jeudi 27 décembre 2018

Le retour nécessaire à Dieu ?


Des pauvres paysans, fermiers ou métayers rendant grâce au ciel. Il est dit que "la grand-mère de Millet ne manquait pas, en entendant sonner la cloche, de faire arrêter la besogne pour dire l'angélus pour les pauvres morts". 

L'émergence des GJ c'est aussi le retour à la communion

Tuer Dieu, déconstruire Dieu, nier Dieu, oublier Dieu a un prix. Nous le connaissons. 

Le pape dont la fonction première reste "gardien du dogme" et de "la doctrine de l'église" le sait aussi. Quand il s'éloigne de son devoir il trahit les hommes et Dieu. 

Dieu et les hommes sont liés depuis la nuit des temps. Même dans la grotte de Lascaux on trouve des artéfacts laissant penser à un culte préhistorique. Des Dieux inconnus.

Dans toutes les dictatures contemporaines les plus extrêmes on a voulu effacer les cultes.
Mao a voulu détruire les autels domestiques du culte aux ancêtres, L'URSS, la foi orthodoxe, Cuba, les prélats, etc...

Ils ont tous échoué et une des caractéristiques de la rébellion des peuples soumis a toujours été de faire perdurer leurs cultes en secret. Dieu, une arme contre les dirigeants "avides et voraces".

"I Am The Sword of God".



Saint Michel terrassant le Dragon en lui disant : "Qui est semblable à Dieu ?"


Dieu donnait l'immortalité, la force aux guerriers, la victoire du bien sur le mal, veillait sur les récoltes, accueillait les nouveaux-nés, fondait les familles.

Ainsi les hommes dès la naissance avaient une place dans le monde invisible et lumineux ce qui leur rendait le labeur plus doux et un sens à leur existence.

"Les premiers seront les derniers".

Sans Dieu, les derniers le resteront. Ad vitam. Ad æternam n'existe plus. 

Limiter les hommes. Leur ôter l'invisible après leur avoir ôté la terre, c'est l'ultime dépossession. 

L'homme appartient à l'homme aujourd'hui, pas à Dieu. 



L'homme ne s'inscrit plus dans l'univers infini, il est déjà fini sur terre et même sa tombe n'est plus sacré ni respectée.

Je sais que les français sur leurs ronds points dans les frimas nocturnes regardaient les étoiles.

J'ai le sentiment d'un retour collectif à quelque chose de l'ordre de la foi comme ultime recours et secours.

Ce n'est pas parce que l'on veut voler leurs âmes aux hommes qu'on peut y arriver.  

Les scientifiques travaillent sur l'ADN mais avant qu'ils ne réussissent l'Homme Nouveau il peut se passer des siècles.

Et les humains en esclavage n'attendront peut-être pas autant pour retrouver un sens à leur vie.


A moins que l'homme ne continue à se laisser mourir au Japon,


source et plus
.....comme aux USA :


source et plus
....ou comme en Europe.

____________ Petits rappels et clins d’œil :
L'article qui suit, rédigé par Didier Kunz a été extrait du quotidien " le Monde " du vendredi 13 juin 1997.

Rappelons que l'Apocalypse de Jean a été rédigée à l'origine en Grec, sur l'île de Patmos.


ATHENES :
de notre correspondant
La Grèce a rejoint, mercredi 11 juin, les pays signataires de la convention de Schengen, mais cette ratification, obtenue de justesse, s'est faite sous la pression exaspérée des intégristes, qui ont assiégé pendant deux jours le Parlement, après avoir tenté de l'investir, " armés " de croix et d'icônes.

Leur terreur : les Grecs, à 98% orthodoxes, pourraient être maudits à jamais ! Les protestataires soutiennent en effet que les accords de Schengen (sur l'espace de libre circulation en Europe) contiennent dans leurs codes informatiques " le chiffre de la bête ", le 666, symbole de l'Antéchrist stigmatisé dans l'Apocalypse de saint Jean. . .
La semaine dernière, les représentants de la toute-puissante Eglise orthodoxe de Grèce, qui n'est pas séparée de l'Etat, avaient le plus sérieusement du monde fait part au premier ministre socialiste, Costas Simitis, de leur opposition à la mise en place d'un système informatique dont " le code principal est le chiffre 666 ". Le dimanche des rameaux, l'Eglise avait mis en garde ses ouailles contre " l'introduction systématique du 666 dans la vie de la nation grecque ". . . Les 2 500 moines de la " sainte communauté " – interdite aux femmes – du mont Athos (nord du pays) ont renchéri, en menaçant le gouvernement : " Vous aurez affaire à nous comme objecteurs de conscience si la convention de Schengen est appliquée en Grèce. "

Demandant aux 300 députés de ne pas ratifier la convention, il se sont élevés contre " la mise en fiches électroniques au niveau européen, et peut-être au niveau mondial de chaque individu libre ". Pour les moines, " le traitement de données électroniques et leur utilisation par les membres actuels ou futurs de l'Union européenne, amis ou ennemis, est une menace nationale ". Une pensée pour le vieil adversaire turc qui est candidat à l'entrée dans l'Union européenne ?

