mercredi 14 novembre 2018

« Surveiller ou punir ».

Les autorités chinoises ont commencé à déployer un nouvel outil de surveillance : 

un logiciel de "reconnaissance de la démarche" qui utilise la forme du corps et la manière de marcher, qui permet d'identifier des personnes même lorsque leurs visages sont masqués par des caméras.




L’asservissement par l’IA, en complément :


« Les deux mon général ». 







2 commentaires:

  1. La surveillance par caméras est déjà très présente en Chine. Les punitions pleuvent pour des faits mineurs. 3 millions de chinois n'ont pas le droit de prendre des trains parce qu'ils ont faits des fautes comme cracher par terre ou faire une erreur mineure en conduisant. Je n'ose pas imaginer qu'elle sera la vie de nos enfants.

    RépondreSupprimer
  2. Ce que je ne comprends pas, c'est tous ces geeks qui programment des trucs incroyables pour au final servir l'outil répressif, quel qu'il soit d'ailleurs.
    Tous ces neurones dédiés à la surveillance et la dictature...
    Y'aurait clairement un meilleur usage à en faire, non?
    Fred

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.