samedi 6 octobre 2018

Pollutions, fœtus en danger.





Charles Sultan, professeur d'endocrinologie pédiatrique à Montpellier, alerte sur les conséquences de la pollution environnementale sur la santé de l'enfant. Et sur l'urgence de bannir les perturbateurs endocriniens, ces molécules qui miment, bloquent ou modifient l'action d'une hormone et perturbent le fonctionnement normal d'un organisme. 

"Dans le cordon du nouveau-né, on isole près de 300 produits chimiques, 300 perturbateurs endocriniens. L'enfant n'est pas encore né, ou il vient de naître, et il est déjà pollué". Le constat du professeur montpelliérain Charles Sultan, endocrinologue pédiatrique, est alarmant, la situation relève selon lui de l'urgence. 

"Les perturbateurs endocriniens sont partout, dans l'air, dans l'eau, les nutriments, les cosmétiques. La situation est dramatique car la biodiversité est en péril. Les ressources naturelles s'épuisent, la pollution nous envahit, les perturbateurs ne cessent de proliférer."

 "Il y a urgence à protéger la femme enceinte. Les maladies de l'adulte trouvent leur origine dans la vie fœtale. Il faut bannir les perturbateurs endocriniens (...) Le débat politique est fondé sur un leurre, celui de la limite maximale de résidus. Or des doses infimes ont un impact". Source


—— 

Prochaine génération difforme, amputée, oligophrène ?

Ne parlons pas des radiations, koike... l’un dans l’autre, entre mutations et zombifications...

Comme les abeilles, les oiseaux, nous disparaissons. 

Nous ne sommes que des vertébrés dans le grand tableau du règne animal.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.