" LE CHRIST AU PARLEMENT ! ".

Au moment où s'ouvrait, lundi soir, la discussion sur la ratification, 2 000 manifestants à Athènes ont tenté, aux cris de " l'orthodoxie ou la mort ! " et " le Christ au parlement ! ", de pénétrer dans la Vouli, le Parlement . Ils ont été dispersés par les policiers, qui ont fait usage de gaz lacrymogènes. Le président du Parlement a décidé de repousser le scrutin, tandis que des députés de droite réclamaient un vote à main levée.
Le gouvernement, pour sa part, a assuré que la convention ne portait atteinte " ni aux libertés individuelles, ni à la religion ". Le ministre des affaires européennes, Georges Papandréou, assurait du haut de la tribune que la convention " ne comportait pas ce chiffre [le fameux 666] ".
Mardi, les plus enragés – femmes portant le foulard, retraités, et quelques jeunes – sont revenus à la charge ; Ils ont bloqué pendant toute la nuit une des artères principales de la capitale sur laquelle des popes officiaient.
Mercredi matin, la capitale s'est engluée dans un embouteillage monstre. Les fidèles n'étaient plus que 200, mais ils tenaient bon. Un policier en uniforme, les larmes aux yeux, s'est jeté dans leurs bras pour soutenir " la campagne contre Satan ", sous les vivats des manifestants, qui criaient au miracle.
Les combattants contre " le chiffre de la bête " ont aussi réveillé tous les vieux démons de la Grèce. Certains tenaient des banderoles réclamant " le départ des espions sionistes de la Grèce de Jésus-Christ ", d'autres rappelaient dans des tracts le combat d'Alexandre le Grand contre les Perses, les luttes de Byzance contre les Arabes, les Huns, les Goths et les Croisés, , puis celles des Grecs... et des Serbes, contre ... " Mussolini le papiste ", " Hitler le satanique " et " tant d'autres projets totalitaires et sionistes de Maastricht et de Schengen ".
Et ils pourfendaient les codes-barres et les futures cartes d'identité électroniques, qui peuvent comporter le 666, " la marque qui nous mène en enfer ".

Didier Kunz
source

1997 ?!

;)

---------- La Critique :

Mettant en lumière la récupération de la figure de Jésus, Nietzsche analyse à plusieurs reprises la nature du mensonge, dans la perspective de l'affirmation de la vie :

« — J'appelle mensonge ne point vouloir voir certaines choses que l'on voit, ne point vouloir voir quelque chose comme on le voit : il importe peu, si oui ou non, le mensonge a eu lieu devant des témoins. Le mensonge le plus fréquent est celui qu'on se fait à soi-même ; mentir aux autres n’est qu’un cas relativement exceptionnel. — Mais ne point vouloir voir ce qu’on voit, ne point vouloir voir comme on voit, ceci est condition première pour tous ceux qui sont d'un parti, dans tous les sens du terme ; l'homme de parti devient nécessairement un menteur. »

« Dans le christianisme, ni la morale, ni la religion ne touche à un point quelconque de la réalité. Rien que des causes imaginaires (« Dieu », « l'âme », « moi », « esprit », « libre arbitre » — ou même l'arbitre qui n'est « pas libre ») ; rien que des effets imaginaires (« le péché », « le salut », « la grâce », « l'expiation », « le pardon des péchés »). Une relation imaginaire entre les êtres (« Dieu », « les Esprits », « l'âme ») ; une imaginaire science naturelle (anthropocentrique ; un manque absolu du concept des causes naturelles); une psychologie imaginaire (rien que des malentendus), des interprétations de sentiments généraux agréables ou désagréables, tels que les états du grand sympathique, à l'aide du langage des signes d'idiosyncrasies religieuses et morales, — (« le repentir », « la voix de la conscience », « la tentation du diable », « la présence de Dieu ») ; une téléologie imaginaire (« le règne de Dieu », « le jugement dernier », « la vie éternelle »). » 
Nietzsche analyse la place du christianisme dans l'histoire de la genèse des valeurs occidentales. Il oppose la falsification opérée par les prêtres sur le message du Christ au système de castes des sociétés aristocratiques. Sa thèse est que, malgré la violence et la barbarie de ces sociétés, ce sont elles qui permettent de parvenir à une valorisation de la culture, par un processus d'intériorisation dans lequel les anciennes hiérarchies prennent une forme spirituelle. Le christianisme, au contraire, en posant l'égalité absolue entre les hommes, interdit tout désir de distinction, et partant, abaisse l'homme et empêche le processus de sublimation des pulsions condamnées par la morale : il tend alors à maintenir l'homme dans la barbarie. Au lieu de stimuler l'activité de l'homme, au lieu de chercher à accroître son sentiment de puissance qui pourrait trouver à se satisfaire dans l'art et la pensée, et la morale moderne, le christianisme, en se fondant sur la pitié, met en valeur un sentiment qui entretient la misère humaine et rend l'existence humaine plus malheureuse que ce qu'elle pourrait être. C'est pourquoi Nietzsche condamne avec virulence la pitié des faibles et les valeurs fondées sur elle, parce qu'il estime que la pitié est un instrument de combat contre l'affirmation de la vie, le bonheur terrestre, et la joie d'être soi : de ce fait, la pitié est une négation de la vie

