jeudi 18 octobre 2018

Tarifs du gaz en 2018, plus 16% !

Les prix du gaz s'envolent de plus de 5%. Les tarifs réglementés vont subir une nouvelle augmentation au 1er novembre. Depuis le début de l'année, la facture a grimpé de plus de 16%.





(Pas mieux pour l’électricité....)

9 commentaires:

  1. + 16 % sur le prix du gaz ça fait pas rigoler Rudolf Höss ...

    RépondreSupprimer
  2. Le gaz c'est des taxes.
    Faut bien payer les migrants et les retraites à 55 ans des cheminots et fonctionnaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sauf que ça reste cadeau.
      On devrait monter tous les prix des hydrocabures progressivement jusqu'à 10x leur valeur actuelle pour forcer la transition energétique et transformer la falaise de Sénèque en tobogan.
      Personne ne le fera pour une simple et bonne raison : La croissance économiquec'est l'augmentation d'energie consommée.
      Quand elles ont compris qu'elles ne pourraient plus se gaver des intêrets générés par la croissance économique (pour payer des interêts, industrie doit avoir un retour sur investissement positif) les Banques on changé leur fusil d'épaule.
      Désormais le fuel c'est vous. C'est le message du film Matrix au demeurant pour ceux qui n'auraient pas compris.
      C'est aussi pourquoi la GB s'est débarassée de toutes ses marques. On a appelé ça la financiarisation de l'économie, mais en fait c'est une réparation à l'effondrement, et vous ne faites pas partie des survivants, c'est pourquoi vos ressources doivent être recyclées.
      Et puisque vous êtes leur ressource, (moi aussi, hein, n'imaginez pas que je me crois au dessus de tout ça) vous ne pouvez plus voir votre mot à dire, donc les banques ont fait leur petit coup d'Etat. Désormais ce sont les banquiers qui nomment les ministres, c'est pourquoi quand y'en a un qui démissionne Macron refuse qu'il parte, et ensuite let un temps fou à faire valider le remplaçant.

      Vous savez, comme vous appelez ce pote marié à une harpie pour faire une soirée entre potes et qu'il ne peux pas vous répondre tout de suite s'il viendra ou non.

      Bref, les prélevement obligatoires ne servent plus à financer des services publics, lesquels seront tous privatisés, mais à payer le service de la dette c'est à dire à transferer votre capital vers les banques.
      Pas n'importe quelle banque non plus, les predateurs financiers.

      Voili, voilà. Le prix des hydrocarbures? Il va exploser du jour au lendemain dès que les puis saoudiens se metteront a cracher de l'eau de mer sale plutôt que du brut.

      Et ce jour là, Dieu fasse que ce soit au printemps ou en été, même si ça ne fera qu'une bien maigre différence à moyen terme.

      Supprimer
  3. Le bleu dans cette courbe correspond au temps ou GDF était encore une entreprise publique du gaz,après elle a été absorbée par une multinationale (Engie). le système de retraite des agts exgdf a été réformé moult fois depuis cette date : les agts ne partent plus à cette age...

    Les premières retraites à 55 ans en France ont été instaurées en France dans le courant des années 1870, dans le secteur gazier justement (source CNRS). Depuis cette date, imaginez les gains de productivité réalisés tout secteurs confondus: on arrive donc à la conclusion que si ces retraites étaient finançables en 1870, aujourd'hui cela doit être encore plus aisé.

    Steph

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que je dis c'est que peu importe que l'entreprise soit privée ou publique, on a les hausses des taxes après impôts, ça veut dire que les hausses du gaz, du pétrole, c'est de l'impôt, ça n'a rien à voir avec les méchantes multinationales du pétrole.

