jeudi 31 janvier 2019

Mieux vaut une petite censure que perdre un œil.


La douce censure sur YouTube.

Ici c’est la même. Depuis l’an dernier quand Google m’a accusée d’utiliser une photo relevant de la loi sur la protection du droit d’auteur en m’invitant à prendre un avocat sur New York c’est brimades sur brimades. Je ne peux plus faire de sondages par exemple.

J’avais répondu que la photo était sur Twitter et que « d’accord, pas de souci, j’irai à New York ».

Google m’avait ensuite écrit qu’il s’agissait d’une erreur de leur part. Je les avais donc assurés de ma plus parfaite considération. Best regards.

Les informaticiens codent des algorithmes sans arrêt qu’ils adaptent aux besoins politiques du moment. Une ligne ou de deux de code suffit, pas utile de reprendre l’architecture. Et si c’est un exécutant qui fait la manœuvre il ne connaît pas forcément les aboutissants.

Chez Google il y a une énorme division du travail, par branches d’intérêts. La recherche est en pointe mais peu d’élus y sont appelés.

Je ne sais pas comment tout cela finira.

[note : L’informatique quantique est encore très obscure. Le modèle mathématique est remis en question par certains, voire beaucoup...

Einstein va être corrigé.... jdcjdr...les avancées expérimentales vont remettre en cause la recherche fondamentale « sectaire » en mathématiques...]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.