lundi 19 novembre 2018

À la Réunion, pillages et fermetures des écoles.

Source

Seconde source.

Troisième source

A 9.000 km de la métropole, dans une île où 42 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et où le chômage culmine à 23 %, la dénonciation de la hausse des prix des carburants et, plus globalement, du coût de la vie, rencontre une très forte adhésion.

 « La situation cauchemardesque de ce week-end amène l’Unsa Police à saisir en urgence
le ministre de l’Intérieur afin que des renforts soient envoyés rapidement afin de rétablir l’ordre sur ce département », a demandé le syndicat dans un communiqué. La ministre des Outre-mer a confirmé que « des renforts arriveraient depuis Mayotte dans la journée afin que nous rétablissions l’ordre rapidement ». 


De nombreuses villes, comme Saint-Denis, Saint-Paul, Le Port,  Saint-André, St Pierre portent les stigmates de ces émeutes. Hier soir, le scénario du pire s’est encore répété : les gilets jaunes de la journée ont laissé la place aux casseurs et jeunes délinquants, comme chaque soir depuis samedi.

Des voitures brûlées un peu partout. A Saint-Denis, deux supermarchés ont été vandalisés et pillés. A St Pierre un magasin de sport a connu le même sort ; un restaurant au Port, un concessionnaire automobile à St Paul. La liste des dégâts est longue. Des forces de l’ordre ont été appelées en renfort de métropole et de Mayotte.



Ce matin, les gilets jaunes reprennent position un peu partout et mettent en place des barrages.
A l’aéroport de Gillot, toutes les compagnies aériennes ont été contraintes de changer leurs horaires pour s’adapter aux difficultés d’accès pour les passagers et pour les personnels. Ici




La limite....


3 commentaires:

  1. On a ici ce que le djinn décrivait comme une société où tout le monde vit ensemble, toutes races et religions confondues, blablabla. Réunion et Maurice se ressemblent à mort.

    On a une société coloniale où à peu près tous les réunionnais de souche ont un ancêtre esclavagiste tout en ressassant en boucle ledit esclavage. Le vilain est le blanc et par extension le zoreil métro qui pour le coup n'a rien à voir avec tout ça. Personne ne voit qui profite. Je dirais, suivez les plus beaux porsch cayenne...

    Comme cette société est non-fonctionnelle, car non-homogène, et dans la dissonance cognitive, très régulièrement la masse cachée sous le tapis potemkine se révolte et casse tout. Mais contre qui se révolte-t-elle au juste ?

    La Réunion est l'exemple à ne pas suivre pour les peuples. En revanche, il y a tout un tas de gens qui vivent comme des nababs. On appelle ça les grandes familles. Là-bas, schématiquement, plus t'es noir, plus t'es dans la merde (bien sûr ce n'est pas toujours vrai et heureusement).

    1 million bientôt sur ce petit caillou qui avant était merveilleux. Si un jour la perfusion métropolitaine cesse, ce sera Dawn of the dead au sabre (machette). Ou dead island pour ceux qui connaissent...

    Et ce sera la même chose en France et peut-être en Europe d'ici une ou deux générations. Communautarisme à fond avec haines inter-communautaires. Ce qui sauve la Réunion, la seule chose, c'est la très faible présence de l'Islam. Sauf que les comoriens muzzs et cons à pleurer arrivent en masse. La chance !

    Oté la Réunion ! Mais va pas voir plus loin que le lagon !

    RépondreSupprimer
  2. suite à de graves incidents à la Réunion, les racailles profitant du soulèvement des gilets jaunes, couvre feu de nuit (interdiction de circuler) ordonné par le préfet dans 14 communes de la réunion; supermarchés vides ...
    voir vidéo dans le lien

    https://www.linfo.re/la-reunion/societe/couvre-feu-a-la-reunion-14-communes-concernees

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Saint-Gilles en feu après le couvre-feu. La carte postale prend un coup dans l'aile.

      Certains appellent à tirer à balles réelles pour liquider la racaille. Mais bon, comme à chaque fois...

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.