« Tant que le prêtre passera encore pour une espèce supérieure, le prêtre, ce négateur, ce calomniateur, cet empoisonneur de la vie par métier, il n'y a pas de réponse à la question : qu'est-ce que la vérité ? La vérité est déjà placée sur la tête si l'avocat avéré du néant et de la négation passe pour être le représentant de la vérité... »

tout Lire 

________ Avec Discernement.... !

;) 

14 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle critique, Théoria Omnia !

      Comme tu dirais « gros bon sens » ! :)

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Qui plus est, on est en train de constater que l'idéologie de la démesure est une impasse. La modération n'est pas optionelle. C'est la condition sin equa non de la vie sur Terre.

      Le sentiment de puissance mène au mur s'il n'est pas pondéré par un sentiment de fragilité du monde.

      Et la modération n'est pas acceptable si elle s'accompagne d'une justice à deux vitesse, ceux qui voyagent en jet détaxé quand d'autres sont contraint à aller à pied ou en vélo.

      Bref, il fait necssairement que les premiers soient les derniers dans un monde aux ressources finies.

      Mais le grand mensonge de Nietzsche c'est de prétendre que ça abaisse l'Homme de se dominer. C'est tout l'inverse. Et il ne s'agit pas d'une principe qu'on ne retrouverait que dans le christianisme.

      Si la Grèce a été un phare de la civilisation pendant aussi longtemps c'est que l'aridité de la péninsule grecque à façonné l'esprit grec dont la devise a toujours été ουκ εν τω πολλώ το ευ (Ouk en tô pollô to eu) gravé aux frontons antiques :

      Le bonheur n'est pas dans l'abondance.

      Une phrase incompréhensible à nos contemporains.

      Un philosophe dont le nom m'échappe a dit du roi Midas, (lequel comme chacun sait transformait en or les pots d'échappements qu'il touchait) : "Il n'a pas aquis la fortune, c'est la fortune qui l'a acquis."

      Supprimer
  2. Coucou Wendy, juste une question. Si dieu avait du nous peter à la gueule ? Le nwo, just shit. Tout n'est qu'un gros tas de merde, et tu le sais. On fait quoi ? On lance les gilets jaunes, en retour gli f4, on a eu le temps d'apprendre ce qu'il nous tombe sur la gueule. C'est une guerre à un sens, l'armée, l'insensé de l'état, c'est perdu pour le peuple, bel et bien plié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On fait comme d’habitude, on ne compte que sur nous meme en appelant le Seigneur en aide et on fonce....

      :)

      Supprimer
  3. Vous n'en avez jamais entendu parler en UE, mais la Grèce s'est littéralement soulevée entre 2002 et 2012 contre le fichage généralisé des citoyens et la carte d'identité biométrique numérique.

    Et à la tête de ce mouvement ce n'était pas les ONG droits-de-l'hommistes qui ne vouent rien à objecter contre la société Big Brother qu'on nous installe à coup de "ça va faire des économies pour payer la dette" et "C'esr bien triste de sacrifier nos libertés mais le terrorisle, ma bonne dame..."

    Et quand je dis que l'Eglise grecque a oris la tête du mouvement, je ne fait oas de figure de style.

    Ici le métropolite de Grèce entouré du saint synode arangue littéralement la foule (compacte) façon meeting électoral devant le parlement grec :

    https://youtu.be/CwEu8-6F6kw

    Et je sais que ça va faire tomber des machoires aux Français habitués à ce que l'Eglise soit nterdite de politique. Non, il n'y a pas de loi interdisant à l'Eglise de faire de la politique en Grèce.

