vendredi 11 janvier 2019

Fraternité poussive entre banlieue et ruralité.



Pourquoi les banlieues ne participent pas ? Ce n'est pas une bonne question. 

Prolétariat de fait mais sentiment d'appartenance à quoi ? A quelle classe sociale ? Aucune ? plusieurs ? à un autre groupe d'intérêt ?

Toutes ces questions sont vaines pour le moment. Attendre. 

Il y a une véritable sidération dans les quartiers dits "divers ou ethniques ou islamisés". Une sidération mais aussi la crainte qu'à la fin... etc...

Je me dis que nous avons, grâce aux GJ, fait reculer les tensions de "guerre raciale". Répit ou victoire ?




Sachant que le pouvoir en place n'a absolument pas intérêt à la convergence des luttes il peut instrumentaliser les uns contre les autres...

...à suivre...

NB :

- les gitans, manouches, gens du voyage, etc.. doivent se regrouper et s'organiser avant d'agir. Chefs de famille, rencontres, organisations, etc... 

- les clubs de tir refusent les invités des inscrits depuis le début de l'année...

- j'ai entendu que les "ruraux" cachaient les armes de famille dans la paille...

- des camps manouches ont déjà été perquisitionnés...  

La "banlieue" ne descend pas ? OK. C'est noté, on verra ça plus tard...

L'ambiance aujourd'hui

est à l'insurrection, une "bavure" serait explosive... L'espoir est dans le cœur des hommes.

Mais aussi l'appel du combat...

(Je ne vais pas plus loin....)