mardi 27 novembre 2018

Les Bullshit jobs, marqueurs du néo-féodalisme.



Sans ces boulots qui ne servent à rien nous en serions à 70% de chômeurs en occident.

À quel prix pour le salarié inutile ? L’aliénation. Le stade ultime du kapitalisme c’est aussi le stade ultime de l’aliénation.

Quid de la démocratie dans ce paysage ? La démocratie est mourante.

Les GJ ? Stop ou encore ? Le mouvement peut marquer le début d’une prise de conscience mais tout aussi bien un chant du cygne.

Debout, digne dans le froid vaut mieux qu’assis sous la clim réversible en contemplant la vacuité de son existence.

Quelle augmentation possible du pouvoir d’achat dans une organisation sociale qui privilégie les emplois improductifs afin de se garantir une paix sociale ? Clientélisme, quotas de populations diverses viennent maintenir ce système insensé en donnant une légitimité aux votes, par principe  contraints. Il faut voter pour celui qui assurera la pérennité des salaires inutiles.

Cet auteur américain cite la fonction publique française comme exemple. Actuellement il y aurait 30% de salariés de la fonction publique territoriale surnuméraire.

Ces 30% voteront M ou un autre qui leur assurera la pérennité de leur statut.

Tout ceci est bien fragile mais la force historique du kapital est l’adaptation.

———————-


(Nucléaire).

J’avais envie de dire un mot de Jancovici. Du peak-oil au nucléaire... de Manicore, son si merveilleux site, à une agence gouvernementale « climatique »... nous parlera-t-il de la fin des énergies fossiles et des conséquences de celle-ci comme il le faisait si bien ?

Jean-Marc, tu nous manques... où es-tu parti ? Jancovici, en toute justice, a toujours lu l’intégralité de
« The Hubbert Curve » :



La partie qui ne plait à personne...il faut lui reconnaître cette persévérance.

Ci-dessous, 1953, une mère et son enfant admirant un essai nucléaire aux USA :




Jean-Marc, please.... here we go ? Bullshit job ? 

14 commentaires:

  1. Jancovici se trompe sur un point. On n'a pas besoin d'electricité fournie de façon constante. On a besoin de façon constante de froid dans son frigo, de chaud dans sa chaudière. Or le froid et le chaud ça se stocke.

    Il n'est pas utile de stoquer des massez d'electricité. Juste ce dont on a besoin pour l'éclairage et le divertissement (je parle du domicile pas des transports ou de l'industre).

    La lumière, ça ne consomme pas grand chose.
    Le lave vaisselle ou le lave linge, si e faire tourner quand il fait beau ou que le vent souffle on couvre presque tous nos besoins. On fera la vaisselle à la main une fois de temps à autre ou on attendra pour la lessive.
    C'est ce que je fais. Enfin, j'ai pas de lave vaiselle solaire pour l'instant c'est pas un gros manque.

    Là ou il a raison c'est qu'il faut changer de systeme de valeur. Sortir de la logique consumériste.

    Mais là, j'entend personne precher pour baisser la consommation, interdire l'obsolescence programmée les effets de mode, les campagne publicitaires...





    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géocedille,

      Réellement je pense que les gens font extrêmement attention à leurs consommations.

      Les gens lavent leur vaisselle à la main même quand ils ont un lave vaisselle.

      Ils coupent les diodes de leurs boxes la nuit, ferment la lumière derrière eux, etc... ne se chauffent que le minimum.

      Les gens vivent déjà dans un système contraint de contraintes.

      Et davantage que tu ne le penses...

      Supprimer
    2. Ca c'est certain, mais ce qui est dommage c'est qu'en adaptant l'équipement ont pourrait etre quasi autonome sans etre obligé de faire sans cesse attention.
      L'ingénierie de l'équipement domestique est basé sur la fourniture constante de 240V. On metterait les ingénieurs à bosser en partant des besoins et non à partir de la puissance disponible ils trouveraient les solutions.

      J'ai modifié mon frigo pour le faire fonctionner à l'accumulation de froid.
      Quand il y a du soleil, l'electricité produite est utilisée pour refroidir la masse de liquide servant au stockage. Quand il n'y a pas de soleil cette masse restitue le froid au frigo. (scientifiquement c'est l'inverse qui se passe : elle absobe les calories du frigo mais c'est plus simple a expliquer en dusant que l'electricité est stoquée sous forme de froid).

      Depuis j'ai trouvé sur le net un fabriquant qui utilise le même principe.

      Bref, des technologies adaptées à de l'energie intermitente sont possible, il suffit de penser autrement et de les developper.

      Supprimer
    3. Oui, développer les techniques de stockage.

      C,est ce qu’on cherche depuis toujours. Peut-être que ce qui est possible au niveau individuel ne l’est pas à une autre échelle.

      Est ce que ton système est adaptable en immeuble ?

