement voir l'apparition d'une classe de travailleurs pauvres à l'allemande qui tirera les salaires vers le bas. Comme l'abruti de Wauquiez qui veut coller des TIG aux RSAistes. On aura ainsi l'illusion du plein emploi ! Et la France continuera d'être pillée...

      On dirait que les papis et mamies boomers ont bien bossé pendant le grand débat, cf. ce ballon d'essai minable. Les GJ manifestent contre les impôts à la base, et ils se retrouveraient avec des impôts pédagogiques ! Allez ! Au boulot les jeunes feignants, les retraites ne vont pas se payer toutes seules pas plus que le RSA de Mamadou ou les 50000€/an des mineurs isolés congoïdes de 40 ans. Et vous voulez acheter une maison ? Justement j'ai mon pavillon des années 60 à vendre pour 300000€. Faites comme moi, j'ai économisé pour me le payer ! Ah vous voulez construire par vous-même ? Oui mais seulement en respectant les lois, faudrait pas non plus que construire n'importe comment fasse baisser le prix de mon pavillon ! On y tient à la bulle immobilière ! Allez, hop, au boulot !

      Les GJ n'ont pas fini de se faire entuber... Peut-être un jour pourrait-on plutôt regarder comment remettre le pays sur ses rails, une société plus juste et équilibrée ? A défaut, ça risque de finir dans un bain de sang et ce n'est pas moi qui verserais une larme car je n'ai plus grand chose à perdre...

      Supprimer
  4. à savoir que 90% de l'impôt sur le revenu va directement dans les poches des banquiers privés pour l'intérêt de la dette (qui n'existe pas en fait ! )
    Impôts=racket , non ?

    RépondreSupprimer
  5. impôt est directement lié à IMPOSER !
    Il est intéressant de voir que les médias aux ordres parlent de la problématique du consentement à l'impôt.
    Comme dit M.Bouvier "Comme il consiste dans le prélèvement, d’une part, obligatoire et, d’autre part, sans contrepartie directe, d’une fraction des ressources d’une personne ou d’une entreprise, il faut des raisons suffisamment valables pour accepter de le payer."
    "L’idée que l’impôt contribue à la réalisation de l’intérêt général, a fini par s’effriter. Elle s’associe aujourd’hui à une autre représentation qui considère le redevable comme un client et qui place l’administration dans la position d’un fournisseur de services ; il s’agit là de ce qui est qualifié de nouveau civisme fiscal"
    Relier l'impôt à la dette est une position qui a été entretenue par l'affaire Grecque.
    "Se dessine progressivement non seulement la fin d’une certaine façon de considérer le consentement de l’impôt, mais aussi de concevoir le rôle de la classe politique et la nature du citoyen. Le caractère crucial de cette question s’observe aujourd’hui à travers la perte de sens du devoir fiscal, qui s’exprime par la banalisation de l’évitement de l’impôt caractérisant le contexte contemporain. Plus que d’une simple résistance à l’impôt, il faut y voir le germe d’un refus qui tend à s’étendre par capillarité, faisant l’économie du fracas des révoltes fiscales. Il en résulte une perte de légitimité de l’impôt qui est liée, d’une part, à ce que sa fonction budgétaire, pas plus que sa fonction d’instrument de justice sociale, ne semblent remplies, d’autre part, à ce que se développe un sentiment d’inégalité de la part des contribuables ne recourant pas à l’évasion fiscale. Un tel état d’esprit finit par favoriser – voire pour certains par justifier –des pratiques d’évitement de l’impôt qui ne trouvent plus alors aucun frein, ni éthique ni social."
    https://www.vie-publique.fr/actualite/dossier/impot/consentement-impot-mutations-du-citoyen-contribuable.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai entendu hier une lobbyiste ultra-libérale, dont le nom m'échappe, une de celles qui ne veut pas d'impôts pour les très riches, mais qui expliquait que l'intérêt d'imposer les RSAistes à 1€ était de permettre à l'administration fiscale de les contrôler et non plus seulement la CAF. L'idée est de viser le travail au noir qui est le seul moyen de survie d'une part croissante de la population dans ce système de merde. On aurait d'un côté les très gros qui pourraient optimiser à n'en plus finir et ne rien payer et cela serait compensé par les petits qui crèveraient encore plus. Et bien sûr pour payer la dette. C'est à dire qu'ils gagneraient au grattage et au tirage. Sans compter s'il n'y a plus d'argent liquide comme prévu. Si cela fait comme en Inde, l'économie sera bien plombée.

      Venant de ce gouvernement, une idée ne peut avoir pour but que d'enculer le peuple. Désolé pour ma grossièreté.

      Qu'ils dégagent.

      Supprimer
  6. Moi je paye l'impôt sur le reparti.

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.