      La retraite à 55 ans pour les employés des industries gazières et minières, c'était à l'époque où ils bossaient dans des centrales à charbons dans des températures de 40 degrés où descendaient dans les mines. Pour mourir après à 60 ans. C'est bien de vivre plus longtemps, mais il faut réajuster l'âge de la retraite alors, d'ailleurs les "anciens du CNR" s'en étaient bien rendus compte en mettant la retraite à 65 ans ... pour les salariés du privé seulement, alors que ceux de la fonction publique pouvaient prendre leur départ à 55 ans. Le système de retraite par répartition à 100% est une énorme arnaque destinée à spolier les salariés du privé pour payer les fonctionnaires et les privilèges des "entreprises publiques que le monde nous envie mais que personne n'a jamais copié".

      Bosser dans une centrale thermique en 1870 c'est bien plus dur que de bosser en bureau aujourd'hui, ce qui est le cas de 80% des salariés d'EDF.

      Supprimer
    2. Des gains de pruductivité dans le secteur gazier? Heu...
      La production d'energie est une loi physique. Elle est invariable.

      Par contre la production d'hydrocarbures, elle, cosomme de plus en plus d'energie car les ressources restantes s'épuisent, sont dans des régions de plus en plus reculées et inhospitalières, dans des conditions d'extraction de plus en plus compliquées.

      Bref, la rentabilité de l'extraction gazière baisse. Il n'y a aucun gain de productivité. Au contraire.
      D'ailleur jusque dans les annèes 70 on brulait la pluspart du temps le gaz dans des torchères plutôt que de l'exploiter car ce qui interressait le marché c'était le pétrole, pas le gaz.

      Bref, l'imagination n'est pas une bonne conseillère. La gain de productivité est un concept financier et n'e s'applique pas du tout à l'energie fossile.

      Supprimer
    3. Merci pour le résumé de la situation Géocedille ! :)

      Oui, le fuel c’est nous.

      Le fait que Trump caresse l’AS dans le sens du poil ne présage rien de bon concernant les fameuses « réserves ultimes ».

      Poutine a besoin de fonds lui aussi, il doit encaisser, même s’il crache à un autre niveau.

      La financiarisation le stade ultime du kapitalisme... ou pas !

      Je leur fait confiance pour trouver toujours une façon de faire du profit.

      Je pense que la génétique est à l’oeuvre En ce moment entre hommes augmentés et hommes diminués.

      On mange du pétrole.... faut des humains frugaux et très vite remplaçables et des humains qui reproduiront leurs gènes. L’elite.

      Je fais confiance à l’imagination des gros prédateurs ils ne sont jamais décevants :)

      Faudra que nous parlions de l’incarnation de l’ame Dans un monde génétiquement modifié.

      Ils nous ont amené à cette interrogation en moins de 15 ans !

      Clones et hommes GM.

      Supprimer
  4. C'est le coût du crachat sur Poutine. Ca fait cher du kg de salive.

    RépondreSupprimer
  5. Prétendre que le secteur gazier n'a pas connu de gain de productivité en près de 150 ans est effarant. Mais le plus effarant c'est que cela ne suscite pas l'hilarité générale. - je ne suis pas gazier à la base- mais ce métier a comme nb d'industries subit de nombreuses mutations en plus d'1,5 siècle : disparition des usines à gaz qui produisait localement, création des grands réseaux de transport, des centres de stockage souterrain, téléconduite des réseaux, négociation des contrat de long terme avec des producteurs (ce qui suppose d'anticiper l'évolution de sa conso sinon il vous reste des m3 de gaz sur les bras), etc... Le boulot de gazier a plus d'évolué à mon sens .. Selon jancovici, la conso de gaz en France a été multipliée par 5 entre 1970 et 2000 => les coûts de structure de gdf n'ont pas du progressé du même ordre de grandeur sur la même période (alors que dire sur 150 ans).

    ce qui fait que par unité de temps travaillé cela a généré des gains de productivité colossaux, qui n'ont pas bénéficié aux travailleurs ! Prétendre le contraire serait nier les évidences ...
    Ces gains colossaux doivent revenir d'une façon ou d'une autre à ceux qui créent les richesses : le monde du travail ! sous forme de salaire, de protection sociale et/ou de retraite...

    Steph

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.