mercredi 30 janvier 2019

Liberté d’expression et C.B.


Clairement, dans un premier temps et seulement un premier temps, nous pouvons nous exprimer sur YouTube et ailleurs si nous ne demandons pas une quelconque rétribution.

La banque bloque les revenus des YouTubeurs ou des lanceurs d’alerte diabolisés via PayPal.

Nous pouvons nous exprimer dans les limites imposées par les lois et règlements en vigueur ce qui freinent déjà certaines ardeurs.

D’autre part, il reste un point à élucider, celui du traçage des contributeurs.

Donner son numéro de CB à PayPal pour rétribuer un site c’est afficher ses opinions dans une banque de données dématerialisée pour l’occasion. Un cloud conservera les bénéficiaires de nos dons en mémoire.

Ceci participera à notre  « note de crédit ».

Surveiller ou punir ? Les deux. 

L’éteau se resserre irrémédiablement.

Avec toutes les données que les banques ont sur nous tous, elles sont en mesure de voter à notre place. Grâce aux data-sciences.

Sans affect, en surmontant l’impondérable.

Les chaînes délirantes sur l’apocalypse, comme un blog sur les crêpes bretonnes ont de l’avenir. D’autant plus qu’ils occupent, divertissent puis égarent le citoyen désargenté qui y trouve une explication à tous ses malheurs.

Puissent-ils s’en réjouir ! Ils servent le système qui le leur rend bien !

Je n’ai jamais croisé une chaîne où un site débile qui fut censuré d’une quelconque façon.

Les autres, continuez à bosser à l’oeil avant de finir embastillés !