jeudi 20 décembre 2018

« Étudiants étrangers, tentez l’UCLA ! »


Juste, injuste ? Je ne vais pas entrer dans ce débat, je pense que la question est mal posée et les sous-jacents nombreux.

Par contre, je témoigne de la difficulté de poursuivre des études dans des pays étrangers...il y a bien longtemps je suis partie m’inscrire à l’UCLA en Californie.

La scolarité m’a donné le feu vert pour une inscription en maîtrise de recherche. La seconde phrase que j’ai entendu a été « ce sera 145.000$ pour les frais d’inscription ».

Moi : « 1450$ ? » ...  résultat je me suis inscrite ailleurs...le campus était nettement moins joli, les installations moins luxueuses, donc bien plus abordables pour ma bourse.

Les seuls étudiants français que j’ai rencontré aux USA qui ne payaient pas les frais de scolarité, voir qui étaient rémunérés et fort bien logés étaient les post-thésards en physique qui travaillaient en labos doublement financés par l’état fédéral et des entreprises privées.

Je n’avais qu’à vouloir m’inscrire à la Fac de Bujumbura.

Mais il faut toujours penser aux équivalences.

Les fameuses « équivalences ». Beaucoup à dire sur ce sujet trop souvent passé sous silence, avec trop de pudeur très mal placée.

Ce problème des « équivalences » nous reviendra bientôt tel un boomerang et il commence déjà à apparaître quand on regarde bien...shutttt....sujet explosif.

3 commentaires:

  1. Pourquoi on fait pas payer le vrai prix des études à tout le monde, comme ça pas de jaloux : 10 000 €/an.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce que la France est malade du communisme et s'est mise en tête de donner une éducation supérieure à tous les africains, à soigner tous les africains aux frais des travailleurs français blancs.
      D'ailleurs les étudiants l'admettent : cette hausse des frais de scolarité va principalement va principalement affecter les étudiants "non européens" (i.e. africains).

      J'ai un ami qui est parti aux USA et qui n'a rien payé du tout : il était payé 2000 dollars par mois. C'était un stage de recherche à Berkeley.

      C'est drôle de voir comment les facs privées américaines dominent alors que les facs publiques (70% je rappelle !) ont un niveau bof. En France c'est un peu comme ça : les meilleurs lycées et prépas sont ceux qui sélectionnent dès l'entrée et appliquent leurs propres programmes, pas des programmes de recteur moisi.

      Supprimer
  2. C'est sûr qu'il serait préférable de ne pas fréquenter les urgences des hôpitaux par les temps qui courent. Sujet explosif en effet.

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.