mercredi 7 novembre 2018

l’arnaque du Libor.

Énième réplique du scandale du Libor, du nom du "London Interbank Offered Rate", longtemps le taux de référence sur le marché monétaire pour les échanges de devises. Plusieurs banques ont été condamnées pour manipulations de ce taux interbancaire au cours des années 2005-2010. Ce jeudi, on a appris que l'allemande Deutsche Bank, l'américaine Citigroup et la britannique HSBC avaient accepté de payer au total 132 millions de dollars pour solder une class action menée par des investisseurs s'estimant lésés.

La banque allemande a signé le plus gros chèque (80 millions de dollars) : en 2015, elle avait été condamnée par les autorités américaines à payer une amende de plus de 2 milliards de dollars. Citigroup a accepté de verser 33,4 millions et HSBC 18,5 millions, selon les termes de l'accord déposé auprès d'un tribunal de Manhattan.

En 2015, un ex-trader vedette d'UBS et de Citigroup, Tom Hayes, a été condamné à Londres à 14 ans de prison pour avoir manipulé le Libor, afin d'améliorer ses résultats, sur des sommes astronomiques, estimées à 450.000 milliards de dollars, au cours d'une période allant de 2006 à 2010.



La mort programmée du Libor : Source

Cette action en nom collectif était portée par la société de gestion d'actifs Metzler Asset Management. L'accord, qui doit encore être validé par la juge en charge du dossier, pourra indemniser toute personne ayant effectué des transactions sur des dérivés Eurodollar en Bourse, notamment sur le Chicago Mercantile Exchange, entre janvier 2003 et mai 2011.





Cette vaste affaire, qui a révélé que les banques et leurs traders s'étaient entendus pour manipuler les taux, a largement écorné l'image du Libor. Ce taux, originellement calculé chaque jour ouvré à 11 heures depuis Londres par 16 grandes banques internationales et censé refléter le taux moyen auquel elles se prêtent sans garantie, va être supprimé d'ici à la fin de 2021, a annoncé en juillet le régulateur britannique, la Financial Conduct Authority.



En alternative, la FCA a évoqué le taux Sonia, qui reflète les taux de financement à un jour des banques sur le marché non sécurisé en livres. L'Euribor, le taux interbancaire pour les échanges en euro, a lui aussi fait l'objet de manipulations et d'un scandale parallèle avec son lot d'amendes et d'accords amiables.Son avenir est aussi en question, alors que la Banque centrale européenne a prévu de lancer son propre taux de référence interbancaire d'ici 2020. 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.