      Ça prend de la place ?

      Combien ça coûte ? Fiabilité ? Bref, toutes ces questions.

      L’essentiel : est ce que pour ton usage perso c’est suffisant ? Confortable ?

      À la fin ils trouveront bien des batteries de poche ! :)

      Supprimer
    4. C'est adaptable sur un immeuble mais la superficie du toit devra etre répartie sur plus de foyers. Ca limite l'energie disponible surtout au nord de l'Europe.

      Combien ça coûte? Pas cher, je suis parti d'un frigo américain normal avec congélateur avec circulation d'air. j'ai transformé le compartimment congelateur en stock de froid (et il reste de la place pour mettre un bon paquet de cornets vanille chocolat)
      J'ai modifié le système de circulation d'air pour refroidir le compartimen à 5° en fentilant l'air froid de la partie congelo dans la partie frigo.

      Ca implique d'equiper le frigo de batteries pour que la ventilation et la lumière fonctionnent 24/24 alors que le compresseur ne fonctionne que quand le soleil brille pour reconstituer le stock de froid.

      A l'usage, c'est un frigo normal. Confort? Suppérieur au frigo normal : La nuit il n'y a aucun bruit de compresseur.

      En fait la solution intelligent est de mettre les batteries directement là ou on en a besoin. C'est l'inverse du systeme actuel (panneau + batteries en rack.) et uniquement pour la partie intelligente de l'appareil.

      Supprimer
    5. En fait je voulais partir d'une armoire glacière début du siècle, on en trouve chez les antiquaires. Et je me suis rendu compte que les frigo à circulation d'air sont plus faciles à adapter. Le tranfert de froid se faisait par le ruissellement de l'eau de fonte du pain de glace.
      Ca implique d'évacuer l'eau quotidiennement. Plomberie? Corvée?
      Alors que les frigos ventilés eliminent la gestion de la phase liquide.
      J.ai acheté ces packs bleu qui servent à maintenir le froid dans les glacières de voyage et j'en ai rempli la moitié suppérieure du compartiment congélation. dessous j'ai un bac pour recupérer la condentation.
      En 1 à 2 h tout est congelé. 2h de soleil par jour ici, c'est facile. Ca tient la nuit sans souci, d'autant que la nuit on ouvre peu le frigo. (evidemment les insomniaques vont pas aimer...)

      Supprimer
    6. Pour ceux qui sont curieux, c'est un ATMega qui pilote un ventilo pour PC 12V selon un un thermostat numérique. J'ai aussi réutilisé l'interrupteur d'ouverture de la porte pour allumer une LED.

      C'est un peu overkill. Un system sans programmation suffirait amplement mais je voulais monitorer la température pour évaluer si la capacité de stock de froid est suffisante pour l'usage quotidien tout au long de l'année

      Et jusqu'ici oui. Peut être qu'en janvier/février le soleil risque de faire défaut, mais en plein hiver, il suffira de mettre le beurre dans ma courette couverte qui n'est pas chauffée pour le conserver au frais.

      Prochain équipement : garde manger pour la courette?

      Supprimer
    7. « mettre les batteries directement là ou on en a besoin. »

      Oui, là ça fait sens pour moi.

      Merci pour la réponse et félicitations !!!!!

      Supprimer
    8. Un bon survivaliste écologique est un bon ingénieur ;)

      Supprimer
    9. Je troll un peu, mais bon. Il y a plein de gens qui se posent la question de la transition, donc je pense que ça intéresse pas mal de monde qui ne veux pas vivre la decroissance comme un retour au moyen age.

      Mon diagnostic a été le suivant : Les technologies existantes ne se focalisent pas sur le besoin mais sur la founiture d'electricité.

      Or je me moque de consommer de l'électricité, moi ce que je veux, c'est du froid dans le frigo, du chaud dans ma douche ou mon lave linge, de la lumière dans mes pièces etc.

      En se focalisant sur l'électricité on se heurte au problème du stockage impossible, ou alors cher, volumineux et polluant de batteries dangereuse (incendies) polluantes (métaux rares) d'une durée de vie de 5 ans.

      Ma conclusion : limiter les transformations et stoquer le "produit fini" et non l'energie (le chaud et le froid) quand c'est possible.

      Pour l'eau chaude sanitaire c'est evident : panneau et chauffe eau solaire. Un bon gros ballon bien isolé et on a de l'eau chaude 10 mois sur 12 ici. 8/12 plus au nord.

      Mais avoir de l'eau chaude n'est pas assez si l'équipement utilise l'electricité pour chauffer l'eau.

      J'ai donc commencé par modifier mon lave linge pour dissocier la chauffe (solaire) et le mouvement (moteur 12V).

      Le 12 V est fourni par des panneaux photovoltaiques sans stockage.

      Cette réflexion sur le besoin de stoquage vs le besoin temporaire de puissance est la clef d'une transition ecologique cheap.