    Non seulement il n'y en a pas mais depuis Byzance, l'opposition politique c'est l'Eglise.

    Je sais que c'est difficile à comprendre pour des occidentaux, pour lesquels l'Eglise Catholique c'est s'union du sceptre et le goupillon.

    L'Eglise orthodoxe est, depuis Constantin 1er, l'autorité morale par opposition à l'autorité politique. L'aigle bicéphale symbolise cette double hérarchie.

    Dès que la Grèce a retrouvé son indépendance, en grande partie grâche au travail de resistance aux ottomans de l'Eglise, elle s'est posée comme opposition au pouvoir (germanique d'Otton premier imposé par les puissances européennes).

    L'Eglise orthodoxe n'a pas tourné le dis au principe fondateur "Les premiers sont les derniers". Le coeur de l'Eglise, ce n'est pas une comission pour la foi, en orthodoxie on ne change pas la foi, il n'y a rien à discuter, C'est le monachisme. Pour faire partie de la hyerarchie il faut être entre dans les ordres. Il faut avoir renoncé au monde. La vie monastique, ça limite l'infiltration par des agents ploutocrates comme Macron ou Sarko qui ont sapé le socialisme et le gaulisme de l'intérieur et reduit à néant toute opposition au mondialisme dans le systeme politique français.

    Y'a pas de Ritz au mont Athos.

    La lutte contre le fichage et la carte numérique ont a eu un résultat mixe.

    Il n'y a pas de carte à puce sur les cartes d'identitée grecque. Le gouvernement y a renoncé mais tente defaire passer une"carte du citoyen" numérique pour les payement d'impôts au pretexte d'économies et de chasse à la fraude. Avec peu de succès jusqu'ici.

    Mais l'autre resultat a été une série de morts subites parmi les prélats de l'Eglise grecque. Le charismatique métropolite Christodoulos, malgré son jeune â èté emporté par un cancer fulgurant. D'autres se sont tués en helicoptère ou en voiture dans une épidémie de 'pas de bol' très suspecte.

    La Grèce elle même soumise à la troïka, a été l'objet d'un traitement impitoyable de la part des mondialistes et à une invasion migratoire sans précédent.

    C'est le prix de l'insoumission.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une autre fois je vous parlerais du rôle du mont Athos dans la rechristianisation de la Russie post soviétique entre 1991 et 2001.

      C'est fou ce qu'une poignée de gens en sandales et en robe de bure peuvent produire sur l'echelle mondiale quand ils ont le christ dans le coeur.

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Le Christ, c'est comme Sega, c'est plus fort que toi.

    J'ai gambergé ce sujet monstrueux depuis ma plus tendre enfance.

    La réponse est simple : le Christ a détruit ce monde de la dialectique de la nature de la mort.

    Il a réduit le monde en cendres.

    Après lui, plus rien n'est pensable.

    Il est venu porter le fer.

    Il a vaincu.

    Veni vidi vici.

    Ite missa est

    Tof

    RépondreSupprimer
  6. Je pense que l'on se dirige vers cela (pour la satisfaction de tous) :
    « Beaucoup de gens s’identifient à leurs croyances et s’énervent quand les autres refusent de les accepter ou de les valider. Cependant, nous avons commencé à changer nos croyances les plus restrictives, en abandonnant les dogmes et les sentiments autoritaires qui nous ont maintenu dans la souffrance depuis longtemps. Nous savons maintenant que nous ne sommes pas nos convictions.

    En fait, nous abandonnons nos croyances égoïstes et nuisibles afin de faire de la place dans nos cœurs à l’information ou à la connaissance du champ infini de la Sagesse de la vie qui est disponible pour tous, et qui nous intéresse particulièrement en tant qu’individu, pour vivre en conscience.
    au fur et à mesure que les gens prennent conscience qu’être ouverts et partager librement leurs idées créatives conduit à des améliorations majeures pour toute l’humanité, dans la manière dont votre vie quotidienne peut être vécue et apprécié »
    http://au-deladumaintenant.blogspot.com/2018/12/lhumanite-est-sur-le-point-de-faire-une.html

    RépondreSupprimer
  7. Niet chie était un desespèrè, et un raisoneur.

    La philosophie de l'espoir, pour tous, contient les codes de Morale et ceux des valeurs.
    On ne s'arrange pas avec le code.

    Notre espoir: Vivre sur terre déjà, au dessus de nos conditions biologiques, en cherchant nos places dans l ORDRE, qui est forcemment cosmique, Cosmos = Ordre et dans lequel nous sentons avoir une place.


    Vivre au dessus de nos moyens, s'habituer, pour acceder peut être à la sainteté, voire plus. Mais humblement.
    pas de vedettes.

    Carvajal

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.