dimanche 4 novembre 2018

Chômage français établi à 18% par la BCE.

Dans une étude publiée mercredi,la BCE explique que l'actuelle définition du taux de chômage est "plutôt étroite". Une critique certes feutrée mais inhabituelle du côté de Francfort.

Pour rappel, la définition du chômage qui fait force de loi est celle du Bureau International du Travail (BIT). Est ainsi considéré comme chômeur quelqu'un qui n'a pas d'emploi, est en recherche active et est disponible pour prendre un poste dans les deux prochaines semaines. source

En mettant bout à bout tous les "chômeurs oubliés" et les chômeurs déclarés la BCE arrive à un taux de chômage "large" à 18% en zone euro, soit presque le double du chiffre communiqué par Eurostat, à savoir 9,5% fin 2016.

conclusions de la BCE : 

-en Allemagne, ce taux de chômage "large", n'a fait que baisser depuis 2005, où il était à 19%, pour se situer désormais à 9%.

-L'Italie, elle, est passée de 16% à 24%, fin 2013, chiffre qui a depuis stagné.

-L'Espagne, elle, est passée de 15% en 2008 à 37% fin 2013 mais a depuis redressé la barre (29% fin 2016), grâce à ses efforts entrepris pour réduire le chômage au prix d'importants sacrifices sur les salaires.

- la France. Dans l'Hexagone ce taux de chômage "élargi" n'a cessé de croître depuis 2005 pour s'élever à 18% à fin 2016. Soit pas loin du double du taux de chômage tel qu'il est communiqué par l'Insee (10% au dernier pointage).



2 commentaires:

  1. Cela explique peut-être pourquoi Gérard Collomb a dit que la France n'avait plus besoin d'immigration. En allant encore plus loin, on pourrait même inverser les flux particulièrement pour les immigrés au chômage (et leurs familles). Ils pourraient aller être français de papiers dans leur pays d'origine, pourquoi pas vu la valeur que ça a ?

    Aux USA, il se passe une catastrophe. Faute de trouver de la main d'oeuvre immigrée à pas cher, corvéable à merci, les camionneurs ont dû augmenter les salaires pour trouver des employés. L'immigration ferait-elle baisser les salaires ? Décidément, Trump n'aime pas les jaunes... en revanche, les noirs s'y retrouvent, ils n'ont jamais autant pu travailler depuis qu'on arrête d'en faire des victimes malgré elles.

    RépondreSupprimer
  2. https://www.lalsace.fr/haut-rhin/2018/11/03/des-migrants-tres-motives-chez-psa

    "Dans le cadre du projet Bienvenu.e.s de la fondation Face, Peugeot Groupe accueille, pour la première fois, neuf migrants sur le pôle de Mulhouse. En formation pendant quatre semaines, très motivés, ces Kosovars, Afghans, Soudanais ou Syriens espèrent décrocher un CDD."

    Une véritable chance pour la France qui ne pouvait se passer d'eux. Sans parler du bien qu'ils feront autour d'eux en terme de vivre-ensemble. Un vent de fraicheur. Le chômeur desouche feignant devrait les prendre en exemple plutôt que de voter RN.

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.