      Stocker du chaud et du froid on sait faire, c'est pas cher et pas polluant. En fait on est déjà équipé. On a tous des ballons d'eau chaude, on a tous des congélateurs.

      C'est beaucoup plus facile à faire que stocker de l'electricité.

      Si on accepte de n'avoir usage de puissance electrique que quand elle est disponible (qu'il fait beau) on réduit les batteries au minimum : éclairage et intelligence (loisirs, pilotage des equipements, ordinateurs)

      Le budget 'batterie' est investi dans plus de panneaux photovoltaiques pour disposer d'une capacité de production de pointe élevée.

      Ca implique aussi des choix :

      Pas de clim. Maison de pierre, chaux, hauteur sous plafond importante, pergola.

      Pas de planning contraint. Le linge se fera quand c'est possible. C'est le programmateur qui juge si l'energie solaire est suffisante pour lancer le lavage. Pas moi.

      L'eclairage est le plus naturel posdible. J'ai percé de nouvelles fenêtres pour éliminer des besoins de lampes le jour. J'ai repeint a la chaux le mur de talut au sud de la maison (on est à flanc de montagne) pour renvoyer la lumière du soleil (incroyablement efficace).

      Mais point non négligeable : je suis libre de faire ce que je veux. Je suis maître chez moi.





      Supprimer
    10. tEt oui, Wendy, faut être ingénieur, et c'est pas normal. C'est dût au fait que les industriels pensent la dépendence et non l'autonomie. Et c'est l'industrie qui embauche les ingénieurs.

      C'est la question de J.P. Morgan à Tesla : Ou est ce que je met le compteur?

      Ma prochaine étape c'est que mon lave linge et mon frigo communiquent entre eux par réseau pour qu'ils ne consomment pas en même temps car les deux moteurs ensemble dépassent la capacité de production max de mes panneaux. Pour l'instant c'est moi qui gère en arretant le frigo quand je lance le lavage.

      Mais comme tous deux sont pilotés par programmeurs, je peux écrire un soft qui gererait des priorités d'usage. Quand le moteur du lave linge se lance, il interrdit au frigo de lancer son compresseur.
      Ca peut se gérer à la seconde près. Le lave linge purge l'eau, il donne le feu vert frigo pour ces quelques secodes de remplissage.
      C'est le principe du délestage mais à un niveau bien plus fin.
      L'idéal c'est que chaque appareil informe un serveur de son besoin de consommation futur, ainsi que l'urgence du besoin et obtient un feu vert ou pas. A la façon dont un ordinateur gère les interruptions pour ceux qui font de la programmation.

      Le serveur mesure aussi la quantité de Watts disponibles en sortie de panneaux solaires et prend les décisions de délestage en fonction du moment.

      Il faut aussi une couche de orévision, car ce serait stupide de donner le feu vert au lave linge à 1 h du coucher du soleil si le programme dure 1h30. On est sur de se retrouver avec un machine en rade pour la nuit.

      Les prévisions d'ensoleillement devienne à ce moment cruciales pour une planification efficace. Si la météo annonce un après midi pluvieux, le programme devra en tenir compte.

      Si plusieurs jours de mauvais temps sont annoncés, les priorités devront changer : le frigo passe au top et le linge est mis en attente pour eviter de se retrouver avec du linge propre et un frigo moisi.

      Bref, la vraie domotique, ce n'est pas 'Ok Google, dis moi quel est le tour de fesses de Kardashian". C'est l'economie au sens litteral grec : La gestion du foyer (Eco = habitation Nomos = loi)

      Heureusement il y a l'open source. On n'est pas obligé d'attendre que les entreprises reorientent leur R et D de comment faire tomber en panne les appareils au bout de la période de garantie à comment gerer de l'energie intermittente.



      Supprimer
    11. L’éducation nationale a énormément contribué ces 40 dernières années à déposséder les gens du savoir minimal leur permettant un minimum d’autonomie.

      Oui pour les tutoriels, c’Est exact.

      Aujourd’hui plus personne n’est apte à lire un « mode d’emploi ».

      Donc plus personne ne sait ce qu’il y a à l’intérieur de ses appareils.

      Les smart tv se programment automatiquement comme les iPad.

      Les ordis idem....

      Heureusement car rares sont ceux qui comprendraient la suite logique d’événements qui amène à la production d’images.

      Pas de réparation possible car aucune compréhension.

      Supprimer
    12. C’est « magique ».

      D’aucuns disent intuitif... :)

      Supprimer
    13. Ca montre bien qu'on est dans une crise ideologique.
      c'est pire que l'exploitatationde l'homme comme force de travail.
      C'est l'exploitation de ses ressources accumulées au fil des générations par l'anéantissement programmé.

      C'est cet effet de pince que les gilets jaunes ont vécu et contre quoi ils se révoltent.

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.