mercredi 27 février 2019

Algérie, grosses manifestations étudiantes.



En régions aussi, des manifestations étudiantes ont eu lieu hier à Constantine, Tizi Ouzou, Ouargla ou encore Annaba, d'après le site d'information TSA. Ici

Contre un cinquième mandat de Bouteflika. 

*** Les islamistes ne participent pas aux manifestations Source.

Attendre....





6 commentaires:

  1. Manifestations dans quasiment tout le pays (45 wilayas sur 48).
    Malheureusement, cela ne signifie pas que les Algériens se sont enfin découvert une conscience politique. Ils ne manifestent pas contre la corruption, la fraude, l'incompétence crasse de la meute organisée au pouvoir.
    Ils s'indignent juste que Bouteflika brigue un 5eme mandat alors qu'il n'est même pas capable de l'énoncer en une phrase.
    C'est juste ça (ce qui est déjà pas mal, ceci dit ...)
    Si demain une pourriture du même acabit était désignée par le même clan aux commandes depuis 1962, tout le monde rentrerait chez soi,content du résultat.

    RépondreSupprimer
  2. Vivement que ça pète et que quelques millions d'algériens en plus débarquent chez nous. Je trouve qu'on n'en a pas assez.

    Regardez leur vigueur, il suffirait de leur mettre des gilets jaunes et là on serait certains de gagner contre Macron !

    RépondreSupprimer
  3. les algériens ne veulent plus d'un vieux débris qui s'accroche aux branches!
    Mais les français ne veulent plus d'un djeun qui a de la gueule!
    Mettre un gilet fluo sur des algériens n'est pas nouveau. Regardez bien le btp et les services publics de base visibles dans la rue! Ils ont déjà le gilet fluo!!!!
    C'est clair qu'il est facile de dessiner la France (depuis l'étranger). Le camembert est vite fait: un gros morceau de grèvistes planqués dans la fonction publique + un autre de lobbyistes optimiseurs fiscaux + un soupçon de dormeurs qui tapent sur un clavier sans aucune motivation pour justifier leurs revenus + le vrai noyau final des 25% des sacrifiés qui osent (quelques-uns!) manifester en gilets jaunes.
    Bizarrement les métiers de maintien de l'ordre (police, gendarmerie, armée) recrutent beaucoup en ce moment.
    Peut-être qu'il y a plus d'avenir dans ces métiers que dans l'éducation nationale?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le beau-fils de mon voisin, quand j'étais enfant (et je ne suis pas si vieux), est mort écrasé sous un rouleau compresseur en bossant sur les routes. Il était un bon FDS bien prolo. De même, dans ma région, tous ces boulots ingrats dont les éboueurs sont occupés par des FDS du coin. Pour une raison simple, la région n'est pas envahie ou si peu. Cela détruit l'argument insupportable de l'arabe qui fait le boulot que le FDS ne veut pas faire. Et les salaires sont ici certainement moins élevés qu'à Paris par exemple. Alors je propose : on arrête de dire que les arabes sont tous des *bip* (insulte au choix) mais on arrête aussi de dire que ce sont eux qui font le travail dont les français ne veulent pas. En revanche, dans les régions envahies, ils ont piqués le travail des FDS. Oui, ça c'est vrai. Qui les a faits venir ? Suffit de voir Hidalgo et sa politique de préférence étrangère, et des minorités en général, qui repousse le peuple (le même que celui de la commune) en dehors de la ville. Remplacer le peuple qui n'est pas docile (les 25% sacrifiés dont tu parles) est une solution qu'ils ont appliquée semble-t-il. Et le déplorer est raciste. Le crime ultime. En Occident seulement.

      Sur le recrutement des FDO, c'est peut-être en prévision des 450000/an immigrés prévus dans les années à venir (chiffres donnés par Laurent Neuman sur BFM). Ils sont un enrichissement, mais qu'est-ce qu'ils sont indisciplinés ! On dirait presque des gaulois !

      Supprimer
    2. https://www.lepoint.fr/video/jerome-fourquet-auteur-de-l-archipel-francais-27-02-2019-2296869_738.php

      Vidéo de 3 minutes de Jérôme Fourquet, auteur de gauche, qui explique le grand remplacement avec des mots bien choisis.

      Supprimer
    3. "C’est une somme de données et d’analyses qui sera commentée et, à coup sûr, suscitera la polémique. Selon Jérôme Fourquet, directeur du département opinion à l’Ifop, auteur de L’Archipel français (Seuil), la France connaît un véritable bouleversement « anthropologique ». Dislocation des références culturelles communes, fin de la matrice catholique, instauration d’une société multiculturelle, sécession des élites, éclatement du clivage gauche-droite… Notre société est, comme jamais, en voie d’« archipelisation ».

      « Nous sommes passés d’une société en silo à une société en millefeuille », explique au Point l’auteur, qui a eu recours à un nombre considérable de données (chiffres de l’Insee, l’Ined, sondages, listes électorales, etc.) pour dessiner la France d’aujourd’hui et de demain.

      Premier enseignement : la déchristianisation de la société. De nombreux éléments, allant de la disparition du prénom Marie à la baisse du nombre de prêtres en passant par la diminution du nombre de baptêmes, prouvent que la France est entrée dans une « ère post-chrétienne », comme le décrit le politologue. Les graphiques que nous publions sont, sur ce point, éloquents.

      Le livre expose également les résultats d’une anthroponymie. L’auteur a utilisé la base de données de l’Insee recensant l’ensemble des prénoms donnés en France depuis 1900 ainsi que diverses listes électorales. « Nous avons mobilisé cette gigantesque base (…) afin de mettre en évidence différents phénomènes comme la montée en puissance d’un individualisme de masse, l’affranchissement idéologique et culturel des catégories populaires et le regain identitaire », écrit le politologue. La forte hausse de la part des nouveau-nés en 2016 en France portant un prénom arabo-musulman (18 %) risque d’être la plus commentée. Ce chiffre n’est pas isolé. Des hausses similaires sont à noter à propos des prénoms hébraïques et régionaux.

      Enfin, en cette période de Gilets jaunes où la France d’en bas se révolte contre celle d’en haut, Jérôme Fourquet produit de nombreux graphiques montrant une réelle sécession des élites, qui se détachent du reste de la société. « Les occasions de contacts et d’interactions entre les catégories supérieures et le reste de la population se raréfient », écrit le politologue dans une enquête qui paraîtra le 7 mars."


      On crèvera avec un pays et un peuple dévasté, disparu. Jean-Marie le Pen avait peut-être raison, mais au moins aurons-nous eu la fierté de ne jamais céder au racisme. Et ça, ça fait chaud au coeur tout de même !

      https://twitter.com/CNEWS/status/1101155064641699842

      Les valeurs de la République et l'idée qu'est la France nous survivront et c'est bien là le principal !

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.