lundi 31 décembre 2018

Fin d'année 2018.

Bon réveillon à tous ! 

Que vous dire d'autre, que souhaiter d'autre, à tous ?

Mon quartier est plongé dans le silence le plus profond depuis quelques jours. Pas un bruit, pas un souffle, rien.

En général quelques semaines ou plusieurs jours de ce silence à couper au couteau annoncent un attentat ou une flambée de violence.

Je vous le dis comme ça... Je le constate depuis des années.

Benalla se met à table et pointe la haute administration ainsi que la présidence vérolée. 

Le préfet de police de Paris se répand en double langage : "La soirée est sous haute surveillance mais vous n'avez rien à craindre". La question en suspens est : "Je fais quoi alors ?".

"La fête avec la police ?". Ou la fête surveillée et encadrée par la police ? 

Ramous en GAV !!!! 

Que va-t-il se passer sur les Champs ? Combien de voitures brûlées ailleurs ? combien de Gilets Jaunes ? Combien de touristes ? combien de familles pour les feux d'artifice ? Quelles agapes et à quel prix ?

Tout n'est que question de chiffres ? Qu'est-ce qui ne peut être chiffré ? Le plaisir, l'ivresse, le partage du moment ... L'espoir en 2019, les baisers sous le gui ?

   
Sous le gui, à minuit ! N'en profitez pas ! ;)













Un lien ?


Quand tout se délite en même temps, on est en droit de se poser la question.

Au plus sommet de l'état, comme chez les gueux, rien ne va plus. Un rapport ?

Le petit timonier n'est plus maître chez lui, ni dans ses cuisines, ni dans ses cabinets secrets.

Tambouille à tous les étages.

Je reste, pour ma part, persuadée qu'une ou plusieurs puissances étrangères, aux intérêts convergents pour l'occasion, dirigent ce pays pour le mener  à sa perte.

Le français, attaché à ses institutions et à sa constitution résiste comme il le peut. 70% des français soutiennent toujours les GJ, sourds aux imprécations qui voudraient faire d'eux seuls les responsables de la perte de croissance.

----------------------

J'ai vu un documentaire nommé "Murder Mountain" : se faire une idée ici




Ces montagnes de séquoias où coulent des rivières de la Californie du Nord, peuplées de hippies et de vétérans de la guerre du Vietnam, il y a 50 ans, sont devenues peu à peu le refuge des trafiquants d'herbe. 

Quand tout cela a-t-il réellement dégénéré ? quand l'état a légalisé la marijuana. Forçant les petits fermiers "isolationnistes" à vendre leurs terres aux plus gros. En clair à Coca-Cola et consorts.

Frappant : les armes, la taille réduite des "exploitations", la vie en apparence très spartiate des "fermiers", les montagnes de $ accumulées, cachées dans les terres.

De hippies nus fumant des joints, les types sont passés cow-boys mais sans changer de physique.

Oui, ça aussi, c'est tout à fait frappant. Des gars qui ne sont pas bodybuildés, parfois maigres à faire peur, parfois ventripotents, ont "tenus seuls la colline des meurtres".

Pas un seul noir. Les deux seuls qu'on aperçoivent deux secondes sont des dealers citadins de l'est américain venus s'approvisionner.

Un monde de "survivalistes" aux physiques de monsieur tout le monde, prêts à tout.

Comment passer d'un père qui fume un joint à un fils qui fume le voisin ?

Une génération. Une génération pour des millions de $ dans un décor de rêve, d'une beauté à couper le souffle.

La police ? hum... aveugle quant aux disparitions en série et aux meurtres. Maintenant que Coca Cola a racheté, la police œuvre. 

Ils se définissent comme "isolationnistes", vivant loin du monde (faux) pas comme survivalistes (vrai).

Il y a un vieux monsieur qui vit là depuis 50 ans, dans le documentaire. Hirsute. Toujours pas parti, il doit peser 40 kg. Pourtant, j'aurais tendance à le craindre plus que tout autre.

 ------------------------



Dans la France Coca-Cola, il y a des français bedonnants, des français aux bras fins et à l'estomac creusé, des gars à qui tu donnerais le bon Dieu sans confession, comme à ces gentils cow-boys ruraux américains.

Ces français deviendraient-ils isolationnistes à la sauce poule au pot ?

Je n'ai pu m’empêcher de me poser la question. 

Il y a de la testostérone dans l'air des rues. Il y a l'atavisme du sang qui suinte des pores des GJ.

Et au sommet du "pouvoir" ? 

Les trahisons de cour commencent toujours dans les boudoirs...

Il ne fallait pas choisir le meilleur vendeur, le meilleur maquignon, le plus "mignon", mais le plus ...

Je vous laisse terminer la phrase avec le mot de votre choix. 

De mon point de vue, il manque cruellement un homme, des hommes, au pouvoir. 

J'assume. 

------------------------
Je vous mets la vidéo de Diane au sujet de Benalla :









....et ses prédictions sur les européennes.

....à demain pour la nouvelle année !!!! Des bizzzzzzous à tous !!!!