samedi 13 octobre 2018

Quand la Science falsifie ses résultats impunément.

L'ancienne présidente par intérim du CNRS, le plus grand organisme public de recherche française et ex-conseillère au ministère de la Recherche,  a-t-elle signé des articles dans lesquels des données ont été trafiquées ? Pour l'Académie des Sciences, la réponse est claire : oui.  



cette spécialiste en biologie cellulaire est une étoile montante de la recherche hexagonale. 

Ancienne élève de l'Ecole Normale supérieure de Cachan (promo 91), elle est reçue major à l'agrégation de biochimie en 1994. Cinq ans plus tard, elle soutient une thèse de doctorat avant d'entrer au Commissariat à l'énergie atomique (CEA). En 2010, elle reçoit des mains de la Nobel Françoise Barré-Sinoussi le prix Irène Joliot-Curie de la "scientifique de l'année" décerné à "une jeune femme qui se distingue par un parcours et une activité exemplaire".

 En 2013, elle devient directrice adjointe du laboratoire de génétique moléculaire du CEA et, l'année suivante, elle intègre le secrétariat d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la recherche  comme conseillère en charge, justement, de la recherche. Toujours sous la tutelle du CEA, elle a été mise à la disposition du CNRS. 





...le site Pub Peer, connu pour dénoncer des fraudes scientifiques, a relevé des images retouchées dans ses publications, laissant supposer que les données avaient été bidouillées.

Après ces révélations, ses chances de prendre la tête du CNRS se sont envolées. Or, grâce au rapport, on découvre que le CEA avait demandé à l'Académie des Sciences d'enquêter sur le dossier.

....il n'a pas été possible d'auditionner la mise en cause "pour des raisons médicales", en l'occurrence, une hospitalisation pour burn-out.

Les "inconduites scientifiques", sont "classées en cinq niveaux de gravité croissante", allant de "l'embellissement" à la "fabrication de résultats" en passant par la "manipulation" et la "falsification".

....dans cinq articles signés par "la dame" entre 2001 et 2011, l'Académie relève en tout 22 inconduites dont 6 falsifications.

 Malgré la gravité de ces conclusions, les directions du CNRS et du CEA ont décidé d'enterrer le rapport de l'Académie des Sciences.

Il faut ajouter que Frédérique Vidal, la ministre de la Recherche a tout fait pour protéger la chercheuse fautive. Ainsi lors d'une réunion au ministère tenue au printemps dernier, la ministre a expressément demandé de suspendre les sanctions en cours, dont le licenciement prévu. 
 
"Si un étudiant faisait la même chose au cours de son stage de master, il serait viré automatiquement", s'insurge un chercheur du CEA.

source et rapport.






 
-------- 

Pourquoi pas tirer les cartes ? ou regardez les cartes du ciel et se lancer dans l'astrologie ?

Falsification, propagande  ....écœurant et extrêmement inquiétant !

ceux qui détiennent le Kapital orientent les résultats scientifiques avec l'aide des politiques qu'ils ont mis au pouvoir.  

CQFD.