mercredi 19 décembre 2018

Économie : décembre noir, mauvais augure.

Les marchés craignent un «décembre noir» qui serait un mauvais présage. 
Décembre est généralement le 2ème meilleur mois de l'année. 

Mais le S&P500 est en bonne voie d'afficher son pire mois de décembre depuis 1931. 



Le crash de 1987 ou la crise de 2008 ont été précédés par un « décembre noir». 





(Pourvu qu’il neige...) 


La Roumanie :




L’Asie ce matin :


7 commentaires:

  1. bon ben, atelier chapati pour tout le monde du coup? ^^

    RépondreSupprimer
  2. Marty nous gratifie d'un excellent papier sur la guerre en cours entre banques centrales :

    https://www.armstrongeconomics.com/markets-by-sector/interest-rates/the-central-bank-war/

    ça couine et ça piaille devant la porte de Powell pour qu'il n'augmente pas les taux.

    Pourquoi il faut augmenter les taux ? Pour sauver les pensions, laminées par les taux zéro.

    Hyperinflation en vue ? que nenni !

    De son diagnostic de la BCE, nous retenons :

    "The ECB is trapped and I have warned that it is the ONLY central bank that can actually go bankrupt because all central banks do not have the same structure. I have made it clear that by their very own standards, the ECB itself is insolvent."

    L'Euro a été construit pour faire faillite, un super Mark qui a permis aux allemands de racketter les autres.

    Les pensions allemandes ont été sauvées, entre autre, par les spéculations sur la dette grecque dont les taux sont au plafond.

    Evidemment, en haut lieu, on sait tout ça, donc on gesticule pour essayer d'aller vers le fédéralisme, mais les teutons ne paieront pas pour les autres.

    Un Euro viable, c'est la mutualisation des dettes et un seul emprunteur à taux unique : les USA et ses 50 Etats.

    Ils tueront l'euro quand l'avantage concurrentiel qu'il leur procure se retournera.

    Après avoir laminé les pays périphériques et leur tissu industriel.

    On retrouvera alors intacts les problèmes laissés sous le tapis.

    Mais vu que l'EURO a été fabriqué pour faire faillite, je gage que ses concepteurs ont déjà la suite du scénario.


    Tof

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouaip. Comme prévu.

      Je préfèrerais un autre scénario. Révolution en France. Et invasion de l'Allemagne qui n'a plus de vraie armée avec l'aide des grecs qui auraient le droit de se rembourser sur la bête, ne serait-ce que ce que leur doivent les allemands depuis la fin de la WWII.

      Je dis ça en plaisantant, mais tous les ingrédients sont là pour une nouvelle guerre avec l'Allemagne. Il faut empêcher micron de lâcher les bombinettes et le siège de l'ONU, etc.

      La revalorisation du SMIC c'est bien beau, mais assez secondaire si on ne prend pas le problème à la source.

      On approche vraiment de nouveaux moments "historiques". Je suppose que quand micron parlait de rerentrer dans le tragique, il pensait à ça.

      Supprimer
    2. C'est faux. Le peuple allemand a prospéré car il est génial et industrieux.
      Dire que les pensions allemandes ont été payées par les grecs c'est faux et diffamatoire. Ce sont les grecs qui ont vécu à crédit dix ans, sur les dette contractées par les socialistes. Mais l'hiver vint.

      Si tu veux un chiffre : 16.5 % des vieux allemands gagnent moins de 60% du revenu médian, contre 5% des jeunes. Em France, 8% des vieux gagnent moins que 900 euros contre 20% des jeunes !

      En gros, ce serait plutôt la France, dans ton paradigme, qui bénéficie de la "spoliation sur les grecs" tandis que l'Allemagne favorise les jeunes et son avenir. La France préfère spolier ses jeunes pour payer les 68ards et les 5 millions de fonctionnaires.

      L'euro reste fort contre le dollar et l'obligation française ou allemande coûte moins cher que l'obligation américaine.

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.